Une chaîne humaine pour sortir du nucléaire, le 11 MARS !

Publié le 26 Février 2012

Oyé les amis ! Souvenons-nous le 11 mars 2011 FUKUSHIMA ! Triste anniversaire.  Mais que ces morts ne servent pas à rien et ne soit pas au contraire l'annonce de millions d'autres morts, agissons. FUKUSHIMA, c'est loin d'être terminé. Les réacteurs ont fondu, on ne sait pas jusqu'où ça ira. Cela peut même annoncer le début de la fin. Que cela annonce déjà le début de la fin du Nucléaire. Envers et contre les lobbies nucléaires. Cessez de croire que sans le nucléaire, nous retournerons à l'âge de pierre. Le nucléaire ne représente que 2% de l'énergie mondiale, mais c'est sans contexte l'arme fatale d'une mort annoncée. La nôtre ou la leur ?

ON ATTEND 200 000 PERSONNES AU MOINS DANS LA VALLÉE DU RHONE. MANIFESTEZ-VOUS, VENEZ TOUS ! ALLEZ, ALLEZ ! RELAYEZ, ORGANISEZ-VOUS !

Afin de commémorer à sa manière le triste premier anniversaire du 11 mars 2011. "La catastrophe de la centrale de Fukushima, rappelle Xavier Pedel, animateur de la manifestation d’hier. Et aujourd’hui, la situation du Japon n’est pas réglée. Les centrales fuient toujours. Les conséquences finales ne sont pas encore connues". Un an jour pour jour après la tragédie japonaise, le réseau “Sortir du nucléaire” s’apprête donc à organiser une autre chaîne humaine, dans la vallée du Rhône, de Lyon jusqu’à Avignon.

"La vallée du Rhône est la région la plus nucléarisée d’Europe, détaille Xavier Pedel. Nous espérons dans cette chaîne humaine rassembler 200 000 personnes. Et nous Lozériens, nous allons organiser un bus, depuis Marvejols, Mende et Langogne, pour descendre jusqu’à Montélimar. Et un autre départ des Cévennes, du Collet-de-Dèze, peut-être en vélo, avec une organisation en voiture. Car ici aussi, le danger existe. À vol d’oiseau, nous ne sommes qu’à 100 km de la centrale nucléaire la plus proche".

Des représentants politiques lozériens ont pris part à la chaîne humaine mendoise, hier matin. Tel Claude Lhuillier, candidat écologiste aux élections législatives, "évidemment mobilisé. Je suis heureux qu’Europe Écologie les Verts n’ait pas le monopole de l’organisation d’un tel évènement. Car le problème énergétique, c’est un nœud. Cela touche à tout, à l’environnement, au logement, etc. Et il est occulté dans la campagne électorale, mis à part chez Éva Joly".

Mais pourtant, selon le candidat à la députation, "la transition énergétique passe par des décisions politiques, qui se prendront sous la pression de l’opinion publique. Si nous sommes 200 000 le 11 mars dans la vallée du Rhône, cela incitera peut-être les décideurs politiques à y réfléchir". Telle est l’ambition du réseau “Sortir du nucléaire”. SOURCE MIDI LIBRE

Rédigé par plume de cib

Publié dans #FUKUSHIMA et NUCLEAIRE

Repost 0
Commenter cet article