Quand Sarko se déplace, c'est en tant que président ou candidat ?

Publié le 26 Février 2012

Je viens de lire cet article. Un déplacement digne d'un temps de guerre. Dire que De Gaulle était venu au même endroit, en voiture décapotable, sans escorte. Oups . L'autre, il se prend sans doute pour si important que tout le monde veut le tuer. Mais on a un autre moyen de s'en débarrasser, il va bientôt le connaître.... la date, c'est le 23 Avril. qu'il en profite bien en attendant !

Sécurité : les dessous de la visite présidentielle en Seine-Maritime

75 contributions

Publié le samedi 25 février 2012 à 15H58

La venue de Nicolas Sarkozy chez Petroplus, près de Rouen, a nécessité pas moins de 600 policiers et gendarmes, deux Falcons 50 et deux hélicoptères... La République ne badine pas avec la sécurité.

Petit Couronne le 24 02 1012Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi aux salariés de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (Seine-Maritime) que le contrat avec Shell permettant une reprise temporaire d'activité était

Le président à son arrivée chez Petroplus, accueilli par le préfet de la Seine-Maritime

ROUEN (Seine-Maritime). Le déplacement de Nicolas Sarkozy vendredi chez Petroplus, à Petit-Couronne (Seine-Maritime), a mobilisé bien des énergies. Dès que la décision a été prise à l'Elysée de cette visite présidentielle en terre normande, il a fallu que l'intendance suive. En quelques heures ainsi, les ordres sont tombés les uns après les autres jeudi en milieu d'après-midi. Emanant d'abord des proches du président en direction du préfet de la Seine-Maritime, Rémi Caron.
Réunion en petit comité dans le bureau du représentant de l'Etat, avec son chef de cabinet, Florence Gouache. Premiers coups de téléphone au directeur de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP) puis au patron du groupement de gendarmerie de Seine-Maritime. La sécurité d'un président n'a pas de prix. Il faut éviter coûte que coûte les dérapages. De hauts fonctionnaires de l'Etat, pour l'avoir négligé chez nos voisins de la Manche, ont perdu leur casquette qui de préfet qui de chef de la police.  Alors pour ce voyage de quelques heures de Nicolas Sarkozy en Haute-Normandie, tout à été pensé, réfléchi, minuté dans le moindre détail.

 Plus de 600 hommes sur le pied de guerre

La gendarmerie à dû donc "vider" des brigades territoriales de quelque 135 militaires. Idem, à quelques dizaines d'hommes près, a la police. Trois compagnies de CRS, soit environ 270 hommes, trois pelotons d’une soixantaine d'hommes de la gendarmerie mobile de Mont-Saint-Aignan, ont été réquisitionnés illico. De même que l’équipe cynophile de la gendarmerie maritime qui, avec son chien renifleur d’explosif, a passé certains locaux de la raffinerie au peigne fin le matin même de la visite. Sans oublier aussi une escouade  de motards pour sécuriser le cortège présidentiel et lui ouvrir la route, et tout le dispositif policier habituel mis à la disposition du chef de l'Etat, comme le fameux GSPR (groupe de sécurité de la présidence de la République) ou le service des voyages officiels (VO).

Selon un habitué de ce genre de voyage officiel, ce sont au bas mot plus de six cents membres des forces de sécurité qui étaient sur le pied de guerre vendredi.

Ordre et contre-ordre…

Parfois, il peut y avoir des contretemps, des imprévus. Nicolas Sarkozy et François Baroin, son ministre de l'Economie, étaient attendus par la voie des airs. Le Falcon 50 présidentiel a prévu de se poser autour de 11 heures sur l'aéroport de Rouen-Boos.  Le préfet et ses proches collaborateurs, les patrons de la police et de la gendarmerie, dans leur bel uniforme, sont là sur le tarmac, prêts à accueillir le président-candidat.  Six motards sont là aussi, en rang serré, avec pour mission d'escorter le cortège au plus vite jusqu'à Petit-Couronne, via l'A13 et la Sud 3.

Soudain,  contre-ordre : le chef de l'Etat viendra par la route. Les spécialistes de la sécurité aérienne ont jugé que le plafond était trop bas pour sortir l'avion présidentiel...  Qu'importe. Préfet et collaborateurs claquent des talons et font demi-tour. Direction la raffinerie, c'est un ordre.  Partie de Paris peu avant 11 h 30, la dizaine de voitures du cortège présidentiel (six pour le chef de l'Etat, trois pour son ministre) pointe son nez une heure plus tard devant les grilles de Petroplus. Quelques serrages de mains et la visite peut commencer.

Deux avions et deux hélico prêts à toute éventualité

Entre temps, les deux Falcon 50 réservés à la présidence se sont posés à Rouen-Boos, tandis que deux hélicoptères se positionnaient sur un terrain de fortune à Grand-Couronne, pas loin de la raffinerie. Des précautions au cas où le président de la République aurait dû rejoindre l'Elysée de toute urgence.

Rémy Lebel

Rédigé par plume de cib

Publié dans #Les aventures du clown blanc

Repost 0
Commenter cet article

LLéa 27/02/2012 23:30


Coucou, merci Plume,


 


http://www.seuil.com/livre-9782021050189.htm


 


Bien a vous, Léa

Bichau 27/02/2012 09:58


C'est incroyable ça, des enfants contraints d'agiter des drapeaux et de claquer des mains devant un homme dont ils ignorent tout, comme chez les dictateurs, ah ah, c'est de pire en pire, bon ce
n'est pas encore la dictature physique, bien loin s'en faut, mais elle commence à devenir morale ! Si l'on comptabilisait le prix de toutes les sortis de Sarkoléon depuis sa première campagne,
puis sous sa présidentielle et avec cette nouvelle campagne, je crois que le peuple à qui on demande des sacrifices tomberait des nues et ne pourrait même pas y croire...

plume de cib 27/02/2012 10:04



l'info était parue dans le midi libre. Ouais, on aimerait bien avoir la publication du poste frais de déplacements de NS sur cinq ans. Ce devrait être faisable, nan ?



plume de cib 26/02/2012 19:20


effectivement, des gosses ont été conduits sur son passage pour faire la claque, sans le consentement des parents. Ils devaient crier vive le président et agiter des petits drapeaux. Ca s'est
passé dans la région... les parents ont vivement réagi. Je crois qu'ils ont porté plainte...

dotblauw 26/02/2012 18:36


Il craint le minus dans les deux sens du terme. Je ne suis pas les news sur sarko mais il parait que les travailleurs d'une usine voisine ou les enfants de la mairie sont ré-qui-si-tion-nés pour
faire la claque et agiter des petits drapeaux quand il débarque, en plus ils ne doivent pas etre trop grands pour ne pas faire de l'ombre au monarque...

plume de cib 26/02/2012 22:38



donc, j'avais répondu à ton com. mais ça merde chez OB depuis quelques heures. Donc, je suis au courant pour les gamins. C'est dans la région. Le maire les a effectivement réquisitionnés pour
accueillir le président, sans demander l'autortisation des parents qui ont porté plainte je crois..? Les mômes devaient crier vive le président en agitant les drapeaux. Pour sa défense, le maire
a dit que c'était éducatif....