Potagers dans la rue ? Allez-y et faites tourner !

Publié le 8 Août 2012

Il est temps de prendre notre vie et donc les affaires du Monde en main ! Ne crions plus, agissons ! Ils nous en promettent de belles, et bien ils vont voir à qui ils ont affaire ! Ils sont en train de piller la France de son or, les "boutiques" d'escrocs à la solde du gouvernement poussent bizarrement comme des champignons après un soir d'orage, ils sont en train de nous préparer des jours moroses, tout ça pour le simple plaisir de l'empire du pognon, mais ne nous laissons pas faire ! Les initiatives sont nombreuses et nombreux aussi les rebelles qui chacun dans leur coin agissent !

Et il y a ceux qui à contre courant du profit, prônent le partage ! Ce n'est rien les amis, rien qu'une graine qu'on plante devant chez soi, n'importe où et même certaines villes s'y mettent. Plantez pour le bonheur de voir les gens récolter le fruit de votre généreuse initiative. Plantez, faites croître la vie en dehors des sentiers battus par le fric. Plantez et donnez ! Merci à ceux qui ont initié ce fabuleux projet !

 

 

 

Gard Potagers dans la rue : "Servez-vous en légumes, c’est gratuit !"

JULIETTE CHAPALAIN
08/08/2012, 06 h 00
À Saint-Jean-de-Valériscle dans le Gard, Eric, ancien enseignant, est pionnier du mouvement dans son village.
À Saint-Jean-de-Valériscle dans le Gard, Eric, ancien enseignant, est pionnier du mouvement dans son village. (Photo ALEXANDRE DIMOU)

Dans le Gard, les légumes sont gratuits ! "Mais faut pas que ce soient les fainéants qui viennent les manger !" s’exclame Stéphane, lors de la réunion sur les Incroyables Comestibles.

Cette révolution “peas and love” (“petits pois et amour”, en anglais) importée d’Angleterre consiste à mettre des bacs en bois dans les espaces publics afin que les citoyens puissent choyer un potager sans nécessairement récolter les fruits de leur labeur.

Des légumes pour tout le monde

Eric, ancien enseignant et initiateur du projet dans la région, tente d’expliquer à Stéphane : "Ce n’est pas du vol puisqu’ils appartiennent à tout le monde !" Avec Inka et Raphaël, il a installé quatre bacs à Saint-Jean-de-Valériscle en mai, plaçant leur village cévenol sous le feu des projecteurs médiatiques.

"J’aime que cela n’appartienne à personne" Nadine, habitante de la commune

Les trois optimistes à la main verte tentent aujourd’hui de faire participer leurs concitoyens au mouvement, car si l’initiative commence à fructifier à Rousson et Saint-Hippolyte-du-Fort, elle n’est pas encore pleinement digérée par les habitants.

Basés sur le don et l’abandon de la compétition, aux antipodes du système capitaliste actuel, les Incroyables Comestibles attaquent la “morosité ambiante” à coups de courgettes. François Rouillay, qui a introduit le mouvement en France, espère "l’émergence d’une nouvelle gouvernance planétaire" grâce à la "générosité de la terre nourricière". Et il ne compte déjà plus le nombre de participants.  LA SUITE ICI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #AU VERT

Repost 0
Commenter cet article