Tendre Daniel Auteuil....

Publié le 20 Avril 2011

 

http://images.commeaucinema.com/news/208_152367.jpgUne petite note de poésie aujourd'hui. Daniel Auteuil refait "la fille du puisatier" de Pagnol. Auteuil a passé toute sa jeunesse à Avignon, il ne lui faut donc pas tellement longtemps pour reprendre l'accent du midi. Il avait honorablement tenu son rôle dans la saga Jean de Florette. Dans la fille du puisatier, il fait son Clint Eastwood en réalisant le film en même temps qu'il joue le rôle principal. En France, c'est plutôt une coutume dirons-nous, puisque le cinéma français est totalement refermé sur lui-même et donc on cumule facilement les mandats. C'est une coutume française tout simplement. L'ego des français est-il à ce point volumineux et vorace ? Bref. Je n'ai pas encore vu "la fille du puisatier", je n'en ai découvert que la bande annonce. Alors bien sûr, cela m'a fait drôle de voir Auteuil en Raimu, mais ces deux hommes ont je pense beaucoup de points communs, et en particulier l'authenticité. Tendre Auteuil. Daniel Auteuil est pour moi un de ces acteurs diamant, taillé tout en finesse, joliment poli par le temps. Il en reste peu en France, les seuls noms qui me viennent à l'esprit pour l'instant sont le sublime Gérard Lanvin, et le non moins éblouissant Richard Anconina qu'on voit malheureusement assez peu sur la toile., le trop rare aussi Matthieu Kassovitz, le lumineux Franis Renaud. Le problème est que pour ces gens-là monsieur, il faut des montures et des écrins dignes des plus beaux joyaux, et en France le cinéma n'est plus qu'une industrie fast food.


http://www.francenetinfos.com/wordpress/wp-content/uploads/2011/04/Daniel-Auteuil.jpg

Donc, je pense qu'Auteuil peut marcher dans les pas de Raimu pour ce film tout en tendresse, où l'amour est roi bien sûr, mais aussi la dignité, cette dignité dont nous avons tant besoin aujourd'hui, ce tissu noble qui habille parfaitement l'être humain mais dont il se passe trop souvent pour revêtir de la fanfreluche synthétique, celle qui brille mais aussi gratte partout.

 

Par contre, il m'est plus difficile de voir Kad Merad en Fernandel. Jusqu'à présent, je n'ai vu en Kad Mérad qu'un joyeux bouffon dont l'âme est un peu trop dissimulée derrière ses sourires factices. j'attends donc de voir l'âme de Mérad comme nous voyions celle de Fernandel à chacun de ses gestes, sous chacune de ses pitreries.

Et puis il y a l'histoire, simple et tendre comme un cerisier en fleurs, histoire qui nous ramène au temps des cerises justement. Et j'espère qu'elle nous aidera à chanter un peu en cette période de cynisme où le "travailler plus pour gagner plus" veut juste dire "tout pour ma gueule, rien pour les autres." Les cigales donnent le ton. Moi, j'ai la chance de vivre dans la garrigue et de les entendre en Juin et Juillet. Leur cri nous informe que le thermomètre monte à 25 ° et qu'il faut vite se mettre à l'ombre, car ça va chauffer !

Voilà, la suite quand on aura vu ce petit bijou de Pagnol, en espérant bien sûr qu'Auteuil l'aura fait briller comme il se doit...

Bonne journée et merci à Daniel Auteuil pour son talent, sa simplicité, bref, son authenticité. Merci de nous voler le coeur et de le faire souffrir parfois pour nous prouver qu'on existe bien encore et que son coeur n'est pas à mettre dans la poche d'un porte-monnaie...

 



Rédigé par plume de cib

Publié dans #SPECTACLE VIVANT

Repost 0
Commenter cet article