Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Les nouveaux ministres sont affamés !

Publié par plume de cib sur 16 Mai 2010, 10:28am

Catégories : #SOCIETE

 

Bonjour et bon dimanche à tous !

Cette semaine, l'ogre du capitalisme a franchi une nouvelle étape. Sa table pantagruélique ne lui suffit plus. Il lui faut gratter à présent les moindres recoins de la souillarde, s'attribuer le bien des plus démunis. Il lui faut aussi les trognons de choux. Il prône le régime ascète à ses sujets. Faudra s'habituer à ne plus manger ni boire comme le vieux Yogi. 

Les barons de la finance,  barbeaux des élus à la jambe légère, suggèrent aux michtonneuses de verser leur obole, histoire de la jouer solidaire.  Fo que ces dames aillent à la sortie des églises mettre le sou dans l'écuelle du quidam. Les pensées des peuples volent bas et il n'est pas difficile de les anticiper. Les ministres européens déclarent chacun dans son coin qu'ils vont participer à la rigueur instaurée en baissant leur salaire de 5 %. En France, on se tâte. On fait les comptes. La généreuse et très maligne Rama Yade à l'ambition démesurée, n'hésite pas à user de sa démagogie  et tire la première. Elle sait mieux que personne ce que les français veulent entendre. Personne jusqu'à présent n'a songé à baisser son train de vie. Non, le salaire, c'est une chose, et si ça peut servir aux barons, on veut bien faire style qu'on va gagner moins, mais le train de vie,  TOUCHE PAS A MON TRAIN DE VIE ! Réceptions, voyages, girls, fringues, et tous avantages en nature, caisse noire et j'en passe, les ministres doivent continuer  à jouir gratos des plaisirs que leur offre MARIANNE. Ils se la passent de bouche en bouche, lui rotent à la gueule en lui tripotant la croupe. Ils ont couché Marianne sur la table de l'estaminet républicain et s'en régalent jusqu'à ce qu'elle crèvent les cuisses ouvertes !

 

Les nouveaux ministres Baroin et Tron sont les plus affamés. Pensez voir ! Depuis le temps qu'ils se tenaient derrière la vitre, qu'ils essuyaient la buée pour voir à l'intérieur l'orgie à laquelle les ministres s'adonnaient. Eux avaient la trique ! Et maintenant, faut pas qu'on les dérange en plein orgasme ! Le ministre du budget est donc le premier à annoncer qu'il ne lâchera pas une miette du butin. Lui, il veut prendre la Marianne, la secouer un peu, lui mettre une raclée, oui, ça le fait bander, la mettre au turbin, lui faire faire de l'abattage, et jouir comme il lui plaît de la fraîche qu'elle rapportera chaque jour en abondance.

 

Mais comme le dit Lagarde, une  ex sportive à un poste aussi élevé ça me fera toujours marrer, la baisse des salaires de 5% n'est rien. Un sou est un sou vous dirait l'auvergnat.

 

Mais la fameuse dette, c'est quoi au juste ? Rien d'autre qu'une manière de faire passer l'argent des contribuables entre les mains des banquiers ! Beuh oui ! On va filer de l'argent virtuel à la Grèce qui le transférera illico sur le compte des banquiers. Ca fait moins pisseux que  le filer direct aux banquiers comme on l'a fait l'an dernier. Mais en plus, ça permet d'instaurer une soi-disant politique d'austérité, c'est-à-dire  supprimer tous les acquis sociaux et  revenir au paysage social du 19e siècle. L'idée est de faire trimer chaque citoyen depuis sa plus tendre enfance jusqu'à ce qu'il crève, de faire de l'abattage, de transformer le Monde en une vaste fourmilière. Nous ne serons que des fourmis télécommandées, programmées pour une fonction et jetées après un usage intensif sans fleurs ni couronnes.

 

Bon journée à tous. Profitez......

Commenter cet article

sylvie 23/05/2010 10:31



Je vais faire comme si je n'avais pas lu le premier commentaire (fabuleux) pour me concentrer sur ton article : une verve qui frappe là où il faut… l'exemple ne viendra pas d'un haut, c'est
clair. reste le plus dur : les virer de la table, ces goinfres écœurants.



naradamuni 16/05/2010 19:13




Mirabeau président !


Retour aux fondamentaux révolutionnaires





"Il faut le combler, ce
gouffre effroyable. Eh bien ! Voici la liste des propriétaires français. Choisissez parmi les plus riches, afin de sacrifier moins de citoyens ; mais choisissez ; car ne
faut-il pas qu’un petit nombre périsse pour sauver la masse du peuple ? Allons, ces deux mille notables possèdent de quoi combler le déficit. Ramenez l’ordre dans vos finances, la paix
et la prospérité dans le royaume (...). Vous reculez d’horreur... Hommes inconséquents ! Hommes pusillanimes ! Et ne voyez-vous pas qu’en décrétant la banqueroute, vous vous
souillez d’un acte mille fois plus criminel ? (...) Croyez-vous que les milliers, les millions d’hommes qui perdront en un instant, par l’explosion terrible ou par ses contrecoups, tout
ce qui faisait la consolation de leur vie, et peut-être leur unique moyen de la sustenter, vous laisseront paisiblement jouir de votre crime ? Contemplateurs stoïques des maux
incalculables que cette catastrophe vomira sur la France, impassibles égoïstes, êtes-vous bien sûrs que tant d’hommes sans pain vous laisseront tranquillement savourer les mets dont vous
n’avez voulu diminuer ni le nombre ni la délicatesse ? Non : vous périrez."


Discours par lequel Mirabeau exhorta l’Assemblée constituante, face à la crise, à décider la confiscation d’un quart des plus grandes fortunes (1789).


 





plume de cib 16/05/2010 19:26



OUAH ! grand grand merci Nara ! Je vais balancer ça en article et peut être même en page, tiens ! Quelle claque !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents