Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Salaire du président de la SACEM : 600 000 euros par an.

Publié par plume de cib sur 6 Mars 2011, 15:36pm

Catégories : #HADOPI ET LIBERTES

 

 

Une bagatelle, n'est-ce pas ? Le Président de la SACEM perçoit donc 600 000 euros par an. Il est à la tête du directoire de la SACEM, société de répartition des droits d'auteurs paraît-il. Mais avant de distribuer aux auteurs, elle se distribue à elle, à ses éminents membres qui nous ont concocté la fameuse loi HADOPI. C'est sûr que télécharger une merde sur Internet, ça fait mal à la SACEM et à son droit de prélever de la thune sur le travail des autres, sans rien faire d'autre.

Alors le type touche un tel salaire pour faire quoi ? Parce qu'en fait, si on réfléchit bien, y-a-t-il besoin d'une société qui a l'unique charge de collecter et répartir les droits des auteurs ? Car pour répartir les droits d'auteurs, il n'est besoin que d'un système informatique, il me semble. Mais bon, le pire est que siègent au Directoire de l'éminente Sacem, des auteurs voyez-vous et si ceux-ci voient un grand problème à ce que le monde de la communication change et tue le DVD et le CD, ils ne voient pas d'un mauvais oeil le fait qu'un Président dont la fonction n'est que porter un titre, touche 600 000 euros par an puisque chaque année ce sont eux qui votent son salaire ! Elle est bonne celle-là !

Pour la petite histoire, ma meilleure amie fut l'amie très proche d'un éminent Président de la Sacem dont je tairai le nom Elle l'accompagnait souvent "à son éminent travail" qui consistait à venir à la Sacem le jeudi pour une réunion où on ne parlait de rien mais qui se terminait par un repas où on se tapait bien sur la panse, au frais des auteurs, bien sûr. Ce Monsieur étant auteur lui-même, percevait énormément de droits d'auteurs, ce qui est normal, mais il touchait en plus son salaire très motivant de Président de la Sacem. Il n'y a pas de mal à se faire du bien hein ! Bon, je ne sais pas s'il aurait été d'accord pour racquetter la population,  privatiser l'Art et en faire un produit de luxe.


Commenter cet article

Bichau 07/03/2011 17:46



Bonjour plum de cib, merci de nous en apprendre un peu sur la cupidité de ceux qui sont à la tête de ces privilèges. Au pays où l'argent est roi, plus rien ne nous étonne. Quand tant d'autres se
débattent pour gagner leur vie au prix de milles sacrifices, les antis et inutiles fourmillent dans ce pays. Je fais tourner sur mon blog, bises



plume de cib 08/03/2011 10:02



et oui, c'est à nous de faire le travail. On a besoin de se mobiliser pour contrer le raz de marée de fausses infos, d'infos fantaisistes ou de faux événements qui vont envahir les colonnes des
journaux nationaux, genre le sondage de ce WE.



naradamuni 07/03/2011 10:31



Tu fais comme tu le sens ; textes libres des vautours sacem & co !



naradamuni 06/03/2011 19:44



Société civile à but non lucratif laisse songeur


Peut-être plus générale que le cas cité : une réflexion ...


"Légalité de l’Égalité" ; N’était-ce pas le simple titre du Livre maudit de 1789, dont la thèse simple – puisqu’ensevelie – proclamait que si tu crois avoir des dons* et des qualités qui te
révéleraient comme supérieur aux autres, tu doives bien te placer tout en bas de la société et la soulever à bout de bras ? Sinon quel peut bien être l’utilité de se trouver au sommet ? Il semble
qu’il n’y reste plus à soulever à bout de bras que les étoiles...
Être intelligent, et le rester, transparaît, très soudainement, comme accepter une participation à une pauvreté généralisée. Puisqu’il semble si aisé d’établir un « revenu minimum garanti », il devrait paraître
encore plus facile d’établir un « revenu maximum garanti ». Toute richesse exagérée serait désormais définitivement exclue de la civilisation.
Le splendide contrecoup c’est que la galopante misère nationale, puis mondiale, serait, tendanciellement, en voie de complète disparition. Il ne resterait plus que ce que nous nommons « pauvreté
généralisée ». Ce mot, toutefois, se profile quelque peu trompeur puisqu’il ne l’est que par rapport au mot richesse. En fait, cette dite pauvreté généralisée serait un incroyable enrichissement
collectif pour, au moins les 3/4 de l’humanité, soit dans chaque pays occidental pour plus de 70 %, dans les pays en développement pour plus de 80 % et dans les pays dits pauvres pour plus de 90
%. Bref, la loi du nombre, dite aussi démocratie, se verrait, pour la première fois, récompensée. L’acceptation de la « pauvreté généralisée » enrichit, grandement et à la seconde, les 3/4 de
l’humanité. Mais, aussi, stabilise économiquement les autres 20 % tout en parvenant à la richesse de les mettre en cohérence avec eux mêmes. Restent 5 % : — les seuls qui « profitent » de
l’humanité entière, des ressources non renouvelables, de la misère générale. En démocratie, ils restent définitivement minoritaires. D’entêtés marginaux.


Vouloir maintenir que c’est pour le bien-être du plus grand nombre que ces riches exagérés n’arrêtent plus de se monopoliser les richesses pendant que l’inacceptable misère augmente de partout,
oser poursuivre que le plaisir de 90 % de la population c’est de les voir devenir toujours plus riches et eux mêmes toujours plus pauvres, daigner asséner que c’est la responsabilité et la
compétence qui, implacablement, obligent au « tout pour moi et rien pour les autres » d’Adam Smith – tout cela paraît de plus en plus fermement allié à la bêtise crasse.


Non, il n’est plus possible de défendre la richesse exagérée sans sombrer dans l’idiotie la plus évidente. En revanche, il émerge l’intelligence rayonnante qui admet que la « pauvreté généralisée
» (ou le « revenu maximum garanti ») soit le seul moyen d’un véritable enrichissement collectif. Cette intelligence débordante rejoint les bases liberté, égalité, fraternité de la Constitution,
oui mais constitution physiologique de chaque pays affilié à la démocratie. La légalité de l’égalité redevient triomphante. En plus que de parfaitement logique.


Utopie me direz-vous ...?


LA SOCIÉTÉ A-T-ELLE RÉELLEMENT UN BUT ?


* Comme nous l’a appris Marcel Mauss, dans l’essai sur le Don, seul l’esprit qui n’attend pas obligatoirement quelque chose en retour fait fonctionner la Société.


D'où ce monologue insonnorisé (SACEM omise !) :


si tu as un DON c’est bien pour en faire Don. Et voilà pour les surdoués. Les doués d’un don. A en faire don. Don : mot substantivé comme d’un verbe impersonnel du genre il pleut. Avoir un don
implique qu’il y ait donateur, soi même ne peut se faire don, paternellement ou maternellement, à soi même précédé de soi même. Le donateur qui précède le don c’est la vie, par le code génétique
mais qui ou quoi a précédé la vie. Le don passe par l’hérédité mais un don non exercé (l’environnement, l’acquis) ne se révèle pas. Quel que soit l’angle qui aborde le don, aucune preuve de
supériorité ne peut jaillir de ce surdon. Nul ne peut dire je pleus, nous pleuvons, seul l’impersonnel il pleut convient. Aussi bien nul ne peut dire je suis don, nous sommes don, seul
l’impersonnel il m’a été donné un don convient. Et s’il vous a été donné un don ce n’est pas pour le vendre non. Juste pour le donner. Vous mettre au service de qui n’est pas doué.


Créer une structure inégalitaire pour « prouver » qu’on a un don prouve donc exactement l’inverse : ce serait les moins doués qui devraient avoir tous avantages afin que vous montriez que votre
don annule ce handicap. Si vous avez tous les dons et que vous saisissiez EN PLUS tous les privilèges, vous « prouvez » juste que, sans ces privilèges, point de don. Avoir un don qui entrouvre le
mystère du « donateur », ne « prouve » aucun inégalitarisme entre les humains. Au contraire. Qui ne partage pas avec les humains ses dons se montre bien inférieur à eux.



plume de cib 07/03/2011 09:44



mon dieu, c'est magnifique tout ça. C'est bien le seul programme politique valable et de pour tous les pays du monde. Est-ce que je peux publier naradamuni ?


Et je suis tout à fait d'accord avec le principe de revenu maximum garanti. En effet, pourquoi prône-t-on juste le revenu minimum garanti, comme une forme de mendicité d'ailleurs, histoire de se
donner bonne conscience et de laisser les riches s'empiffrer sans scrupules..... Le maximum garanti est effectivement une solution plus plausible et plus efficace. Quand au don, je suis aussi
d'accord avec toi. Merci beaucoup.



sylvie 06/03/2011 17:29



Eh eh, au bas mot 50 000 euros par mois… donc, si on admet un prix moyen du CD aujourd'hui de, disons, 19 euros ? A la louche 2631 CD/mois, 31578 par an. Paut-être que le président de la Sacem se
fait en devoir de réinvestir dans l'achat de CD de petits débutants ? C'est qui, le président en ce moment ? Et les
autres, vice-présidents (doit y en avoir dans les coins) combien ? Et je suppose qu'ils se font un devoir, quand ils embauchent du petit personnel, d'utiliser le filon des emplois aidés, non ? Un
sacerdoce : lutter contre la précarité des petits auteurs-compositeurs-interprêtes, et contre le chômage des précaires… légion d'honneur en vue !



plume de cib 06/03/2011 17:38



oui, et il faut savoir que le Président de la Sacem ne fait pas que ça. Pierre Delanoé fut par exemple président de la Sacem, tu vois ce que je veux dire ????? Président de la Sacem, c'est un
titre honorifique qui rapporte 600 000 euros par an à son bénéficiaire. Dans ton décompte de CD, tu oublies les charges patronales bien sûr !!! et plus les avantages en nature évidemment. Tu as
toute une bande de nuisibles qui se réunissent comme ça au sommet de la tour de la Sacem, dans un lieu bien gardé, où ils se gavent tranquillement en snobant tout le monde. C'est puant comme
ambiance, tu ne peux pas savoir. Sont invités quelques petites gens, comme au dîner de cons.


Enfin, il faut savoir que la Sacem est une société civile à but non lucratif, si si !



jean-pierre 06/03/2011 17:09



Merci, voilà une bonne infos que je vais faire tourner car vraiment on ne parle jamais assez de ces parrasites qui sont lègion dans ce système et qui pourrissent les meilleurs initiatives !



plume de cib 06/03/2011 17:21



Merci jean-pierre, cette info n'a effectivement pas assez circulé. Elle est même carrément passée sous un silence assourdissant des médias. il y a comme ça des parasites qui font beaucoup plus de
mal à notre économie et à notre société que le pauvre clampin qui télécharge une connerie sur Internet.


voici un lien pour plus d'informations.


http://www.electronlibre.info/Le-salaire-du-patron-de-la-Sacem,01012



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents