Un an après... what else ?

Publié le 6 Mai 2013

 

Bonjour,

 

Je ne sais pas si cela vaut un billet. Le nombre de mes lecteurs ne baisse pas, malgré la rareté des articles. Je les en remercie du fond du coeur. J'aimerais vraiment écrire encore des billets enflammés, mais franchement, je n'ai plus assez d'acide ou alors ma plume a fini par s'émousser sur le mur de l'incompréhension.

 

Je suis le triste parcours de cette nouvelle présidence. Toujours comme des enfants, nous avions eu un regain d'enthousiasme lorsque Hollande coiffa Sarko sur le poteau. C'était bête, on savait tout le mal que le socialisme avait fait à notre Pays dans les années 80. Un Mitterand menteur, mystificateur, qui, déjà démuni de tout pouvoir politique et économique, n'a fait que piétiner les valeurs morales, les moeurs d'une société malade de trop de déchirures, de cassures. Une société déjà déboussolée. MIttérand a soigneusement rongé ses derniers piliers. Mais il a aussi grandement aidé l'Europe à se construire sur ce qui ne devait être bientôt que des ruines fantomatiques de pays sans identité. MIttérand a sans contexte tué ce qu'on appelle fièrement La première entreprise française, je veux parler de l'artisanat bien sûr. En tuant l'artisanat, il a aussi touché aux moeurs car les français sont avant tout des personnalités qui préfèrent travailler à leur compte, créer, être leur patron, plutôt qu'obéir aux ordres de patrons fantoches de multinationales. Il fallait tuer l'artisanat pour entrer dans l'Europe. Les artisans ne sont pas des gens qu'on leurre, qu'on berne et il fallait que la population devienne docile, soumise, qu'elle soit en demande, en souffrance. On fait faire n'importe quoi à un peuple qui souffre. Le système D, terminé, il fallait des gens en demande, des gens assistés. Les entrepreneurs n'ont cessé d'être découragé, les démarches compliquées, les aides saccagées, les prêts interdits.

ALors après des connards se sont mis à vociférer sur les français pour les diviser. Il fallait casser les derniers bastions d'orgueil. Il fallait un peuple à genoux. On les a divisés, culpabilisés. On disait d'eux : ils se plaignent tout le temps, ils ne sont jamais contents ! Ah AH AH ! tragique mais classique. Du coup, les mécontents ferment leur gueule, et la machine peut enfin les écraser, les moudre et les ressortir telles des saucisses de chez Knacki !

tel était le triste bilan socialiste. Et pourtant, on y a cru à l'humanisme vanté par Hollande et ses moi Président, je. Ses moi je en quelque sorte. Au lieu de ça, on est pratiquement aux portes du National Socialisme ! Vous ne le voyez pas venir ? Normal, il est déjà là !

 

Alors le bilan de Hollande ? Rien. La continuité de Sarko, méthode douce. On ne sait toujours pas où on va. Sarko et Hollande n'ont aucun pouvoir mais ils n'en veulent aucun. l'un et l'autre n'ont aucunement l'ambition de gouverner. Ils sont là, ils se servent, ils font leur CDD et ils seront  grassement récompensés ! Ce ne sont que des hommes après tout ! Pour nous enfumer, Sarko se servait de l'insécurité, Hollande n'a rien trouvé de mieux que nous faire ingurgiter du mariage pour tous, et les gens sont devenus tellement cons qu'ils vont bientôt faire porter une étoile jaune aux hétéros. Triste révélation d'un monde en décomposition. Bientôt, les enfants ne se feront plus qu'en laboratoire, les recherches sont déjà bien avançées, on pourra les acheter en choisissant les options, comme les voitures.

Non, rien n'a changé, la connerie a toujours de beaux jours devant elle. Nous allons allègrement dans le mur. Mélenchon continue lui aussi à jouer le rôle du bouffon de service afin de canaliser les mécontents. Il nous propose une sixième république qui ne fera aucun mal à l'Europe. Il brasse de l'air et ça plaît à certains. Tant mieux pour eux. Moi, je ne vois plus qu'un pays qui meurt, étouffé par la connerie humaine. Des politiques vereux, assoiffés non pas de pouvoir parce qu'ils savent depuis belle lurette qu'ils n'en n'ont aucun, si ce n'est dans leur petit fief régional, mais de privilèges et de fric. Ils sont les seigneurs déchus, les saigneurs dépourvus d'âme, aveugles, incompétents bouchers de la phase finale. Des bras de bûcheron formés à l'abattage d'une population qui se laisse marcher dessus.

Mais ce que je remarque aussi, c'est que sous ce tas de fumier, des petites pousses se préparent à sortir et une fois que tout ce merdier aura fini de nous enfumer, la France refleurira... Ce n'est pas demain la veille, mais l'espoir est toujours là... c'est un coup de coeur en passant... sans relecture. je vous demande donc votre indulgence sur la tournure des phrases. A bientôt...

Rédigé par plume de cib

Publié dans #C'est ma tournée !

Repost 0
Commenter cet article

Metextoff 04/05/2014 23:24

Bonsoir en passant ;-)

dot 12/09/2013 11:00

Bonjour Plume,

Je suis contente que tu reviennes et penses à nous. Quel est le thème de ton livre et pourra-t-on le commander sur ton site ?
Le bilan PS après 15 mois est pire que celui de l'UMP au point de vue des valeurs même si l'UMPS c'est Bruxelles, les USA et les banquiers, leur cirque de guignols identique de servage, d'arrogance et de mensonges. Mollande fait un peu mou comme Big Brother mais les lois sont là pour nous le démontrer. Enfin, les lois ne sont pas faites pour eux bien sûr puisqu'ils interviennent pour faire libérer leurs rejetons criminels !

plume de cib 13/09/2013 09:22

ah ça y est, je t'ai retrouvée. Bon, je ne suis pas encore habituée à cette barque OB. j'ai donc un peu de mal à répondre. le thème de mon livre, c'est le parcours d'un jeune toxico. Il est le narrateur. Traité de manière plutôt rigolote, c'est une invitation à voyager dans sa tête. Il est plusieurs. il a une voix l'Autre qui lui dit ce qu'il doit faire.... Il est un peu pied nickelé sur les bords. J'ai voulu montrer que la drogue n'est pas seulement dans les ghettos dans les banlieues, elle est partout, même dans un bled paisible de la banlieue parisienne, où ne vivent que des familles dites heureuses avec maison, jardin, chien et chiards... bisous ma belle

sixtine 08/09/2013 09:46

Article 100% inspiré et révélateur de ce chaos si brillamment orchestré par tous ces tristes fantoches des gouvernements successifs... car, oui, quels qu'ils soient, ils nous enfument à loisir et, pire, à chaque élection, on en redemande ! Je comprends si bien ce que tu exprimes, et avec toi, je pousse un soupir de tristesse devant ce terrible constat... Mais tu es là et, comme moi, tu sais observer et remarquer les petites fleurs d'espoir qui surgissent parfois dont ne sait où et qui nous poussent à y croire ! Tien bon, Cib ! Amicalement

cib 11/09/2013 18:49

bonjour Sixtine, je ne t'ai pas répondu avant tout simplement parce que je n'ai pas eu la notification par overblog. J'ai fait la mise à jour, mais je suis perdue. C'est la cata. je vais essayer de m'y retrouver. Merci pour tout. Bise

Justine 28/08/2013 17:09


Bonjour Plume, j'écris juste pour te faire un coucou.

plume de cib 28/08/2013 17:19



bien reçu, ma bichette ! je suis contente, j'ai terminé mon livre. je suis en train de le relire pour corriger les fautes... Encore un mois sans doute, et ensuite, je passe à autre chose, avec la
plus grande sérénité.



cookies= stalinisme orwellien 05/08/2013 15:56


Pense-t-on que les stations à essence qui s'automatisent, et où on ne PEUT payer que si on se rend esclave d'une carte de crédit et tous ces sales machins orwelliens, pour le plus grand profit
des banques (et de leurs actionnaires), qui font ça pour AUGMENTER LEURS PROFITS, en licenciant les employés qui tenaient la caisse (puisque déjà ils vous faisait vous servir vous-mêmes et
avaient déjà supprimés les pompistes !) et ainsi en réduisant les « coûts salariaux », leur accroissement de profits ils se le paye sur l'ASSEDIC, puisque autant de pompistes en moins
ça fait dans le pays autant de chômeurs en plus, il n'y a pas de miracle, un enfant de 5 ans le verrait tout de suite, c'est le bon sens même, donc leurs
profits ils les pompent dans les caisses de l'ASSEDIC (les gens y pensent-ils ? L'État, et les juristes, y pensent-ils ? Font-ils leur boulot
?), et comme lorsque l'ASSEDIC devient à court d'argent, à cause de trop de chômeurs, bien loin d'augmenter le taux des cotisations, ce qui serait normal selon la logique - base de la
politique et du « Contrat Social »! - de la solidarité, quand ça va pas on se retrousse les manches et fait participer tout le monde, BAISSENT les prestations de l'ASSURANCE chômage
pour laquelle les travailleurs avaient cru cotiser quand ils travaillaient, et plongent davantage les chômeurs dans la misère, familles et vies brisées, et tout ça. Bref les compagnies qui
possèdent ces station-essence bâtissent leurs augmentation de profits (et de dividendes, et de plus-values boursières) sur la misère et la déchéance des GENS (en chair et en os, comme vous et
moi), et sur la collectivité nationale. Comment on devrait appeler ce comportement, normalement ?
Les gens se font-ils la réflexion, qui est pourtant directe et évidente ?
Bon, le citoyen ordinaire, une fois qu'il a prit conscience de ce fait, que peut-il faire ?
En l'occurrence TOUT ! « qui paye commande », « le client est roi », bref, tant qu'il lui reste un espace de liberté - dépêchez-vous avant de le perdre, ça urge ! - boycotter
les stations qui font ça, point.


Et ne faire le plein, exclusivement, que dans les stations où il a au moins une caissière.


On s'y met, citoyens ?






p { margin-bottom: 0.21cm; }a:link { }