Le prix du gaz augmente, la température chez moi baisse !

Publié le 4 Mars 2011

 

Et les dividendes des actionnaires augmentent de 2 % !

Bonjour,

 

Hausse donc de 5% du prix du gaz, ce qui fait 20 % en un an, n'est-ce pas. Que se cache-t-il derrière ces chiffres ? Parce que chez GDF, on ne contente de faire de la comptabilité tandis que chez nous, on se demande comment on va se réchauffer quand il fait 14 ° à la maison le jour et moins de 13 ° la nuit ! C'est tout le bonheur que vivent des millions de gens en France ! Tout ça pourquoi ?

Au début, on nous disait qu'il fallait baisser la température à la maison, à cause de la pollution. Bien d'accord avec ça. Une température trop élevée est malsaine pour la santé, on devient trop fragile, on est sans cesse enrhumés. Mais il y a un seuil. Pour moi, 16 °, quand on est adulte, c'est bien. On ne peut pas descendre indéfiniment, ou alors on habite dehors, c'est une solution. Chez certains, il ne doit même pas faire 14 ° voyez-vous, car des gens ne peuvent pas se chauffer du tout. Alors bien sûr, on va me parler du tarif social. C'est 118 euros par an, soit même pas de quoi se chauffer pendant deux mois. Pour faire la cuisine, on trinque, c'est moins cher. Du gros rouge qui tâche !

 

Tout ça pourquoi donc ? Pour engraisser un peu plus des actionnaires de GDF, dont les deux tiers sont  étrangers ! Parallèlement à la hausse annoncée, on nous dit que GDF a fait un bénéfice net de 4,6 milliards d'euros, en hausse de 3,1 % par rapport à l'année précédente.

 

Et puis Bayrou nous apprend que le prix mondial du gaz a baissé lui de 300 % !  Et Copé répond que le prix du Gaz suit celui du baril de pétrole brut. Ah ? Mais alors vu que le prix du baril de pétrole avait fortement baissé avant qu'on le fasse opportunément grimper en se basant sur le conflit libyen, pourquoi le prix du gaz ne baisse pas, pas plus d'ailleurs que le prix de l'essence à la pompe ? Alors pour le prix de l'essence, l'Etat se lamente pour de faux, bien sûr, ça le fait plutôt marrer, vu que les taxes de l'état représentent 80 % du prix de l'essence !

 

Alors on fait quoi maintenant ? bah, on continue à se faire entuber, hein ! Y a pas de mal à se faire du bien.

 

Rédigé par plume de cib

Publié dans #Sciences du quotidien

Repost 0
Commenter cet article

naradamuni 05/03/2011 17:22



Tout est basé sur la base
Dès le plus jeune âge, nous avons toujours veillé d’instinct et sans que personne ne nous le dise, sans demander l’autorisation de personne, sans imiter quiconque, guidés par les seules exigences
de notre conscience morale à fermer les robinets, qu’aucune goutte ne goutte. La chasse d’eau retenue afin de vider le w.c. sans gaspiller outre mesure...etc Nous l’avons toujours fait parce que
nous nous sentons, sans cesse, reliés à la pauvreté mais à l’univers et la Nature. Vous allez voir les trésors qui nous ont été offerts. Bien mieux que tout «responsable» irresponsable, la base
de la Société, avec une modeste intelligence, une vigilance sans défauts, veille aux bien précieux, air, eau, terre, énergies non renouvelables et respire, mâche, sans arrêt, que ses actes
impliquent tous les autres et que tous les autres restent impliqués dans leurs actes. Bien sûr ce savoir ne parvient jamais aux élites autoproclamées qui «ignorent» tout et tous, séparées de tout
et de tout le monde. Qui ne sont plus qu’un encombrant fardeau. Puisque qui pèse chacun de ses actes, de ses décisions ou paroles à la lancinante question est ce que cela ne va pas être au
détriment des autres humains, de l’environnement et qui adapte, sans cesse, sa mentalité et son style de vie aux réponses à ces questions? Qui tend, sans interruption, vers la création de
l’Humanité complète, riche de ses multiples facettes, multipliées chacune de toutes les autres, où toute exclusion devient impossible, où chacun(e) trouve enfin sa place? Qui vit, sans le cesser,
les plus hautes exigences, relier l’art à la vie quotidienne, supprimer au maximum les inégalités financières, ne penser qu’aux autres...etc? Qui est donc comme l’être humain idéal se voit
pourtant diffamé, censuré, empêché, traité comme pire que tout. Cette déchéance collective reste, principalement, imputable aux élites autoproclamées. Puisque, à l’opposé, qui se fout totalement
de la Nature incontournable, de l’espèce humaine fondatrice, qui se fout froidement des autres, qui ne pense qu’à lui/elle, qui est un échec total de l’esprit, de l’amour, de la sensibilité, de
l’émotion, de la compassion, se voit encouragé, incité, félicité, traité comme un dieu: normal, c’est le consommateur irresponsable type ! La Religion démasquée du capitalisme n’a d’autres
adeptes! Serions nous toujours perdants? Toujours reliés au vaste savoir commun qui ne se sait que hors des écrans et des chiffres, la pauvreté nous a offert ses multitudes cadeaux sans prix.
Les êtres extraordinaires de la Cité de la Joie. Les enfants obligés de tout récupérer pour survivre doivent s’éloigner toujours de la Cité. Mais pourquoi donc ? C’est que tout y est déjà
récupéré, réintroduit dans le cycle utile (et plus qu’utile au regard du monde entier) du recyclage. Les miséreux sont donc les pionniers de l’économie puisque, au pied de la lettre (comme disent
les imposteurs), ils épargnent tout ce qui épargne les énergies non renouvelables et «l’horreur économique» qu’ils subissent donc mais ne l’infligent pas aux autres. Ils sont nettement en avance
sur le reste de monde sachant tout de l’économe I . Et nous, au sens fort, ne savons RIEN de l’économe I. Cette épargne qui épargne (préserve, sauve) les écosystèmes et les entités humaines. Les
miséreux sont les pionniers de la nouvelle civilisation. Tandis, qu’à l’opposé, les champions du gaspillage se voient comme des barbares complets, ploucs, balourds, rustres, ringards achevés au
regard de l’Humanité. Jamais ils ne découvrent que le gaspillage n’est que la continuation de leurs pillages passés, de leur progrès rançonneur de vrais voyous. Bref les moins «civilisés» qui
soit!



sylvie 05/03/2011 10:01



La solution est simple : renationaliser le secteur de l'énergie. Point barre, même si Bruxelles et Barroso font la gueule. En passant, raboter le salaire de Proglio, indécent.


Une société nationale vendra tout aussi bien ses compétences à l'étranger qu'une firme privée ; avec l'avantage qu'on partagera (un peu) aussi les gains avec des tarifs raisonnables, CAD
permettant à tout un chacun de vivre dans des conditions énergétiques correctes. Et sur-tarif pour les sur-consommations de ceux qui ne font attention à rien parce qu'ayant les moyens de ne
jamais rien compter de leurs dépenses. Une personne : une quantité d'énergie/an pour couvrir les besoins impérieux et compatibles avec la vie dans notre pays ; tarif de base minimum. Ce qui
dépasse : tarif de plus en plus élevé au fur et à mesure de la gabegie ramenée à l'unité "personne".



plume de cib 05/03/2011 11:18



ouah ,je vote pour toi ma biche.


En fait, c'est le peuple qui a les solutions. Votons pour le Peuple !