Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


On est otages du nucléaire dans notre pays

Publié par plume de cib sur 12 Mars 2011, 17:02pm

Catégories : #AU VERT

 

Ce n'est pas moi qui le dit, mais Cécile Duflot. Et je suis d'accord avec elle. Avec ce qu'il se passe en ce moment au Japon, les lobbies nucléaires et les politiques ne peuvent absolument plus dire que le nucléaire est d'une sécurité absolue. Il faut arrêter tout, maintenant. Car le jour où on mesurera le risque, ce sera trop tard. Le nucléaire ne nous laissera pas le choix de nous atteindre ou pas. Trop tard ! on ne peut en France continuer à faire gagner du fric à des lobbies en mettant en danger des populations qui n'ont rien demandé finalement.

Au Japon, ce n'est que le début. Pourtant ce pays peut se vanter d'être à la pointe de toutes les technologies. Connaissant les risques, les centrales nucléaires japonaises étaient bien entendu équipées pour les contrer. mais cela n'a pas suffi. Voilà. Des morts, des morts, des morts.

En France, le nucléaire s'est imposé sans débat souligne Cécile Duflot. Elle réclame la sortie du nucléaire et la transition écologique vers d'autres sources de production d'énergie. Il y a des solutions mais EDF ne veut pas lâcher le morceau. sa détermination pour garder la main mise sur le marché est incroyable. EDF, je veux dire les actionnaires qui gagnent du fric en mettant en danger les populations. Y en a marre !

"Cet accident signifie qu'on ne peut pas se prémunir contre l'une des failles profondes du nucléaire, c'est-à-dire le danger considérable que représente une centrale quand elle est abîmée. Le risque nucléaire n'est pas un risque réellement maîtrisable", souligne-t-elle.

EN FRANCE

Début février, EDF a signalé à l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) une anomalie dans le "circuit d'injection de sécurité" (RIS) de 34 de ses 58 réacteurs. Ce système permet, en cas de brèche dans le circuit principal, de maintenir le refroidissement du coeur du réacteur en réinjectant de l'eau dans ce circuit de secours. C'est ce qui n'a pas pu être activé au Japon et cela montre que l'accident japonais est donc possible en France,  "Ce à quoi j'appelle, c'est à un véritable débat sur l'énergie. On est otages du nucléaire dans notre pays. On a été endormis et même, pour certains, anesthésiés sur les dangers pour des raisons politiques", dénonce-t-elle.

On ne peut pas tout accepter  sous prétexte que c'est POLITIQUE. La France est un Pays politique, certes, mais cela ne veut pas dire que c'est une fatalité et qu'il n'y a rien à faire. On est déjà en train de se battre pour que le Gaz de schiste ne soit pas exploité. Il faut se battre tout le temps et sur tous les fronts de nos jours,  et ce n'est pas parce qu'on n'est jamais contents ou qu'on rale tout le temps comme on veut nous le faire croire, non,  il y a trop d'intérêts financiers en jeu. C'est comme ça, ou se laisser traiter comme du bétail industriel...

 

«Angela Merkel et Stefan Mappus (chef du gouvernement régional du Bade-Wurtemberg) vont comprendre que celui qui prolonge la durée de vie des centrales (nucléaires) raccourcit sa propre durée de vie gouvernementale», selon Jochen Stay.

 

Les allemands ont formé une chaîne humaine de 45 km et appellent à des veillées anti nucléaires. Il est temps qu'on se réveille aussi. Les allemands ne veulent pas qu'on prolonge la vie de vieilles centrales nucléaires. Il est temps que nous fassions savoir aux politiques que nous ne le souhaitons pas non plus.

Commenter cet article

Jo des RG 16/03/2011 14:36



Je reviens pour dire que les faxs sont utiles, peut-être plus qu'internet où les gens lisent ce qui les intéresse (le cul, surtout !). Il faut aller commenter sur des forums de presse, très lus.
Et aussi envoyer des petits textes aux courriers des lecteurs de grands journaux papier nationaux et régionaux : dans le Gard, Midi-Libre et la Gazette par exemple. Il faut qu'on s'y mette tous,
avec clarté, sérieux mais aussi humour.



plume de cib 16/03/2011 14:48



bien d'accord avec toi. Je poste déjà pas mal de commentaires sur Midi Libre. je vais voir la Gazette. D'accord pour tout. J'espère que d'autres le seront également. Voilà du positif ! ça
requinque !



Jo des RG 16/03/2011 14:28



Tu as touché pile ! la communication chez les écolos est désastreuse, et moi qui ai beaucoup communiqué (envoi de 300.000 faxs sur les OGM dans les régions concernées à tout ce qui est dirigeants
c.àd.  politiques, administratifs, religieux, enseignants etc, panneaux publicitaires dont je parle sur "BVous avez dit solidarité", interviews etc) j'étais très critiquée et jalousée. Les
écolos sont souvent trop doctrinaires, sectaires, et pisse-vinaigre et regardent de travers les créatifs, et puis les nanas se dévouent et les mecs font les petits chefs, comme d'hab'.


J'ai eu la surprise et la joie de voir une nouvelle faucheuse grâce au fax que je lui avais envoyé: une secrétaire de mairie !


 



plume de cib 16/03/2011 14:47



en fait, ce noyau d'écolos doctrinaires ont l'impression que l'écologie leur apaprtient. Le problème est le même que dans un parti en fait.


C'est toi qui a raison. L'écologie ne doit plus être gardée comme ça par des gens sectaires sinon le mouvement mourra de sa propre asphyxie. Pour moi, l'écologie, c'est juste un mode de vie
ordinaire qu'il faut apprendre quand on est gosse à l'école et à la maison, c'est la formule pour vivre en société et dans un environnement qui nous protège et qu'on doit juste protéger.


Beaucoup de gens l'ont compris. Je fais mes courses dans un magasin bio. J'y rencontre toutes sortes de gens, des toutes classes sociales. Certes, certains sont vétus baba, c'est leur droit, mais
ils ne sont pas légion. on déporte nos habitudes du supermarché bon au magasin bio, c'est déjà un grand pas vers la responsabilisation et la conscientisation.


On ne peut pas parler bio, écologie, dans un langage que personne comprend. La communication est essentielle, capitale. Les gens sont vraiment de plus en plus concernés mais ne veulent pas entrer
dans une secte. On ne quitte pas une pensée unique pour entrer dans une autre, surtout pas.


Les écolos souche veulent tout simplement garder leur parti pour eux. C'est une forme répandue d'égocentrisme où le besoin de reconnaissance fait loi plus que l'intérêt général malheureusement.



Les RG 16/03/2011 07:13



A part  les habitués, personne ne vient à nos manifs anti-nucléaires. Ce qu'on y apprend d'amis spécialistes est effrayant, il y a des fuites permanentes, de la triche, des pauvres
"gitans" (cest ainsi que les EDF les nomment) qui vont travailler d'une centrale à l'autre, échappant ainsi à toute surveillance et réglementation sur leur protection. Tout ça avec la bénédiction
de la CGT, qui nous hait : "vous êtes de minables avec vos bagnoles pourries", nous disaient ces tarés en 4X4.


Ne parlons pas des radios et scanners abusifs qui rapportent un max aux cliniques de plus en plus privées: il suffit de relever la radioactivité avec un compteur, dans un bus prenant ses
passagers devant un hôpital: ça cliquette d'enfer !


Et les G8 où ont remet nos chartes aux gouvernants: si on était 5 millions au lieu de 500.00, ils seraient obligés de nous écouter, au lieu de nous envoyer leurs matraqueurs (si vous voyiez les
engins d'assault géants qui nous pourchassent parcourent les rues et ne sont jamais filmés, c'est effrayant !)


Faites du militant écolo actif un modèle et aimez-le, il en chie tellement pour vous défendre !


 



plume de cib 16/03/2011 08:09



bonjour RG !


il doit y avoir un vrai problème de communication s'il n'y a que des habitués à vos manifs RG.Il y a un vrai travail à faire pour sortir vos actions de la marginalité. Il y a un travail d'image,
tout passe par l'image aujourd'hui, les gens ne connaissent plus que le langage raccoleur. Les anti nucléaires sont encore trop associés à un mouvement baba cool. Mais avec cette catastrophe, je
crois, enfin j'espère que les gens vont se sentir concernés. En France, nous habitons tous à moins de 300 km d'une centrale nucléaire, et donc nous sommes vraiment tous tous concernés !


Grâce au Net, RG, vous devriez pouvoir toucher plus de monde. Faire un petit journal, écrire tout ce que vous savez, le rabâcher inlassablement, preuves à l'appui, et surtout, surtout, listez les
solutions de rechange. Il faut faire un vrai travail là-dessus car les gens croient trop qu'on ne peut pas se passer du nucléaire, comme si on en avez dans la couche à la naissance quoi !



Fleche 14/03/2011 20:02



Bien sûr qu'on est pris en otage et depuis longtemps.


On est assis sur des bombes à retardement qui finissent pas exploser comme à Tchernobyl, comme au Japon. Un jour ou l'autre ça finit par arriver parce que la terre tremble violemment, ou qu'une
tempête ressemblant à un ouragan arrive sur nos côtes.


Les messages rassurants des politiques sont mensongers et nous le savons bien. Il y a longtemps que le tournant de l'énergie renouvelable aurait dû être pris.


Mais voilà les éoliennes, ce n'est pas beau dans le paysage, ça fait du bruit. Bien sûr, mais ça n'explose pas en contaminant des régions et des pays entiers. Alors les éoliennes les Français en
veulent bien mais pas à côté de chez eux !



plume de cib 14/03/2011 22:58



oui cette histoire d'éolienne dont les français ne veulent pas sous divers prétextes aberrants est scandaleux. Si on regarde notre facture d'électricité, on voit qu'un pourcentage d'énergie est
fourni par l'éolien allemand. Là, on accepte parce que ce n'est pas chez nous. En Autriche, il y a zéro centrale, je le signale comme ça en passant, et ils ne s'éclairent pas à la bougie les
autrichiens !


y en a marre d'être pris en otage et par le lobbies, et par les politiques et par les cons de français qui n'ont qu'un cerveau de perroquet. D'abord, faisons des économies d'énergie, ça fait un
moment qu'on le demande, que personne ne fait rien, on continue à vivre en surconsommant de l'énergie, et puis le jour où le malheur arrive, on pleure, on crie, on se lamente. Faut prévenir
plutôt que guérir, surtout en matière de nucléaire car de guérison, il n'y en a pas ! Bises ma flèche



naradamuni 12/03/2011 21:16



Le nucléaire s'est imposé sans débat souligne Cécile Duflot ?


Ne sait-elle pas que tout s'impose sans débat en France et ailleurs depuis tout le temps, la calotine green-washiseuse ?
Même le mécanisme aristocratique, l'élection par laquelle elle est là, à s'indigner du haut de son prêchoir, a été imposée. Les affaires sont les affaires n'est-ce pas ? Exploiter la dangerosité
(concept opérationnel mis sur le marché en même temps que l'insécurité ?) n'est pas l'apanage d'un seul parti, d'un partie ou d'une autre de la caste des marchands de programmes.
Nous sommes tous englués, elle, eux comme nous, dans les inversions anhestésiantes de ces thuriféraires en-censeurs, conformistes con-firmeurs et autres nervis de la Religion masquée de la
richesse exagérée avec ses gaspillages, pillages, outrages poussant certains à la rage : Nucléaire et tout le
reste !


Quant à "de l'élection démocratique", dite par eux : obtenue grâce aux luttes de nos aïeux...


... Si on s'en tient aux faits, tout aussi inversant, renversant, voire même en rang vers Sans :  [...] Les révolutionnaires
américains et français (Madison en 1776 et Sieyès en 1789) qui étaient des "Élus", pour remplacer l’ancien régime renversé, ont fait un choix décisif qui s’impose encore aujourd’hui des deux
côtés de l’Atlantique : ils ont renoncé explicitement à la démocratie, sciemment (même si c’était
pour des raisons différentes), au profit de ce qu’ils ont appelé « le gouvernement représentatif ».
Les citoyens ont alors été réduits, sans avoir été consultés, au rang inférieur de simples électeurs, lecteurs de programmes, obligés de choisir un maître pour s’y soumettre ensuite, sans
conserver aucun pouvoir entre deux élections, exactement comme le dénonçaient déjà Rousseau et Marat à propos du parlement anglais.
Ce choix de société, dégradant pour le plus grand nombre à qui on impose ainsi de consentir au pouvoir plutôt qu’y accéder, n’a pas été débattu par l’ensemble des citoyens de l’époque, ni
explicitement validé par le peuple depuis : il a été imposé alors par les futurs élus eux-mêmes (d’autant plus facilement que l’élection constituait un grand progrès par rapport à l’injustice
héréditaire de l’ancien régime) et depuis, l’idée du tirage au sort comme mode naturel de désignation démocratique des représentants est tombé dans l’oubli, très opportunément pour certains,
probablement.


Le 3éme tour ? Inverser les inversions !


Bien à vous toutes et tous.


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents