Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Principe de précaution ? Et les logements insalubres ?

Publié par plume de cib sur 1 Février 2010, 09:44am

Catégories : #LOGEMENT


Le rapport de la Fondation Abbé Pierre va étre remis au gouvernement. Je ne sais pas combien de personnes s'y sont consacrées ni combien de temps cela leur a pris, mais je dois dire que le résultat ne m'étonne pas. Personnellement, je n'ai eu besoin que d'un article pour faire le topo de la situation. Elle est criante, nous sommes tous plus ou moins confrontés à des problèmes de logement.

100 000 personnes sans domicile fixe, 3,5 millions de mal-logés et 6,6 millions dans une situation de «réelle fragilité» face au logement, cumulant souvent les impayés ou les retards dans le remboursement d’emprunt. Au total, dix millions de personnes sont touchées par la crise du logement.

A ces chiffres, il faut ajouter au minimum 1 million de gens qui vivent dans des logements insalubres, dangereux pour la santé. 
Pour exemple, j'ai un ami qui a emménagé dans un logement l'été dernier. Il l'a entièrement refait. Mais il faut voir dans quel état on lui a loué. Il ne peut pas tout refaire non plus. L'installation électrique doit dater de Mathusalem, il n'y a même pas de disjoncteur. Pas de gaines, rien qu'une pelote de vieux fils pourris. La première coque du chauffe-eau électrique est percé, le trou est rempli avec du papier journal. Le Wc fuit mais le plombier ne peut rien faire, il est placé trop près du mur, mais pas côté chasse d'eau, non. Il est contre le mur, on ne peut pas s'y asseoir. Il n'y a pas de VMC. La salle de bain n'a pas d'aération, si bien que vous mettez la main sur le mur et vous avez la trace de votre main. De la moisissure partout alors qu'on a refait entièrement la salle de bain. Les murs sont trempés à cause d'une fuite d'eau qui doit venir du dessus. Mais  le syndic réunissant les SCI de propriétaires n'en avait rien à faire. Il y a deux semaines le locataire du dessous a pris le plafond de sa salle de bain sur la tête !!! En ce qui concerne la porte d'entrée, il a fallu platrer le tour du cadre de la porte car il y avait de gros trous qui donnaient directement dans le couloir. Une des fenêtres ne tient que sur un gond. Enfin, la liste est longue et le prix du loyer est salé. Il ne faut pas croire que les logements insalubres sont moins chers que les autres, pas du tout !

La crise du logement n'est pas la faute à pas de chance, mais à la spéculation et à la défection de l'Etat en matière de construction de logements sociaux. Le logement est devenu un produit de luxe en France. C'est le moins qu'on puisse dire vu le niveau des loyers. Les Français consacrent une somme allant jusqu'à 75 % dans le loyer. Bien souvent, ils doivent choisir entre manger et avoir un toit. Dans ces conditions, l'économie ne risque pas d'être relancée ! Et ce n'est pas avec un bouclier fiscal au l'augmention de 0,04 euros du SMIC que ça va changer.

Alors principe de précaution, mon oeil ! Nous sommes en permanence en contact avec des produits dangereux pour la santé. Alors qu'on nous avait promis la Vie Eternelle, nous sommes au contraire lâchés dans un champ de mine. Bienheureux celui qui arrive au bout du champ !

Commenter cet article

Sylvie 06/02/2010 11:17


Il faudra bien arriver à faire la part des choses entre les gens de bonne foi et les autres.
Bravo ton auto-défense !


plume de cib 06/02/2010 11:36


et je suis allée voir la maison sur Google street... Elle a été entièrement refaite ! on ne dirait même plus la même maison.


Sylvie 05/02/2010 23:01


Je dis ça comme ça, mais la personne que tu connais pourrait peut-être faire constater l'état d'insalubrité, et partant de là, mettre en demeure le propriétaire de faire les travaux ? A voir avec
une assoc de défense de locataire ? Dans certains cas, le tribunal d'instance peut accepter la consignation des loyers (qui ne sont plus versés au propriétaire) tant que les travaux n'ont pas été
faits. Bien souvent, ça dénoue le problème… plus de loyer, et le locataire reste dans son droit ?


plume de cib 06/02/2010 10:01


Ce sont des démarches longues, laborieuses et ont du mal à aboutir. Lorsque j'habitais en région parisienne, j'étais en location dans une petite maison à Chatou qui avait été entièrement repeinte
en blanc. Donc, quand je l'ai visitée, elle me parut bien mignonne. C'était en octobre. Il ne fallut pas très longtemps pour m'apercevoir que la couche de blanc cachait de gros défauts. En
particulier des problèmes d'humidité dans les chambres. Au bout de deux mois, elles étaient pourries, de l'eau ruisselait partout sur les murs, fenêtres etc. Les matelas ont moisi. Mais le proprio
ne voulait rien savoir. Il me disait de mettre du rubson absorbeur d'humidité. J'ai même posé un survitrage. Donc voyant que rien ne se passait côté propriétaire, je suis allée à la mairie. Et là,
impossible de faire déplacer le service d'hygiène !!! Je suis même passée par le médiateur, puis les asistantes sociales etc.... Bref. Au bout d'un moment, je décide de ne payer qu'une partie du
loyer, le reste étant sur compte séquestre..... Et ben figure-toi que le proprio a intenté une procédure d'expulsion et qu'il l'a gagné !!! J'ai eu un max de pognon à lui filer en guise de
dédommagement ! Quand je suis partie, l'état des lieux a été fait par un huissier. Et celui-ci était stupéfait de constater l'état de la maison. Il a déclaré qu'il était impossible de louer une
maison aussi insalubre. Pourtant, entre parenthèses, je payais 6000 francs de loyer. C'était il y a 10 ans.
M ais comme je n'aime pas trop rester sur une défaite, j'ai très vite arrêté de lui verser les mensualités de dédommagement. J'en avais quand même pour plus de 30 000 francs ! Et comme j'étais
partie à 1000 km, le proprio n'a pas osé engager une nouvelle procédure, trop compliquée avec la distance. Cette histoire a bouleversé mon chemin de vie mine de rien. Mais j'étais contente de
l'avoir enflé sur le dédommagement !


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents