MAM son secret pour tenir si longtemps

Publié le 7 Février 2011

 

 

 

Droite dans ses bottes, la MAM exprime ses regrets, dit qu'elle ne le fera plus, mais ne démissionnera pas. Dans le gouvernement Sarkozy, la dignité n'est plus qu'un mouchoir de poche qu'on se refile en douce pour le remplir de morve en trompetant du blase !

Eric Woerth n'avait rien à se reprocher non plus. S'agrippant à son poste comme une tique gloutonne et jamais rassasiée, il a fallu le sortir de force.

Frédéric Mittérand avouant s'adonner au tourisme sexuel en Thaïlande dans une autobiographie à peine romancée où il avoue par la même occasion son penchant pour les petits garçons, n'a pas jugé bon s'effacer, lui non plus.

Alain Juppé, dont le passé judiciaire n'est pas un secret, s'est même invité à ce ballet de vampires de la République. Car il semble bien que notre République soit aujourd'hui dirigée par des morts-vivants ! Entre la Morano qui n'a pas son pareil pour vanter les mérites de la savonnette Sarkozy, le Besson virant de bord comme le capitaine juché sur le pont d'un bateau ivre, la Ni pute, Ni soumise qui, plus que trois fois avant le chant du coq se désavoua, la Rachida grande dévoreuse de diamants et rien d'autres (quoique.... n'oublions pas la f........), j'en passe et non des moindres, nous avons là une belle palette d'énergumènes sans figure !

Alors pourquoi la MAM dure si longtemps, enfile les postes y compris régaliens avec autant d'assurance tranquille ? Parce qu'elle n'a pas de figure ! Elle n'a pas de face la MAM, pas plus que ses coéquipiers ! Ils choisissent un masque  pour se vêtir la face en fonction de l'humeur du jour qui règne à l'Elysée ! Il n'y en a pas un seul dans ce gouvernement qui se fera harakiri, n'y comptez pas ! La dignité, je vous dis, c'est un bout de drapeau qui sert de papier toilette à tous ces culs merdeux. Ca festoie à grands frais, ça s'encanaille en coulisses, et ça se repasse la langue avant de monter sur scène, le coeur encore tout bondissant des bons mots du président, les poches remplies de poudre de perlimpinpin dont on use pour abuser le pauvre peuple à genoux devant ces guignols à deux sous.

Les médias se repaissent des frasques de ces faces de carnaval et ne font plus leur boulot d'information depuis longtemps. Pourtant, tout l'Héxagone est en train de mijoter sa révolution. Dans chaque coin de France, des manifestations ont lieu. Que ce soit contre la loi LOPPSI 2, contre les multiples fermetures de postes, soutien à la magistrature etc.... La France bouge mais ça ne sait pas parce que les journaux sont muselés par le gouvernement. C'est donc à nous de prendre le relais. C'est vraiment important de relayer sur nos blogs les actions qui se passent dans nos régions. Nous avons trop baillé devant la télé, ce n'est pas ICI LONDRES, les amis ! Comme à l'époque de la Résistance, nous avons à communiquer autrement que par les voies nationales ! Qu'on se le dise !!! MERCI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #REVOLUTION 2011

Repost 0
Commenter cet article

Renard 08/02/2011 15:02



Superbe article.. merci à toi.



sylvie 08/02/2011 08:29



Oups… grande ! Pas bien réveillée mémère !



sylvie 08/02/2011 08:01



De la grabde Cib ! Du matin, ça requinque le moral !



plume de cib 08/02/2011 08:21



Merki ! un grand bonjour ! Et j'espère bientôt l'AN 1 de la révolution. 2011, l'AN 1 . On commence une décénnie, alors pourquoi pas ? BISOUS



naradamuni/Sans, ni+, ni- 07/02/2011 17:52



c'est le un pour tous, mais pas le tous pour un...


  Ou ... le Contr'Un ?



naradamuni/Sans, ni+, ni- 07/02/2011 12:04



"Vous nommez des hommes qui sont au-dessus des lois, puisqu’ils se chargent de les rédiger et que leur mission est de vous faire obéir. [...]


Vos mandataires ayant à légiférer sur toutes choses, des allumettes aux vaisseaux de guerre, de l’échenillage des arbres à l’extermination des peuplades rouges ou noires, il vous semble
que leur intelligence grandisse en raison même de l’immensité de la tâche. L’histoire vous enseigne que le contraire a lieu. Le pouvoir a toujours affolé, le parlotage a toujours abêti. Dans les
assemblées souveraines, la médiocrité prévaut fatalement. [...]


Sans doute, les votants croient à l’honnêteté de ceux auxquels ils accordent leurs suffrages et peut-être ont-il raison le premier jour, quand les candidats sont encore dans la ferveur du
premier amour. Mais chaque jour a son lendemain. Dès que le milieu change, l’homme change avec lui. Aujourd’hui, le candidat s’incline devant vous, et peut-être trop bas ; demain, il se
redressera et peut-être trop haut. Il mendiait les votes, il vous donnera des ordres. L’ouvrier, devenu contre-maître, peut-il rester ce qu’il était avant d’avoir obtenu la faveur du
patron ? Le fougueux démocrate n’apprend-il pas à courber l’échine quand le banquier daigne l’inviter à son bureau, quand les valets des rois lui font l’honneur de l’entretenir dans les
antichambres ? L’atmosphère de ces corps législatifs est malsain à respirer, vous envoyez vos mandataires dans un milieu de corruption ; ne vous étonnez pas s’ils en sortent corrompus.
[...]"


Lettre adressée à Jean Grave, insérée dans Le Révolté du 11 octobre 1885. Reclus, Élisée (1830-1905), Correspondance, Paris : Schleicher Frères : A. Costes,
1911-1925. pp.364-366.


« Le pouvoir corrompt, le pouvoir absolu corrompt absolument ». Cette célèbre sentence de Lord Acton est peut-être le meilleur commentaire que l'on saurait faire sur les évènements
judiciaires et politiques récents, antérieurs et à venir.