Révolte contre le prix de l'essence....

Publié le 19 Février 2012

bonjour,

 

Ce matin, je passe devant la pompe de l'Intermarché. Waouh ! SP 95 à 1,63 euros ! Soit 10 centimes de plus qu'il y a deux semaines.  Alors là je me dis, il y a un problème ! TOTAL qui détient 40 % des pompes en France,  a dévoilé vendredi 10 février, pour l’exercice 2011, des bénéfices nets astronomiques de plus de 12 milliards d’euros (+16%) pour un chiffre d’affaires d’affaires qui a lui aussi grimpé de 16 % à 184,7 milliards d’euros. Cette nouvelle envolée est liée aux cours très élevés du pétrole brut l’an dernier, paraît-il, le prix moyen du baril de Brent ayant grimpé de 40 % à 111,30 dollars. Mais quand le baril baisse, le prix à la pompe demeure raide figé au plus haut.  Or Total ne paie que 2,5 % d'impôts sur les sociétés alors que le tarif normal est 30 % pour les entreprises non pistonnées.  Et en plus, Total s'arrange pour être déficitaire en France, sauf en 2011. L'indécence a des limite ! Mais Total ne paie pas non plus d'impôts aux pays producteurs ! Il y a un jeu de refacturation entre filiales qui permet de présenter des comptes tout juste équilibrés et d’éviter l’imposition dans le pays pour aller échouer dans une zone fiscale plus favorable. "Finalement, en termes de détournement des règles, le dumping fiscal est aux entreprises ce que le dopage est aux sportifs" résume le sociologue Serge Guérin sur son blog.

Oui TOTAL s'engraisse sur le dos des français, et pas qu'un peu. Mais la firme n'est pas la seule. Chaque centime de plus à la pompe rapporte des millions à la firme. Mais encore bien plus à l'Etat ! 1,50 euros à la pompe, c'est 0,85 centimes dans les fouilles de l'Etat. Et c'est là qu'on est vraiment des couillons. Il paraît que sur un litre de SP 95, Total empoche 3,5 centimes. Or, les augmentations s'enchaînent sans qu'on puisse nous dire pourquoi. Mais on le demande pas non plus. Donc, L'essence a pris plus de 20 centimes ces derniers mois, qui ne tombent pas dans la fouille de Total donc, ou si peu, mais bien dans celle de l'Etat. Cet Etat vorace, insatiable, jamais repu de taxes, d'impôts, de prélèvements divers et variés, amendes, contraventions, etc.... Cet Etat mauvais payeur qui doit une fortune à la Sécurité sociale alors qu'on n'arrête pas de dérembourser les médocs. Cet Etat qui encaisse mais ne rembourse pas. Et nous français, vaches à lait, en permanence accusés de "profiter", d'être des feignasses payés à ne rien foutre.

Nous nous sommes juste fait piéger par notre cher Etat. A force d'individualisme, on finit tous dans le même panier, pieds et poings liés. Pourquoi l'Etat encouragerait-il la création et ou l'exploitation d'énergies nouvelles ? N'y-a-t-il pas un consensus entre les constructeurs automobiles et l'Etat ? Meuh si bien sûr. La TIPP devrait nous permettre de vivre mieux n'est-ce pas ? C'est une taxe à l'importation, mais qu'on ne prend pas sur les importateurs mais sur les consommateurs, BINGO ! Cela ne vous rappelle pas quelque chose ? La TVA sociale bien sûr, celle qu'on doit soi-disant prendre sur les produits importés afin de compenser l'allégement des charges patronales. Encore une fois, si on laisse passer ça, on ne viendra pas se plaindre ensuite que tout augmente, sauf les salaires.

 

Mais si nous, on ne dit rien parce qu'on est vraiment devenus des flans, et que Sarko en profite un max pour nous écraser, en se marrant s'il vous plaît, à la Réunion, on s'affole ! Et on se révolte ! Si nous, on ne fait rien, d'ici peu, le litre d'essence sera à 2 euros. Souvenez-vous, c'est bien ce qu'a prédit le patron de Total en 2011, nan ? On ne l'a sûrement pas cru, nous on ne croit jamais personne !

Alors je m'amuse quand j'entends les chroniqueurs et journaliste poser toujours la même question à Marine Le Pen "Si on passe au franc, le prix de l'essence va augmenter !" Et d'en faire une espèce d'Apocalypse. Donc, premièrement, écoutez-vous les uns les autres, cela évitera de poser systématiquement les mêmes questions aux politiques. Et deuxièmement, le prix de l'essence représente une très petite part du prix de vente. Donc, l'augmentation du prix sera nettement inférieure à ce qu'elle est aujourd'hui, et on peut toujours baisser la TIPP ! Vous ne vous afflolez pas quand le prix de l'essence flambe en euros ???? 

Les journalistes ne sont pas des gens qui réfléchissent, malheureusement, ils se contentent de lire des dépêches et des questions que les élites leur demandent de poser. Ils se contentent de contribuer à influencer l'opinion publique et ce de manière toujours bien sournoise. J'espère que vos nuits ne sont pas trop agitées quand même, car, lorsqu'on participe à conduire un Pays au chaos, cela devrait quand même titiller la conscience.

 

Hausse du prix de l'essence : la Réunion se révolte

Par Franck DUPRE d'Autonews.fr | Mercredi 15 Février 2012

Si le prix du carburant dans l'Hexagone a encore atteint des niveaux historiques ces derniers jours, c'est également le cas à la Réunion, département français d'outre-mer, où les usagers de la route, excédés, ont érigé des barrages pour montrer leur mécontentement.

Presque 1,70€ le litre du sans plomb dans les stations-service de l'île de la Réunion, 1,30€ celui du litre de gazole, les usagers de la route de l'archipel situé dans l'océan Indien ont fait savoir leur colère ce mercredi matin devant ces tarifs prohibitifs du carburant.

Ainsi, à l'appel des syndicats des transporteurs, des barrages ont été érigés aux aurores à différents endroits de l'île, provoquant une belle pagaille et paralysant une majeure partie de la circulation. En outre, les transports publics et scolaires ont été suspendus.

La sourde oreille

Ces manifestations font suite à une table ronde qui aura duré quatre heures hier, et durant laquelle les transporteurs réunionnais qui réclamaient une baisse immédiate de 25 centimes sur chaque litre de carburant, n'auront reçu aucun écho favorable des Région, conseil général et autres compagnies pétrolières.

Un échec que le président de la Région Didier Robert explique par le prix trop élevé que coûterait une telle mesure, 120 millions d'euros/an selon lui. Autrement dit, la quasi totalité des recettes perçues par la collectivité réunionnaise sur l'importation des hydrocarbures - sur l'île, les taxes sur les carburants reviennent non pas à l’État français mais à la Région, qui en reverse ensuite une partie aux conseil général et communes.

Sans doute pourtant, les négociations devraient reprendre à la Réunion car les transporteurs qui entendent ne rien lâcher, ont les moyens d'engourdir aussi longtemps qu'ils le souhaitent l'économie de leur ile.

Rédigé par plume de cib

Publié dans #Sciences du quotidien

Repost 0
Commenter cet article

roland 19/02/2012 16:09


Il faut nationaliser Total

plume de cib 19/02/2012 16:16



Je le pense aussi. Tout ce qui est énergie doit être du domaine du service public. Areva ne peut fonctionner qu'avec les subventions de l'Etat. EDF cherche par tous les moyens à faire du profit,
au détriment de la sécurité. On spécule sur les droits du citoyens. Ca suffit.