Sarkozy et Hollande, une économie de cimetière ! et OB a buggé !!!

Publié le 14 Novembre 2011

Fracassant entretien de Jean-Luc Mélenchon sur le JDD ! On en redemande ! Depuis des semaines et des semaines, on nous prépare à un tête-à-tête Hollande Sarkozy au deuxième tour des présidentielles. Si c'est le cas, il y en aura très peu qui voteront car l'un et l'autre ont en commun de nous dégoûter de la politique. Deux candidats sans imagination, deux ringards sans vrai goût pour la France, sans force de caractère, sans sève ardente qui fait sauter l'impossible. Deux candidats en tous points compatibles avec le fonctionnement des "marchés" qui je vous le rappelle est le dernier Etat du Monde, un état qui règne déjà sur le Monde. Un état qui a tué la démocratie, qui installe des ex de Goldman Saxs aux postes clé. Allons, voyons, tout cela n'est pas incontournable, il faut cesser de baisser les bras ! Il y a d'autras alternatives que celle d'être un mort-vivant, je suis d'accord avec Mélenchon.

Faire de la France un Pays phare ! Au lieu de continuer à pleurer dans le giron des marchés, il me semble plus que nécessaire de chercher au contraire à s'en éloignger en changeant radicalement de politique, en prenant la tête d'une nouvelle ère ! Ainsi créons des énergies nouvelles, lâchons le nucléaire, le pétrole et tout ce qui date d'hier ! Regarder devant, ce n'est pas se lamenter en comptant ses dettes, ses échecs, en se faisant tirer par des chars à bras sur le chemin de croix que les marchés ont tracé pour nous ! Un Monde nouveau est à créer, si nous, nous le créons pas maintenant, c'est foutu, on n'existe plus dans un an. Alors choisissons un candidat qui ne vous rabache pas de la politique à papa. Créons s'il le faut un parti nouveau dont la vision n'est pas baser sur du retapissage de vieilles cuisines... Fichtre, je m'emballe. Je vous laisse avec Mélenchon...

 

Mélenchon : Hollande, "un capitaine de pédalo dans la tempête"

Le candidat du Front de gauche récuse la ligne de "rigueur" imposée par l’UMP et le PS. Il pilonne François Hollande, qualifié de "capitaine de pédalo" en "saison de tempête". Son but : faire sortir son ex-camarade de sa réserve.

Jean-Luc Mélenchon Paru dans leJDD

Jean-Luc Mélenchon critique les analyses similaires du PS et de l'UMP pour sortir de la crise. (Reuters)

Le nouveau plan de rigueur de François Fillon vise à compenser la diminution de la croissance… Vous en pensez quoi?
Il prépare une économie de cimetière. Seuls les morts pourront vivre à l’aise dans ce pays puisqu’ils n’ont besoin de rien. C’est un contresens économique. L’austérité réduira l’activité, les rentrées fiscales baisseront et les déficits augmenteront. Toute l’Europe s’y met! Partout, les résultats sont pitoyables. Voyez aussi le déni de démocratie! L’Assemblée vote un budget, et le lendemain, le chef de l’État change le chiffre qui a servi à calibrer ce budget! Enfin, c’est un contresens politique. Il commence la danse de Saint-Guy de l’austérité. Cette agitation pour satisfaire les agences de notation déchaîne les requins de la finance. Tout cela nous mène au désastre. Nous sommes en danger. Mais si l’Italie tombe, si l’Espagne entre en turbulence, le système implosera avant. Fillon prétend rassurer les marchés. Moi, je veux rassurer les salariés et les entreprises avec la relance de l’activité.

La dette publique était de 21,2% du PIB en 1978 et de 82,3% en 2010. Est-ce que cela vous préoccupe?
Ce n’est pas la dette qui est inquiétante. Les titres de la dette en France ont une durée moyenne de sept ans et trente et un jours. Durant cette période, la France produira 14.000 milliards d’euros, et nous devons aujourd’hui 1.840 milliards d’euros – c’est-à-dire 12,5% du total. Le déficit est insoluble parce qu’on a diminué les recettes. Il faut taxer beaucoup plus sérieusement les revenus du capital – à hauteur de ceux du travail – et taxer davantage les bénéfices des grandes entreprises que ceux des petites.

La France doit-elle payer toute sa dette?
Ceux qui veulent nous faire rembourser rubis sur l’ongle nous prêtent toujours plus cher. Il faut rendre les coups. Il est donc normal qu’on s’intéresse au contenu de la dette. J’appuie le mouvement qui s’interroge sur sa légitimité et demande un audit.

Les mesures prises récemment suffiront-elles à éviter à la France ce qui arrive à l’Italie?
Non. Il y avait une mesure efficace : que la BCE prête directement aux États à 1,25% comme elle le fait aux banques privées, qui, elles, prêtent ensuite à 18% à la Grèce. Coupons ce circuit! Permettons l’emprunt direct. La spéculation serait immédiatement étouffée. Ma thèse était isolée, puis elle s’est élargie au point que le président de la République en a présenté une version baroque : transformer le FESF en banque. Il y a eu un bras de fer entre la France et l’Allemagne. Sarkozy a capitulé. Il a fait "pschitt" devant Mme Merkel!

«Sarkozy est pour la rigueur, et Hollande est pour "donner un sens à la rigueur". Quelle différence!»

Cette "saison des tempêtes", comme vous l’appelez, peut-elle bénéficier à Nicolas Sarkozy?
Je n’ai jamais cru qu’il était battu d’avance. Je vois bien qu’il joue beaucoup de la dramatisation et de la peur pour se présenter en champion capable de tenir la barre. Il peut être cru si ses opposants ont petite mine. Or que voyons-nous? Nicolas Sarkozy est pour la rigueur, et François Hollande est pour " donner un sens à la rigueur". La rigueur, ou la rigueur? Quelle différence! Mon travail est de dire : nous, on peut faire tout autrement.

Pour régler la crise, vous mettez dans le même camp Hollande et Sarkozy?
Ils ont la même analyse de la crise. Hollande et Sarkozy sont deux hommes d’un autre temps. Ils ne voient pas la faillite du système. Je représente dans cette discussion une autre cohérence. Le Front de gauche propose un programme de relance de l’activité. Il y a des outils dedans : le salaire maximum, le smic à 1.700 euros, la planification écologique. Nous visons une double rupture : avec le capitalisme et avec le productivisme. C’est un programme qui coûte, mais qui rapporte aussi de nouvelles recettes. Je voudrais en débattre avec François Hollande. Il ne répond pas. Quel mépris !

À vous écouter, Hollande élu serait le Papandréou français?
C’est sa pente! Notez encore son silence quand la droite et l’extrême droite entrent au gouvernement grec! Ici, la ligne de Hollande est incapable de rassembler une majorité populaire pour battre Nicolas Sarkozy. La vraie bataille est de savoir si le peuple français veut tourner la page de ce modèle économique. Les Français seront-ils capables de surmonter la peur et le carcan idéologique dans lequel le duo Sarkozy-Hollande les enferme? LA SUITE ICI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #PRESIDENTIELLES 2012

Repost 0
Commenter cet article

roland 17/11/2011 03:03



et pendant ce temps la presse "mass-médias" est vraiment un instrument de popagande comme autrefois la pravda !  devant le plan d' "austérité" fillon, Paris-Match organisent un sondage en
ligne, bomme idée ! qu'elle sont leschoix de réactin qu'on propose aux lecteurs? Eh bien regardez !


Que pensez-vous du nouveau plan d'austérité de François Fillon ?



C'était nécessaire. En temps de crise, il faut se serrer la ceinture.


C'est de la poudre aux yeux. Les riches sont encore épargnés.


Pourquoi avoir attendu si longtemps pour mettre en place ces économies ?


C'est bien, mais ce n'est pas encore suffisant. La France compte trop de fonctionnaires.


Sans commentaire.



eh oui !vous ne rêvez pas quasiment tousles choix vont dans le sens du patronat libéral-fasciste,on vous donne à choisir entre il fallait serrez la vis auxpeuple français encore plus, ou alors
encore plus tôt ou alors supprimer encore plus de cette sales race corruptice et inférieur les fonctionnaires, ou bie il a raison ! quelle variété !


pour nous prendre pour des cons ils nous rennent vraiment pour des cons ! et pour un peuple sous dictature qu'on conditionne à coup de slogans !


remarquez la moitié des lecteurs a choisit la seule réponse, qui quoi que ne s'opposant pas elle non plus à l'idée de serrer la vis aux gens (la pensée unique ! TINA à la thatcher ...) parle
quand-même des riches ! et toc !



plume de cib 17/11/2011 08:58



on est vraiment dans la Pensée Unique, oui.Ca devient tellement énorme que je me demande s'ils n'essaient pas de nous faire croire que des gens gobent encore leurs conneries. Après tout, un
sondage, c'est quoi ? Comment peut-on vérifier ses résultats ? Ils s'adressent à qui, s'ils s'adressent à quelqu'un ? Les sondages vont comme par hasard dans le sens de celui qui les commande.
Les sondages coûtent une fortune à la France, aux français donc. Il y a un autre moyen de savoir ce que pensent les français, c'est de les écouter quand ils manifestent !