Le sexe, une industrie juteuse !

Publié le 30 Mai 2012

 

Bonjour !

 

L'industrie du sexe, la pornographie, la pire offense faite à la femme, et même à l'être humain ne trouve bizarrement aucun véhément soutien de la clique associative. Pourquoi donc ? Ah les choses sont bien faites. il y eut tout d'abord la fameuse libération des moeurs, conséquence de la fabuleuse révolution de Mai 68, qui fut sans doute la grande révolte du Capitalisme encore lové dans des langes trop pudiques. Une fois que le sexe fut "démocratisé", il ne restait plus que le rendre "commercial". Avec Internet, l'industrie du sexe a pris un essor phénoménal. Il est aujourd'hui l'une des plus grosses industries mondiales, de celles qui rapportent assez pour que des entreprises comme Général Motors s'en gavent ! L'industrie du sexe rapporte des centaines de milliards. Elle est judicieusement affiliée à l'industrie du jeu mais aussi à des entreprises comme Rolex. Le sexe n'existe que parce qu'il rapporte un maximum de fric à ceux qui le vendent ! Et cependant cette industrie a littéralement massacré des générations d'êtres humains.

L'industrie du sexe, c'est pas joli, joli. On ne peutguère plus maltraiter la femme. Elle se réduit à trois orifices qu'on bourre, simultanément de préférence. Le sexe ou pornographie est responsable des pires trafics d'enfants. La pornographie est synonyme de viols en série. Les fameux "acteurs et actrices" pornos se suicident à la pelle. On ne peut pas faire pire en matière de destruction de l'humain, on ne peut pas faire pire en matière d'accumulation de crimes contre l'humanité. Et pourtant l'industrie de sexe se développe en toute immunité.

Nos élites se sont évertués à nous culpabiliser avec le fameux piratage des oeuvres et se sont empressés de créer une loi et un organisme HADOPI qui oeuvre pour vilipender les vilains pirates du NET ! Nos élites se sont offusqués sur le port de la burqua, soi-disant dégradante pour la femme, mais à aucun moment nous les avons vues crées une loi pour interdire le port du string aux petites filles, pour interdire que des enfants soient déguisés en putes. Nos élites qui soi-disant se veulent gardiens de moralité n'ont à aucun moment évoqué l'idée d'interdire la pornographie sur Internet ! Or, elle est à la portée d'un gamin de cinq ans ! Interdire le sexe sur internet ? Il suffit d'un clic et tous les sites pornos disparaissent ! regardez comme ils ont facilement viré MegaUpload ! Nos grands élites moralisateurs ne le sont que sur des sujets comme la burqua dont l'industrie a le malheur de ne pas être florissante !

La morale n'est qu'une affaire de pognon ! Et en attendant, ce sont nos gamins qui trinquent. Alors protégez-les. Et surtout ne vous fiez pas aux fameux "controles parentaux". Ils ne servent à rien qu'à vous faire dépenser du fric. Que faire ? Ne pas laissez votre enfant devant Internet hors de votre présence. Internet est un outil encore plus dangereux que le couteau de cuisine. Et pourtant, vous ne laisseriez pas votre gamin jouer seul dans la cuisine avec une batterie de couteau n'est-ce pas ? Alors suffit les excuses bidon, du genre, "je n'ai pas le temps" !

A lire l'excellent livre de Brighelli

Jean-Paul Brighelli

ISBN : 2849413127
Éditeur : François Bourin (2012)
Ajouter à mes livres

Il nous a fallu du temps pour comprendre que "liberté sexuelle" était en fait un oxymore. Du moins dans le sens que l'on donne aujourd'hui au terme - une liberté faite de voyeurisme, de vénalité, de répétitions - et, au fond, de conformisme. Bref, ce que l'on appelle désormais pornographie.

Pour éviter les aléas liés à la circulation de marchandises, le système a eu l'idée d'en vendre seulement l'image - et de modifier en profondeur le désir afin qu'il se contente de ces images, et accepte d'en payer le prix exorbitant. Coup double : on vend du virtuel, du vent, et on transforme l'acheteur pour qu'il s'en contente.

La pornographie se paie cash. En traumatismes, violences, mépris des autres et de soi-même. Eros et Thanatos, dans le même bateau. Toutes ces petites morts simulées font un grand cadavre - celui de notre civilisation.

Sous les projecteurs des studios, on détruit les Lumières.

Cet essai tente de restituer la pornographie dans le cadre de la vulgarité contemporaine. Et de restituer au libertinage ses lettres de noblesse.

Double tâche, combat perdu - mais c'est bien plus beau lorsque c'est inutile.

 

 

 

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/8/2/1/9782849413128.jpg

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article

Jean-Pierre 30/05/2012 09:36


Bonjour,


Oui mais tu sais, la pornographie a toute sa place dans se monde qui ne fonctionne qu’a traves la possession. Ça fait bien longtemps que ceux
qui ont une réelle influence sur les masses ont tournés le dos à la grandeur de l’homme et s’affaire plus a satisfaire leur bas instinct  en
développant toute cette industrie ou tout ou moins en la protégeant.


Ecoute cet homme, on aime ou on n’aime pas, ce n’est pas grave mais ce qu’il dit est important.


http://www.youtube.com/watch?v=9zXOgqKzz8g&feature=player_embedded


 


Merci Beaucoup Plume pour ce papier.

Jourdedieu 04/12/2014 18:46

Il importe de s'arrèter parfois, ne serait-ce que pour quelques temps, pour se mirer dans la glace des valeurs morales, vertus caractéristiques de l'espèce humaine. Vraiment, à défaut de cerner avec précision où va la société contemporaine avec cette cadence inquiétante de la pornographie, on peut à tout le moins penser à une dérive, le déclin de la société humaine, et donc de l'Homme !