Le temps où l'on aimait son pays, la France...

Publié le 14 Novembre 2012

Bonjour,

 

En ce jour de première mobilisation européenne, il serait peut-être temps de lever un voile. Aimer la France n'est pas un péché ! Aimer la France n'est pas une "horreur" qui entraînerait un nationalisme sauvage, un racisme débridé, une guerre de milices. Aimer la France, c'est aimer sa famille...

D'ailleurs, à propos de "racisme", cela fait quand même un peu trop longtemps qu'on nous gave avec cette histoire. Ca fait un peut trop longtemps qu'on essaie de nous culpabiliser. Les français sont racistes, c'est bien connu. Ah Ah Ah ! Existe-t-il un pays plus diversifié que la France ?

Mais à propos de racisme, quel est ce mot ? Que cache-t-il ? Comment, au fil des décennies, a-t-il été manipulé  au service des politicards, soucieux de nous faire agenouiller et crier pardon ? Le racisme, c'est... ne pas aimer une race. Oui, les races existent. Inutile de commencer à faire chier avec cette histoire. L'espèce humaine est composée de plusieurs races. Cela n'a rien d'insultant, ni de péjoratif, ceux qui le croient, se croient donc supérieurs aux autres ! Moi, si je dis "je n'aime pas les asiatiques", c'est parce que je n'aime pas leur mentalité en général. Je n'irai pas vivre dans leur Pays. Leurs coutumes me déplaisent. Par contre, mon meilleur ami peut être chinois ou indien. You see what I mean ? Les asiatiques ne sont pas un et indivisible. Il y a les individualités, l'attirance chimique, les valeurs de l'âme humaine et celle-ci est universelle.

Quand en France, on dit "je n'aime pas les arabes", c'est parce qu'on n'aime pas leur mentalité, leur façon de vivre, leur manière et leur art de nous détester et de s'imposer  sur la terre qui les a accueillis, qu'ils abîment, tout comme ils dégueulassent la leur, là-bas, au Pays. Dans ce Pays où ils n'ont jamais mis les pieds, qu'ils idéalisent, qu'ils sanctifient sans qu'aucun n'ait l'idée d'aller y habiter pour l'aider à grandir, à se développer. Aimer sa mère, de loin, quand ça ne coûte qu'un discours de temps en temps, c'est beau, hein ?

Une "cité" en France, c'est le même paysage que là-bas, dit ! De la merde partout, des sacs plastique plein de déchets éclatés, des maisons délabrées, à moitié terminées, des gens assis par terre qui regardent le temps passer. Ben là-bas, on est mieux pour vivre cette vie-là, oui. C'est dans les gènes, dans la tradition. La vie y est moins chère et l'on peut des jours entiers se prélasser au soleil en mangeant des dattes et en buvant du thé. Si au moins le paysage n'était pas salopé de sacs plastique, ce serait presque la vie idéale.

 

Une belle déclaration d'amour qu'il pourrait faire aujourd'hui.... à tous ceux qui dénigrent la France, et s'évertuent à croire que c'est mieux ailleurs...

 

http://yalebooks.files.wordpress.com/2012/01/robespierre-blog.jpg?w=440&h=240&crop=1« Ah ! On peut abandonner sa patrie heureuse et triomphante ; mais menacée, mais déchirée, mais opprimée ! On ne la fuit pas, on la sauve, ou on meurt pour elle. Le ciel qui me donna une âme passionnée pour la liberté, et qui me fit naître sous la domination des tyrans, le ciel qui prolongea mon existence jusqu’au règne des factions et des crimes, m’appelle peut-être à tracer de mon sang la route qui doit conduire mon pays au bonheur et à la liberté ; j’accepte avec transport cette douce et glorieuse destinée. Exigez-vous de moi un autre sacrifice ? Oui, il en est un que vous pouvez demander encore ; je l’offre à ma patrie, c’est celui de ma réputation. Je vous la livre, réunissez-vous tous pour la déchirer, joignez-vous à la foule innombrable de tous les ennemis de la liberté, unissez, multipliez vos libellés périodiques, je ne voulais de réputation que pour le bien de mon pays ; si pour la conserver, il faut trahir, par un coupable silence, la cause de la vérité et du peuple, je vous l’abandonne ; je l’abandonne à tous les esprits faibles et versatiles que l’imposture peut égarer, à tous les méchants qui la répandent, j’aurai l’orgueil encore de préférer, à leurs frivoles applaudissements, le suffrage de ma conscience et l’estime de tous les hommes vertueux et éclairés ; appuyé sur elle et sur la vérité, j’attendrai le secours tardif du temps qui doit venger l’humanité trahie et les peuples opprimés. »


Maximilien Robespierre
Considéré en France presque comme un tortionnaire, c'est en martyr qu'il est installé dans la mémoire du Monde...

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article