Nature implacable et cruelle

Publié le 14 Janvier 2010


Tôt ou tard, elle nous rappelle à l'ordre... Et c'est alors que nous sommes face à notre fragilité. A notre impuissance de petits hommes, ne cherchant pourtant qu'à se faire plus gros que le boeuf. Épuises, malheureux, quand elle gronde, nous tombons de haut ! De notre petit piédestal qui nous ne permettait même pas de toucher les étoiles, et pourtant, nous nous croyions si haut ! Oh, nous ne nous ferons pas bien mal, juste une écorchure à la vanité, un petit vertige devant la réalité.
Nous ne sommes que des hommes, et c'est déjà pas mal. Mais de là à vouloir se croire Maîtres du Monde, il y a une éternité à franchir. Nous nous en étions gargarisés et la Terre a tremblé, emportant des centaines de milliers d'hommes dans le sillon de sa plaie, qui ne reviendrons pas et nous les pleurons. Nous pleurons sur nous-mêmes surtout, nous qui pensions détenir quelque pouvoir, nous ne détenons que de l'illusion, elle s'en est allée. Les larmes sont amers. Que fait-on de nos vies ?

La Nature est implacable, cruelle, elle est vivante. Inexorablement, elle poursuit sa route, lentement pour nous infiniment petits. Mais elle n'est pas de ce temps que nous comptons avec des heures et des minutes, elle est du temps de l'ère et des millénaires. Elle poursuit sa route, son évolution, et quelquefois se déchire, tremble, se fâche en éructant sa lave brûlante. Elle est comme toute forme de vie, en mutation depuis sa naissance jusqu'au jour de sa mort. Et nous n'y pouvons rien. Nous avons été jetés sur elle, nous nous nourrissons d'elle, elle nous offre généreusement ce qu'elle a de plus beau, de plus grand, de plus mélodieux. Mais il ne faut jamais oublier qu'en son sein, le temps continue son oeuvre. Nous sommes si peu de chose, et notre amie la rose a raison de nous le rappeler.

La nature est implacable, cruelle. Elle a tremblé, le monde pleure, le monde tout entier. La nuit s'est couchée sur lui. Mais le jour qui naît fera naître aussi l'espoir dans le coeur de ceux qui ont tout perdu. N'oubliez pas. L'espoir.... Ils ont besoin de nous.


http://s.tf1.fr/mmdia/i/33/4/4159334cydpw_1713.jpg

Rédigé par plume de cib

Publié dans #HAÏTI

Repost 0
Commenter cet article

xavaix 15/01/2010 11:54


Bonjour Cib ,
Texte très (trop?) anthropomorphique , si je puis modestement me permettre .
"Cruelle , se fâche , sa mort ..."
La Nature n'est pas cruelle , la nature ignorante de l'homme, oui.
Si la Nature avait une "conscience humaine" pourquoi frapperait elle
les humains les plus démunis ? Après le tsunami , haiti ... pourquoi les pauvres hères paieraient ils pour les erreurs des autres ?
L'homme est simplement un être de transition , un éveil de conscience dans un jeu plus subtil qu'il ne peut imaginer , mais dont pourtant il devrait apprendre à découvrir les règles .
La Nature n'attend pas de l'homme des règles de morales humaines ( qui ont certes eu un rôle dans l'évolution humaine) mais un travail de fond qui unira l'Esprit et la Matière . Finalement la
Matière c'est  l'Esprit en devenir .
Si l'homme échoue dans son rôle , la Nature n'est pas à un échec près ; l'homme disparaitra et la Nature reccommencera sur d'autres bases .

Amicalement

"Ahimsa paramo Dharma" ," la non-violence est la Loi la plus haute".
Ceux qui ont exprimé cette vision ne faisaient pas référence à la loi humaine.


plume de cib 15/01/2010 13:00


Pour moi, la nature est un être vivant. Je t'accorde que je l'associe à nos valeurs et travers et lui donne les sentiments que sont les nôtres. Parce que nous ne pouvons agir et réagir que suivant
notre nature à nous...
La nature est cruelle, pour moi ce n'est pourtant pas un jugement de valeur mais un fait simple et établie. Elle ne tient aucun compte comme tu dis de l'homme et de sa condition. Elle respire et se
fout totalement de cet homme.... Mais c'est un jet comme ça juste avant de manger... Cela mérite plus de réflexion bien sûr.... Ce texte était surtout de la poésie, l'expression de ma tristesse. Et
à sentiments humains.....


cib 15/01/2010 10:01


Malheureusement, c'est le propre de l'homme. C'est comme en amour. A partir du moment où on se croie propriétaire de l'autre, on ne fait plus aucun effort et en plus, on se permet d'emmerder
l'autre ! Et d'être sans arrêt en train de lui demander de changer, d'être un autre ! Et puis, quand l'autre va ailleurs, et ben, c'est là qu'on s'aperçoit qu'on y tient ! Bise
Y a pas d'administration ce matin sur OB et pas possible mettre smiley. On va recourir aux bonnes vieilles méthodes :-)))


sylvie 15/01/2010 00:20


Pourquoi faut-il des catastrophes pour nous rappeler notre condition de simples locataires de la terre et déclencher ces seules communions des peuples dans les larmes de la compassion ?


Fleche 14/01/2010 17:35


Merci pour ce rappel et ce beau texte Cib.


corinne 14/01/2010 17:14


J'ai lu des choses très troublantes concernant le fameux projet HAARP des américains, capable de provoquer des seismes totalement ciblés... Qui a des infos?


plume de cib 14/01/2010 17:21


Oh my God ! On va chercher, fouiller Corine.... Mince alors.