MELENCHON explique la Crise Grecque et la trouvaille des 750 milliards

Publié le 11 Mai 2010

 

Je crois bien que JL Mélenchon est le seul homme politique à expliquer certes vertement, mais clairement ce qu'est la fameuse crise grecque, comment on en est arrivé là, et que faut-il penser de ces 750 milliards dénichés comme par miracle. Une bonne leçon de politique qui nous permet de ne pas nous endormir devant les litanies monocordes des médias. Il faut plus que jamais garder les yeux ouverts, se montrer sceptiques, comparer les infos, chercher la petite bête. C'est indispensable car nous sommes en train de nous faire enfumer. Et au final, c'est nous les pigeons. Il est temps que ça s'arrête. Je verrais bien un nouveau Front populaire.

 

Enfin! On a retrouvé 750 milliards qu’on n’avait pas!

Résumons. Les Etats de la zone euro viennent de creuser de 440 milliards leur dette publique en une nuit. Ca c'est fort! Alors qu'on ne trouvait pas le premier euro pour les Grecs! Là, d'un coup, hop! 750 milliards sont disponibles que le contribuable est prêt à donner pour sauver qui on voudra: des fainéants grecs, des irresponsables espagnols, des gréviculteurs français, bref tous les "pigs" du monde sont dorénavant à l'abri. On croit rêver! 

Il a fallu un mois pour trouver 25 milliards dont la Grèce avait besoin à un taux non prohibitif. Entre temps, le mal s’étant aggravé, il fallu en rassembler putativement 110, moyennant primes et récompenses pour les généreux sauveteurs. Il ne fallut pas moins d'une semaine supplémentaire de tergiversations. Et comme ces sottises ont trop duré, le sytème a failli s'effondrer parce qu'un trader a mal tapé sa commande sur son clavier! Génial! A partir de là, ça devenait sérieux. Plus question des fichus grecs et de leur retraite à 43 ans, à moins que ce soit à 33 ans! Le trouilomètre s'est dégradé chez les belles personnes qui se régalaient la veille encore de voir les grecs privés de leur treizième mois à 750 euros bruts par tête. Là ce sont les milliards des précieux qui étaient en cause.

 Il n’aura donc fallu que deux nuits pour trouver 750 milliards. Et  pour sauver qui ? Ceux là même qui ont déclenché une nouvelle fois l’incendie. Les pauvres banques, les malheureux assureurs, les pitoyables traders! Ainsi, les Etats ne sont plus seulement les garants et les exécutants de la construction du merveilleux marché libre et non faussé. Ils en sont directement protagonistes. Ils fabriquent des lignes de crédits chaque fois que le casino coule ! Les mêmes ahuris qui se régalaient des mesures de sanction contre les paresseux grecs ne disent plus mot quand les Etats creusent leur dette publique de 440 milliards supplémentaires au seul profit du système financier international.

Et les sanction contre les « marchés » voyous? Nul n'en propose. Les 27 ne trouvent pas une seconde pour édicter la moindre règle, même minime, pour lutter contre la spéculation. Par exemple pour avancer la date d’application des mesurettes concernant les agences de notation déjà en route dans les interminables tuyaux institutionnels européens. Ou pour avancer la date d’application  des petites réglounettes européennes contre la titrisation des assurances sur le défaut des dettes publiques. Rien ! Rien de rien. Du fric, de l’oseille, des montagnes de fric pour le système et des sacrifices pour les peuples. Tant et si bien que la démonstration qui devait être faite selon laquelle les déficits étaient la faute des peuples et que le marché, dans son infinie sagesse et grâce à sa merveilleuse main invisible libre et non faussée, les sanctionnaient objectivement, se retourne en son contraire. Les marchés c’est n’importe quoi et les sacrifices il n’y a pas de raison de les faire !

Jusqu'à la Banque Centrale Européenne et ses mannequins en plomb, Trichet le bien nommé et les autres faces de pierre,  qui commencent à faire, trop tard, ce qu’ils auraient dû faire au début et ce pourquoi on nous a bien ri au nez : acheter elle-même les obligations des Etats ! Où sont passés les super intelligents qui nous narguaient ? Les super économistes qui glosaient sur les dettes publiques excessives et le rempart de la banque centrale ? Pschitt ! Disparus ! On ne tardera pas à les revoir sur tous les plateaux de télé réciter la leçon ! Et quand je m’y trouverai, peut-être,  pour expliquer les évènements autrement, surement qu’on me retaillera un plateau spécial du type Guillaume Durand avec sept personnes, sept, pour me contrer en psalmodiant comme des moulins la vulgate libérale ! Notons que dans cet épisode particulièrement misérable de la vie de l’économie de casino que défendent sans trêve ni repos toutes les élites, quelques personnages surfaits sont ramenés à leur juste proportion.

Ainsi de la Merkel et de son équipe de lourdauds.  ET LA SUITE ICI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #EUROPE

Repost 0
Commenter cet article

xavaix 12/05/2010 17:43



Salut Cib , encore un site intéressant :


http://www.chomage-et-monnaie.org/1993/07/limiter-la-contrainte-internationale/#more-488


Ce texte est écrit en 1993 , par quelqu'un de sérieux :


http://www.ensae.org/gene/main.php?base=41&base2=1&detail_article=247


Tout est déjà écrit , raconté , argumenté .; d'autre part il fait souvent référence à Maurice Allais dont je t'avais déjà dit quelques mots . Enfin ce site est aussi constitué de fiches afin
de mieux comprendre le système monétaire ( et puis il y a le livre qu'il a co écrit ) . Bref du bon et du solide . Amitiés . Xavier



plume de cib 12/05/2010 17:58



Ah merci xavaix. Les lecteurs apprécieront. Il est plus que jamais indispensable de s'informer, les amis. Nous en avons encore la possibilité. Ne la boudons pas. Demain, il sera peut être trop
tard.....


Il n'y a qu'à voir à quel point, tout était déjà écrit, à quel point nous l'avons ignoré. Rien que son petit confort personnel....



sylvie 12/05/2010 07:38



La lecture du blog de JLM est toujours intéressante ; souvent à contre-courant.


Bonne journée Cib.



plume de cib 12/05/2010 09:46



Il explique la politique avec beaucoup de simplicité. En plus, il écrit très bien. Un régal à lire. bonne journée à toi