Sommes-nous en train de nous faire avoir ?

Publié le 19 Mai 2012

 Tout baignée d'espérance, la Plume coulait des jours heureux... Oh oh ! Elle est naïve la Plume, tiens ! Se rendrait-elle compte tout à coup que les élections présidentielles n'ont rien de très.... démocratiques. Se rendrait-elle compte tout à coup que nous sommes archi manipulés, archi trompés, archi exploités ! Que ce sont toujours les riches qui auront le pouvoir et les pauvres qui trimeront pour leur permettre de le garder ???? De se payer des riads à Marrakech et de faire bombance tandis que sous le joug de la honte et de la culpabilité, nous consentons sans trop nous faire prier à serrer un cran de plus au ceinturon ? 

 

Les allégeances du nouveau gouvernement

La classe politique est souvent accusée d’incompétence dans l’exercice du pouvoir.
Jugés incapables, les politiques sont ainsi, en quelques sortes, « exonérés » de leurs trahisons et des dévoiement de leurs mandats. C’est là une erreur d’appréciation fondamentale : les échecs des gouvernements successifs dans la réalisation des programmes qu’ils proposèrent à leurs électeurs ne proviennent que rarement d’une incompétence, parfois profonde il est vrai, de tel ou tel ministre.

 La réalité est donc autre. Le décalage entre les promesses électorales, les projets présidentiels, et les réalisations effectives du gouvernement au cours du quinquennat s’explique avant tout par les allégeances respectives des membres de ce gouvernement. Les dirigeants politiques le savent : pour gravir les échelons, il faut prêter serment. Non au Peuple et à la Nation, mais à ceux qui détiennent les clés de la réussite de leurs carrières. Les lobbys, les groupes de pression financiers, militaro-industriels, européiste et atlantiste, la communauté sioniste, et bien sur la Franc-Maçonnerie sont ainsi les véritables décideurs. L’intensification de la crise et l’absence de véritable réponse politique pour y remédier relève donc non d’une incompétence fantasmée mais bien d’une collaboration avérée des gouvernants avec ces structures de l’ombre.
 Leurs échecs politiques si éprouvants pour notre Peuple sont des réussites aux yeux de ceux dont la devise est « Ordo ab chao ». Ce n’est en effet pas un hasard si, de façon systématique, les gouvernements successifs laissent la France dans un état pire que celui qu’ils trouvèrent à leurs arrivée. L’oligarchie a établi des axes directeurs auxquels doivent se soumettre les gouvernements. De « droite » ou de « gauche », ils s’y soumettent, et précipitent ainsi la France dans l’abîme d’un mondialisme qui dissout les nations et les peuples dans un magma a-culturel, reniant ainsi des identités millénaires. Le règne du capitalisme financier et des quelques centaines d’oligarques dont il émane, trouvent dans ces gouvernements des relais serviles qui leur doivent tout.
 Il est donc fondamental de sortir du prêt-à-penser matraqué par la propagande médiatique (dont les mensonges et omissions systématiques s’expliquent en fait simplement), et de comprendre les allégeances des principaux ministres du nouveau gouvernement. Comprendre ainsi pourquoi Hollande ne relèvera pas la France, et trahira – comme les autres – la confiance que lui accordèrent naïvement les Français…
Le ver est dans le fruit.
______________________________________
  • Manuel Valls – Ministre de l’Intérieur : Né à Barcelone en 1962. N’a acquis la nationalité française que par naturalisation en 1982. Ami avec Alain Bauer – qui est le parrain de l’un de ses fils – Grand Maitre du Grand Orient de France de 2000 à 2003. Le 4 Février 2008, il vote pour la réforme de la Constitution permettant la ratification du Traité de Lisbonne. Se définit comme « blairiste » et « clintonien ». Favorable à l’instauration de la TVA Sociale ; favorable à l’allongement de la durée de cotisation pour le droit à une retraite à taux plein ; favorable à l’alignement des régimes spéciaux de retraites avec le régime général. En 2010, il se déclare favorable au contrôle par la Commission Européenne des budgets nationaux. Participe aux réunions du Groupe Bilderberg. Franc-Maçon, membre du Grand Orient de France. Il se prétend « lié de manière éternelle à Israël », et s’est opposé à la demande palestinienne d’adhésion à l’ONU. Intervenant au CRIF, notamment lors du « congrès des amis d’Israël en France » de 2012. Membre du club Le Siècle.
  • Pierre Moscovici - Ministre de l’Economie : Issu d’une famille juive. Soutien historique de Dominique Strauss-Kahn. Lors du vote pour la réforme constitutionnelle de 2008, pour la ratification du Traité de Lisbonne, il s’abstient. Directeur de campagne de François Hollande durant la campagne de 2012, il est Vice-Président du Cercle de l’Industrie (Lobby patronal européen, en lien avec le MEDEF), dont Strauss-Kahn fut également Vice-Président et initiateur avec Raymond H.Lévy (PDG de Renault), et Maurice Lévy (président du directoire de Publicis, participant aux réunions du Groupe Bilderberg). Les principales entreprises représentées au sein de ce lobby sont celles du CAC40 (PDF). Participe à la rencontre entre Manuel Valls, François Hollande et Richard Prasquier, président du CRIF, lors d’une entrevue où Hollande s’engagea à « combattre fermement l’antisémitisme et l’antisionisme ».
  
  • Michel Sapin – Ministre du Travail : Franc-Maçon, membre du Grand Orient de France. Durant la campagne de François Hollande, il est chargé du programme présidentielle de François Hollande. A propos du Traité de Maastricht, qui préfigure le Traité de Lisbonne, il déclare : « Maastricht apporte aux dernières années de ce siècle une touche d’humanisme et de Lumière qui contraste singulièrement avec les épreuves cruelles du passé ». Lors du Congrès de Versailles en 2008, il vote pour la réforme constitutionnelle permettant la ratification du Traité de Lisbonne.Lors du vote qui permit la ratification du Mécanisme Européen de Stabilité, il s’abstient comme la plupart des parlementaires socialistes, permettant l’adoption du MES à la majorité absolue. Il participe aux diners du CRIF, en particulier en 2003 où il est présent aux « 12 heures pour l’amitié France-Israël » avec François Hollande, Dominique Strauss-Kahn, Nicolas Sarkozy, Pierre Lellouche et Benyamin Netanyahou (1er ministre de l’entité sioniste). Il participe aux réunions du Groupe Bilderberg, notamment en 1992 aux côtés de Jacques Toubon, Ernest-Antoine Seillière, Philippe Villin, André Levy-Lang ou encore Bernard Arnault.
  • Vincent Peillon – Ministre de l’Education Nationale : Issu d’une famille juive par sa mère (lui-même nomme ses quatre enfants Salomé, Maya, Elie et Izaak), son père fut banquier (directeur général de la Banque Commerciale d’Europe du Nord). Marié à la journaliste Nathalie Bensahel. Militant trotskyste à ses débuts. Soutien de Dominique Strauss-Kahn en 2011, il se rallie ensuite à François Hollande. Sioniste, il est Franc-Maçon membre du Grand Orient de France. Il prône une « république spirituelle », considérant « la Franc-Maçonnerie et la laïcité » comme « religions de la république ». Il soutient la ratification du Traité de Lisbonne par la France, et milite pour le fédéralisme européen, et « une harmonisation politique, économique et fiscale au sein de l’Europe ». Au Parlement Européen, il défend les intérêts sionistes et collabore activement au projet de déstabilisation de la Syrie (lien).

LA SUITE EST ICI ! il convient bien sûr d'effectuer les vérifications nécessaires ! Ce gouvernement serait-il encore plus pervers que le précédent ? N'en finirons-nous jamais à moins de laver nos mains dans le sang de nos élites ? L'Histoire n'est-elle pas finalement qu'une roue qui tourne et revient sans cesse au point Zéro parce que nous n'évoluons pas, parce que nous avons pris le parti de considérer Argent comme Dieu Universel ? Je vous rappelle que la puce sera bientôt obligatoire aux USA et que dans la foulée, elle le deviendra dans le Monde entier. 2016 au plus tard les amis ! Le temps n'est donc pas au repos ... Il va y avoir encore des élections. Si on changeait un peu ?

Rédigé par plume de cib

Publié dans #POLITIQUE INTERIEURE

Repost 0
Commenter cet article

Roland 06/09/2012 21:54


Valls a menti sciemment au sujet de la dernière "agression antisémite" ! (en fait ce n'en est pas du tout une, et la "victime" était un contrevenant, et c'est lui qui a commencé), et fait tout un
battage, tout en sachant que tout ça était faux ! C'est non seulement d'une bassesse, mais très inquiétant qu'on soit gouverné par des gens qui manipulent l'opinion de manière
aussi éhontée, (il n'y a guère que du temps des gouvernements les plus puants de l'histoire qu'on a vu ça ...), où allon-nous ? ça fait peur.


http://www.dailymotion.com/video/xtb7zj_e-r-soral-rentree-2012-partie-2_news?start=10

Charlotte 12/06/2012 13:31


Roland, un front commun OBAMA/BARROSO/VAN ROMPUY, ce n'est pas anodin, ces 3 clowns en chefs face aux marionettes que sont les chefs d'état européens du G8, la photo n'avait pas besoin d'être
sous titrée. Les élections grecques seront truquées le vote pour les partis de droite comme de gauche européïstes seront élus, Obama VEUT le "sauvetage" de la Grèce et il l'obtiendra... Nous
sommes prévenus :


http://panier-de-crabes.over-blog.com/article-l-ue-se-prepare-a-limiter-les-retraits-d-especes-des-distributeurs-automatiques-dans-l-eventualite-106810925.html


Si  Syriza gagne l'élection, la répression sur les grecs sera terrible, j'en ai bien peur.


Bisous ma Cib

Roland 27/05/2012 18:13


bien sûr qu'on va se faire "avoir" come de gentil gogosses qu'on promène, on le savait déjà non ? du moment qu'on élisait hollande. ça se voit à l'absence de pouvoir des ministres, au sein de
l'Europe, ça se voit au rituel indigne du G8. Le "front commun Obama-Barroso".


présentation et analyse par François Asselineau des premiers pas du nouveau président : http://www.dailymotion.com/video/xr58yf_analyses-des-debuts-d-hollande_news


 

Roland 22/05/2012 00:36


LE PROGRAMME DE SYRIZA POUR LA GRECE :


Voici quelques points clés du programme du Syriza pour 2012 (résumés par le site politique parapolitika.gr, vérifiés sur le site du Syriza left.gr traduits et classés par votre serviteur).


Le Syriza est évidemment opposé au plan d’austérité et favorable à un certain nombre de nationalisations.


- Economie
. Refus du plan d’austérité.
. Embauches massives dans la santé, l’éducation et les services sociaux. Programme immédiat de création de 100.000 nouveaux postes de travail (hôpitaux, écoles, organismes liés à la politique
sociale).
. Augmentation des indemnités pour les licenciements; mesures spéciales pour les chômeurs de longue durée ou de plus de 50 ans.
. Salaire minimum porté au niveau moyen des pays de l’UE 15 soit 1300 euros par mois.
. Augmentation des retraites.
. Retour à la propriété publique de tous les services publics et de tous les organismes dans les domaines de l’énergie, des télécommunications, des ressources en eau, des transports, des
infrastructures (ports, aéroports, marinas, routes, installations touristiques etc), transparence et contrôle populaire du système d’attribution et d’exécution des grands projets et des
politiques foncières.
. Etant précisé que les nationalisations ne concernent pas seulement le titre de propriété mais aussi la modification de la structure des entreprises publiques avec participation des salariés
dans la prise de décision et contrôle social, de sorte que les entreprises ne soient pas au service de l’accumulation capitaliste, mais des besoins sociaux.
. Formation d’un pôle d’intervention étatique dans le système bancaire, avec pour pilier la Banque Nationale, la Banque agricole et la banque postale, qui passent sous contrôle public et
deviennent propriété publique. Grâce à ce pôle, nouvelle politique sur le crédit, qui encourage la croissance, soutient les PME, les micro-entreprises et l’économie rurale, encourage des
politiques sectorielles et renforce les secteurs les plus pauvres.
. Nationalisation de chaque banque incapable de remplir ses obligations et de servir les déposants et qui a besoin du soutien de l’état.
. Refus de la privatisation de la compagnie Olympic ariways, de l’OTE (France telecom grec)de la libéralisation du secteur ferroviaire, des ports du Pirée et de Thessalonique et développement de
ces ports ainsi que de celui d’Higoumenitsa.


Lire la suite ici.

plume de cib 22/05/2012 08:54



merci roland pour le travail !


La Grèce va-t-elle devenir communiste alors ?



naradamuni 21/05/2012 20:08


“ La politique et ses politiciens sont intrinsèquement liés au capitalisme en tant que chiens de garde de ce système totalitaire marchand et consumériste .
La soumission par la dette est une vieille affaire (Solon l’athénien avait déjà à l’époque abolit l’esclavage par dette qui empêchait l’accès à la citoyenneté !), mais la possibilité de s’en
servir en matière politique à grande échelle n’a que 200 ans, je crois : ça s’appelle ‘ le gouvernement représentatif ’, ça n’a RIEN à voir avec la démocratie, c’en est même le strict
CONTRAIRE (ça prive le demos de tout cratos réel), et ça REND POSSIBLE LE CAPITALISME.
Pire : ÇA LE VERROUILLE durablement.
Autrement dit, tant qu’on n’aura pas réglé ça, tant qu’on restera dans la CAGE POLITIQUE de ‘ l’élection parmi des candidats ’ (le faux ‘ suffrage universel ’), on ne sortira pas du capitalisme,
qui est bien verrouillé grâce à cette procédure géniale qui donne la quasi totalité du pouvoir politique aux riches du moment.
Et je souligne ce paradoxe étonnant que les ouvriers et employés que nous sommes, incités en cela par nos partis (et c’est peut-être ça, l’explication du paradoxe qui nous conduit à nous
emprisonner nous-mêmes dans la cage de l’élection, nous défendons comme une vache sacrée ce faux ‘ suffrage universel ’, comme s’il était l’alpha et l’oméga de notre émancipation et de notre
liberté.
ALORS QUE, à l’évidence, nous n’avons JAMAIS, ou quasiment jamais, gagné une élection : même en 1936 (symbole remâché de ‘ victoire électorale pour le peuple ’), il n’y avait aucun
proposition sociale dans le programme de Blum et de son ministre des finances Auriol, qui avait même (comme tous ses prédécesseurs sous la IIIe) été promettre au Gouverneur de la très privée
Banque de France et également Président du Comité des Forges (MEDEF de l’époque), Auriol, donc, avait été promettre devinez quoi : Auriol avait été, comme tous les autres ÉLUS, promettre au
chef des patrons et à la fois chef des banquiers QU’IL NE MONTERAIT PAS LES SALAIRES ! Résultat miteux, sur l’essentiel, acquis par l’élection, donc.
Ce n’est que la grève générale — avec occupations d’usines dans tout le pays — à qui nous devons les congés payés et la semaine de 40 heures ; beaucoup plus qu’à l’élection.
Donc, observant que nous perdons toujours toutes les élections (et nous perdrons 2012 comme les autres, pas besoin d’être devin pour le savoir), nous les prolétaires, nous pourrions prendre
acte de ce que l’élection est RÉELLEMENT un piège à cons, une procédure PAR ESSENCE aristocratique — DONC oligarchique — qui permet aux riches, TOUJOURS ET PARTOUT, d’acheter le pouvoir politique
et d’ensuite faire écrire un droit qui leur est favorable par ceux qu’ils ont mis au pouvoir (et qu’ils remettront au pouvoir s’ils sont bien obéissants) : ça s’appelle ‘ le capitalisme
’.
Donc, les deux ont 200 ans : faux ‘ suffrage universel ’ et ‘ capitalisme ’.
Coïncidence ? ‘
Commentaire d’Étienne Chouard le 01 01 2012