Nicolas Hulot, bonne surprise.

Publié le 20 Juin 2011

 

Bonjour,

 

Je me suis retrouvée hier à regarder l'émission CAPITAL. Je ne savais pas que Nicolas Hulot y était invité. Si je l'avais su, je n'aurais sans doute pas zappé sur M6. J'aurais eu tord. J'étais pleine d'idées préconçues sur Nicolas Hulot. Il a pendant des années parcouru le Monde en gaspillant un max. d'énergie, il a découvert des sites paradisiaques et les a livrés à la populace. Il a souillé la Terre. Il ne voulait peut être pas cela. Il était peut être trop naïf. En tous cas, les grandes lignes du programme qu'il a développé hier me vont très bien. C'est la première fois qu'un homme parle de politique globale, de changement de cap radical et de reconstruction d'une économie à échelle humaine. Changer le Monde, c'est ce qu'il nous propose, mais pas avec des propos utopiques, non. Il use de bon sens tout simplement.

Il a eu réponse à toutes les oppositions de Lagache qui s'est montré avec Hulot aussi virulent qu'il l'a été avec Besson, le triste bonhomme qui s'est "cassé" en pleine émission parce que son argumentaire pro AREVA ne marchait plus. Eh oui, il arrive un moment ou même un arracheur de dents ne peut plus leurrer son public. La mafia du nucléaire a envoyé ses sbires sur le Net pour répandre son fiel, faisant croire ainsi que les français sont pour le Nucléaire. Mais qui peut le croire aujourd'hui ? Après Tchernobyl, Fukushima et à présent la centrale nucléaire américaine noyée sous les eaux du Missouri, dont on ne laisse passer aucune information. Qui peut croire que le peuple français soit devenu le plus con du Monde  à défendre une arme de destruction massive ?

Bref. Je vais à nouveau visionner l'intervention de Nicolas Hulot et suivre le bonhomme. 


Rédigé par plume de cib

Publié dans #PRESIDENTIELLES 2012

Repost 0
Commenter cet article

naradamuni 26/06/2011 09:31









Planète sans visa.






Lléa 25/06/2011 21:55



Bonsoir,


Aha, la carotte du pouvoir .... De la bouche des prétendants au "trône" .... ne sortent que des paroles suaves, agréables aux oreilles sensibles ....  Plume, vous n'avez pas lu, et vous
devriez le faire. Merci.


Qui a tué l'écologie. Fabrice Nicolino. Greenpeace, WWF, Fondation Nicolas Hulot, France Nature Environnement, en accusation.


Bien a vous, Léa.


 



plume de cib 26/06/2011 01:07



bonsoir Lléa, je ne comprends pas tout . Je n'ai pas lu quoi ?



naradamuni 21/06/2011 10:55



 


" Sur la peau d'âne du tambour nationaliste, sur la baudruche des tambourins républicains, aux cordes de la guitare sentimentalement humanitaire, aux cuivres de la
trompette révolutionnaire, voilà que se bat, que se touche, que se donne le rappel du bétail ; c'est le ranz des électeurs qui retentit partout à travers l'espace.


Le bétail électoral commente la force de la houlette d'Untel, le coup de fouet de Tel autre, le doigté crapuleux de Chose et le coup de gueule tonitruant de
Machin. Le bétail pèse aussi la valeur des promesses faites ; non pas qu'il ignore que jamais elles ne sont tenues, mais pour se donner un peu d'illusion.


« Les alouettes tomberont toutes rôties dans ta bouche ; ton taudis deviendra un palais ; tu auras des rentes à trente ans, dit le candidat.
-Ah ! Ah ! Ah ! qu'il parle donc bien, cet homme ! Ce sont des mensonges qu'il nous raconte, mais que cela nous fait du bien de croire un moment que ce sont des
vérités », dit le votard.


Quelquefois, il arrive qu'un autre candidat interrompe pour dire : « Ce n'est pas exact, les alouettes tomberont toutes bouillies dans ta bouche. »
Et le bétail électoral suit, attentif, le débat passionnant : « Bouillies ou rôties ? Comment seront préparées ces alouettes qu'il ne mangera pas ? »


Alors que tous sont dans le rêve, une voix interrompt brutalement, sans précautions oratoires, les bonimenteurs : « Les alouettes ne tomberont ni rôties
ni bouillies dans ta bouche, nigaud. Et si elles tombaient jamais toutes prêtes, ce serait de par ta bêtise, dans la gueule des candidats. » Alors, ce sont des cris, des vociférations :
« À mort ! qu'on le tue ! qu'on le chasse ! La ferme ! Mouchard ! Agent de la réaction ! Jaune ! Rouge ! Jésuite ! Communard ! »


Celui qui veut jeter la vérité est entouré, bousculé ; les poings se lèvent sur sa tête, on lui crache au visage, on le jette dehors.


Et tranquille, le prometteur détaille le bonheur, offre le paradis et le bétail électoral reprend le fil du rêve qu'il fait tout éveillé, boit à nouveau le vin
décevant de l'espérance.


Comme dans tous les troupeaux, il y a les meneurs, les gens du comité. Ce sont ceux à qui le candidat a promis autre chose que la viande creuse de l'espoir. Ils
ont mission de « chauffer » la salle, de veiller à ce qu'aucun gêneur ne puisse entrer. Ils préparent le public, ils soûlent de vinasse quelques forts-à-bras qui feront de leur poitrine
un rempart au bonimenteur.


À coté d'eux, il y a quelques sincères : ceux dont la bêtise atteint le dernier degré. Ils font l'appoint le meilleur, ce sont les moutons qui sautent
par-dessus bord, montrant la voie à tout le troupeau.


Disons-le bien haut : que le bétail électoral soit tondu, mangé, accommodé à toutes les sauces, qu'est-ce que cela peut bien nous faire ? Rien.


Ce qui nous importe, c'est qu'entraînés par le poids du nombre nous roulons vers le précipice où nous mène l'inconscience du troupeau. Nous voyons le précipice,
nous crions « Casse-cou ! » Si nous pouvions nous dégager de la masse qui nous entraîne, nous la laisserions rouler à l'abîme ; pour ma part même, le dirai-je ? je crois
bien que je l'y pousserais. Mais nous ne le pouvons pas. Aussi devons-nous être partout à montrer le danger, à dévoiler le bonimenteur. Ramenons sur le terrain de la réalité le bétail électoral
qui s'égare dans les sables mouvants du rêve.


Nous ne voulons pas voter, mais ceux qui votent choisissent un maître, lequel sera, que nous le voulions ou non, notre maître. Aussi devons-nous empêcher quiconque
d'accomplir le geste essentiellement autoritaire du vote. Chez les nationalistes et les socialistes, chez les républicains et les royalistes, partout nous devons porter la parole anarchiste
« Ni dieux ni maîtres ».


Et par la raison, et par la violence, il nous faut empêcher la course à l'abîme où nous entraînent la veulerie et la bêtise des votards. Que le bétail électoral
soit mené à coups de lanières, cela nous importe peu, mais il construit des barrières dans lesquelles il se parque et veut nous parquer  ; il nomme des maîtres qui le dirigeront et veulent
nous diriger.


Ces barrières sont les lois. Ces maîtres sont les législateurs. Il nous faut travailler à détruire les unes et les autres, dû-t-on, pour cela, disperser au loin le
fumier où poussent les députés, le fumier électoral. "


Albert libertad


Vous tenez absolument à voter ?Alors, votez gras !


Rendez-vous dans votre bureau de vote avec un bout de gras dissimulé. Une fois dans l’isoloir, glissez le bout de gras dans l’enveloppe avec un bulletin : puis votez consciencieusement en
souriant au président du bureau. Dans les heures qui vont suivre, la chaleur va faire fondre le petit bout de gras. Le liquide graisseux va sortir de votre enveloppe et venir tacher les bulletins
massés autour de lui dans l’urne. Or, un bulletin taché est un bulletin nul. Vous aurez ainsi eu la joie d’invalider quelques dizaines de suffrages de vos "concitoyens", enfin des lecteurs de
programme, cagoulards de l'isoloirs.





Spartacusement vôtre



plume de cib 21/06/2011 11:26



excellent naradamuni ! je prends note...



Charlotte 20/06/2011 21:08



Va voir ça ma Cib :


Le Projet Spartacus : Insoumission
locale & Libération nationale


Bisoubis



Charlotte 20/06/2011 20:48



Non, j'avais oublié, j'ai allumé la télé quand ce cher besson est entré sur le plateau, je voulais voir si M6 nous montrerait sa crise, bé non ni la crise ni le reportage qui a occasionné son "je
me barre". De toute manière je n'irai pas voter puisque le vote blanc n'est pas comptabilisé, d'autant plus que droite, gauche voire écolo, ne dirigeront rien ! Ils ne seront que les executeurs
des basses oeuvre de Bruxelles de l'OMC, de l'OTAN, ah  j'oubliais des banquiers ou des banksters


Bisous bichette



plume de cib 20/06/2011 23:34



si le reportage est passé mais avant l'intervention de Besson. Il y a eu une coupure, puis Besson, nouvelle coupure... Dommage que tu n'es pas vu Hulot....