Principe de précaution, vous dites ? Et l'amiante ?

Publié le 31 Janvier 2010



Alors que Bachelot nous a fait tout un plat avec la grippe A, n'hésitant pas, au nom du principe de précaution, à acheter 94 millions de doses de vaccins, j'aimerais faire un rapide rappel sur un sujet malheureusement autrement plus grave que la grippe A. Je veux parler bien sûr de cette fibre minérale qu'est l'amiante.
Lorsqu'elle fut découverte, ce fut une véritable révolution. L'amiante est capable de résister à de très hautes températures. Elle fut utilisée tous azimuts aussi bien dans l'industrie que dans les batiment et l'électroménager. Or, dès 1908, on se rendit compte qu'elle était hautement toxique. Ses fibres courtes et longues obstruaient peu à peu les poumons jusqu'à l'asphyxie. Elle est aussi responsable d'un cancer spécifique.
Alors qu'en Angleterre et aux Etats-Unis, les industriels prenaient des mesures draconiennes, alors que le port du scaphandre fut dès 1930 jugé indispensable pour manipuler la fibre, la France continuait à faire la sourde oreille, n'imposant qu'un pauvre masque totalement inefficace. Elle préférait à l'époque payer les ouvriers, leur filer des primes de risques, vous vous souvenez, ces fameuses primes de risques ?, plutôt que prendre des mesures de sécurité.
Cela revenait moins  cher aux industriels

Ce n'est qu'en 1997 que Chirac annonca triomphant que désormais l'amiante serait interdite ! Il a même eu le culot de dire que dès qu'il avait eu connaissance du problème, il avait agi !!! La France a mis soixante dix ans de plus que les anglais à réagir. Pourquoi ? Parce qu'en Angleterre et aux USA, les industriels craignent les procès qui leur coûtent très très chers en indemnités. Ce système n'existe pas en France. Les industriels se foutent totalement de la Justice, ils ne sont pratiquement jamais inquiétés !!! Les malades et orphelins de l'amiante en savent quelque chose.  Ceux qui ont manipulé l'amiante et que ne sont pas morts doivent pour la plupart finir leur vie avec des respirateurs artificiels. Vous vous voyez pendant 20 ans reliés à un respirateur artificiel ?

J'ajoute que l'amiante est toujours extraite. Les plus gros gisements se trouvent au Canada. Ce Pays vend sa merde aux Pays du Tiers Monde et fait une propagande monstrueuse, assurant que ce minéral n'est pas dangereux !!!
 

Quelques chiffres :

- nombre de travailleurs maintenance / entretien dans le BTP potentiellement exposés à l’amiante :  900 000

- nombre de décès dus à l’amiante
 : environ 2000 à 3000 décès estimés par an (mésothéliomes et cancers) [ "Estimation du nombre de cas de certains cancers attribuables à des facteurs professionnels en France", rapport scientifique, Institut de Veille Sanitaire, mars 2003]

- nombre de maladies professionnelles liées à l’amiante reconnues : 5 649 en 2004 tous secteurs confondus (contre 5 018 en 2003). Environ 30 % de ces maladies reconnues concernent le secteur du BTP. En 2004, citons notamment les plombiers (397 cas de maladies professionnelles reconnues), les électriciens (282 cas), les maçons (233 cas) et les peintres (133 cas)… Ces chiffres sont en augmentation par rapport à 2003.


http://www.amiante.inrs.fr/inrs-pub/inrs01.nsf/IntranetObject-accesParIntranetID/OM:Rubrique:09D9CAF9E3DBE6EAC125715500301E87/$FILE/imgamiantequoi.jpg


On peut conclure qu'en France, le principe de précaution est uniquement lié à des intérêts financiers, qu'ils soient pour les industriels ou pour l'Etat !


Au lieu de gaspiller autant de fric pour des vaccins dont on sait que ce n'était que pour gonfler les chiffres d'affaires des chers labos pharmaceutiques, il auait été plus intelligent de le dédier à la désamiantisation de la France !

Rédigé par plume de cib

Publié dans #CHRONIQUES

Repost 0
Commenter cet article

nymphéa 09/02/2010 15:17


Désolée...mal voyante 1/2...ai survolé ton article, ce truc m'avait choquée ..la honte ..sur moi et sur tous ces tueurs ;-))


nymphéa 09/02/2010 07:54


pire ...j'ai vu tv..que le canada continue de produire et vendre aux pays en "developpement ! ...


plume de cib 09/02/2010 09:21


oui, c'est écrit dans l'article nymphéa..... Mais il faut le dire et le redire et le redire sans cesse. Les pays qu'on a choisi pour être "en voie de développement" ne sont qu'une grosse appendice
de nos Pays où l'on fourgue nos déchets, où l'on expérimente nos médocs..... Bise


Sylvie 05/02/2010 22:41


J'ai un peu la cervelle en vrac, ce qui fait que je n'ai plus le titre ni le jour de diffusion, mais j'ai regardé il y a peu sur notre excellente TV d'état (tard, évidemment) un documentaire
édifiant sur l'amiante. Une honte absolue, et des dizaines de victimes ou familles de victimes qui sont toujours en procès avec des lobbies en face qui jouent la montre…


plume de cib 06/02/2010 10:04


Quand même merci d'être passée ma puce . Je sais qu'en ce moment, tu es bien bouquée.
On est empestés de saloperies mais on ne mute pas assez rapidement pour s'y habituer. Donc, on crève.... Je pensais à un truc ce matin : avant on mourrait du manque d'hygiène, de la faim ou des
guerres. Depuis l'industrialisation, chaque jour un nouveau danger pour la santé est créé ! Il est beau le progrès.


Fleche 01/02/2010 09:06


Je pense que l'aluminium nous réserve quelques "belles" surprises ainsi que la laine de verre.

Pour ce qui concerne l'agriculture, l'emploi des produits appelés "phytosanitaires" pour dire qu'ils sont toxiques n'est pas moins dangereux ni pour celui qui les répand ni pour ceux qui consomment
derrière, quant aux terres et aux nappes souterraines, bref ...

Tu sais, je te rejoins sur tous les points que tu as soulevés.

Mais il faut être également prudent en matière de sécurité, car comme tu le soulignes, le gouvernement peut facilement nous rouler dans la farine sous ce simple prétexte et nous emmener là où on ne
veut pas aller.



plume de cib 01/02/2010 09:43


hello Flèche,
Le problème reste toujours le même. L'intérêt des industriels prime sur l'intérêt collectif. Et c'est comme ça qu'on détruit une civilisation. Toujours l'appât du gain, le pouvoir. Voilà. Dans
l'état actuel des choses, rien ne peut se faire sinon par une prise de conscience collective et une réaction mondiale. Mais tant que nous, comme les industriels, ne chercherons qu'à sauvegarder nos
intérêts privés, nous ne pourrons qu'être acteur de notre perte....


sixtine 31/01/2010 12:42


C'est une réalité affligeante !
Le fric demeure le grand " maître " en toute circonstance ...
Ce gaspillage devrait être dénoncé avec virulence.
Amicalement.


plume de cib 31/01/2010 12:47


On essaie, on essaie, avec nos petits moyens. Mais bon, les petits ruisseaux font les grandes rivières ! Bises d'amitié sixtine. Du soleil, j'en ai ici