On nous appelle les "Karachi" !

Publié le 20 Novembre 2010

 

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41wHcABvClL._SL500_AA300_.jpgOn nous appelle les "Karachi" : c'est le titre du livre écrit par deux des enfants des ouvriers tués dans le car de Karachi. Ce sont deux filles. Elles racontent leur quête pour tenter de découvrir la vérité. Ce sont des filles d'ouvriers et non pas d'ingénieurs comme ça se raconte dans les médias. Les ingénieurs se déplaçaient en voiture. Ce sont onze ouvriers qui ont été sacrifiés. Elles ont été d'abord défendues par un avocat, chaudement recommandé par l'association SOS attentat, et qui n'était autre d'un avocat du Ministère de l'Intérieur de l'époque. Cela vous donne une petite idée de ce qu'elles vivent depuis huit ans.

Elles ont rencontré le président en 2008 qui leur a fait certaines promesses et en particulier celle de les recevoir tous les ans. Mais c'est la seule fois qu'elle l'ont vu. La dernière fois, un de ses conseillers a répondu que le président avait autre chose à faire que de recevoir des gens pour des petits bobos personnels !

 

On les a traitées de folles, d'être les instruments du PS, de Dominique de Villepin. Debré n'a jamais accepté de livrer les comptes de campagne de Balladur. Tiens ? Pourtant ces comptes doivent être publiques ! Comme tous ceux des candidats à une élection dans notre Pays.

Elles portent plainte contre Chirac pour avoir fait stopper le versement des rétrocommissions. Mais les versements ont été arrêtés en 1996 et l'attentat a eu lieu en 2002 ! Par ailleurs, il faudrait comprendre que le versement de rétrocommissions bien que courant n'est pas pour autant légal.

Cette affaire est une affaire d'Etat, certes. Mais elle est surtout un drame épouvantable pour les onze familles des victimes. La vérité ? Le secret-défense pudiquement apposé sur le dossier ne sera pas dévoilé avant longtemps. Balladur et toute sa clique fumeront les mauves. Mais le combat doit continuer car l'Histoire continue et il est important que ces noms ne figurent pas dans ses pages enluminés de roses. Qu'ils soient inscrits dans la merde qu'ils ont produite jusqu'à la fin des temps. Que l'affront pour ces familles soient lavé. Familles modestes, menu fretin, il ne leur reste plus que l'honneur à sauver.

 

On nous appelle "les Karachi" de Magali DROUET et Sandrine LECLERC. Pour en savoir davantage et tenter de décrypter la vérité dans le tissu de mensonges et d'ineptie que nous servent les politiques sur cette affaire. Ces onze ouvriers morts pour des histoires de corruption à haut niveau portent un nom. Ce n'était pas des pions qu'on fait avancer sur un terrain miné. Cette affaire est odieuse.


Rédigé par plume de cib

Publié dans #PROMO DIVERS

Repost 0
Commenter cet article

bichau 22/11/2010 08:59



je suis bien d'accord avec vous cette affaire est scandaleuse et comme toute affaire d'Etat elle sent mauvais. J'étais moi-aussi persuadée qu'il s'agissait d'ingénieurs et c'est la première fois
que quelqu'un nous dit qu'il s'agissait d'ouvriers, ce qui bien sûr ne change rien pour les enfants de ces sacrifiés. Bonne journée plum de cib, et continuez à dénoncer les turpitudes de nos
gouvernants.



plume de cib 22/11/2010 09:13



bonjour Bichau,


cette histoire d"ingénieurs"n'est pas anodine en effet. Et moi, je trouve cela écoeurant. Les enfants des victimes se battent avec un courage exemplaire. Quand on pense à tous les obstacles à
franchir avant de découvrir la vérité....