Le Monde change mais les politiques ne sont pas au courant.

Publié le 10 Décembre 2011

  • Bonjour !
  • Avez-vous remarqué que les empressés de la candidature se sont contentés de sortir leur matos de campagne de 2007 sans même un seul petit rafraîchissement ? A priori, pour eux, rien n'a changé donc. Enfin, ils n'ont pas tort, pour eux, rien ne change. Ils se retrouvent toujours dans les mêmes restos, se fréquentent tous et passent du bon temps ensemble, et sont tous aussi éloignés du peuple qu'avant. Faire des propositions, ils ne savent pas le faire. Faire de la communication, ils comprennent déjà mieux. D'ailleurs, ils ont des conseillers de communication, et c'est eux qui dirigent les opérations ! Les vieilles ficelles, c'est lancer un diagnostic de la situation, oui, c'est bien. Comme ça, nous on se dit "ah lui il a compris notre situation, il sait où est le problème.". oui, et ensuite ? Ensuite, rien, car après le diagnostic, il n'y a pas de propositions. ils n'en ont pas besoin puisqu'on les élit sur leur faculté à mettre en scène des diagnostics.  Les politiques font de la conversation de bistro, sans plus. Par exemple, voici quelques phrases de Bayrou, récupérées sur son site :
  •  

    Mettre en oeuvre les réformes qui s'imposent

    Résoudre ces deux questions fondamentales c'est résoudre l'essentiel et pouvoir répondre aux maux de la France et valoriser ses atouts.

  • oui mais encore....

Institutions

Les temps imposent de trouver un équilibre nouveau. On est arrivé à un moment où l’effondrement des institutions devient accablant.

 

et après ?.... La meilleure !

  "Celui qui souffre le plus en France, c’est le citoyen."

 

Ah bon ? je croyais que c'était les chaises !

 

  • Donc, à priori, faut qu'on se démerde !

Voici les propositions  concrètes de Justine. Commentez, critiquez, proposez, la tribune est ouverte !

  • La gouvernance

    > - Il faut supprimer la multitude de lois inutiles ou périmées et les remplacer par un petit nombre de lois courtes, simples que tout le monde comprendra.

    - Plus de président, plus de ministres, plus de députés au service de monsato et divers multinationales, plus de sénateurs, plus d’organisations obscures dites constitutionnelles, éthiques pour placer des amis. Des commissions diverses occupées toujours par le même milieu, les amis d’amis, les ex, les en cours, la famille…

    > La population vote pour chaque loi par internet, par téléphone ou dans chaque commune (pendant une semaine, par exemple) au coût minimal.

    > un roulement de fonctions exécutives limités à un an, par exemple (ceux qui veilleront au respect des lois (c’est le cas aujourd’hui)) : impôts, police, etc. Ces représentants seront élus par la population, de préférence.

    > un roulement pour représenter le pays à l’étranger, poste pour l’occasion, ex. signer un traité, un contrat d’état….

    > Le représentant d’état sera élu au suffrage universel sur son CV, il sera mandaté par la population pour signer le traité, le contrat… (voté, avant, par la population)  Tout détournement des clauses votées par la population sera puni de perte de droits civiques à vie et d’emprisonnement en fonction du préjudice causé à la nation, à l’état.

     == actuellement, les gens confondent l’Etat et les gouvernants.

    > Tout citoyen (une seule nationalité) pourra vérifier le respect de lois, du vote, la répartition budgétaire détaillée… en accédant aux dossiers avec son mot de passe personnel. Il pourra comprendre, débattre dans des réunions de sa commune, de son quartier, sur internet…

    Chaque citoyen pourra présenter au vote une proposition de loi, bien expliquée et cohérente qui sera validé ou non, en fonction du nombre d’adhésion par un premier vote.

    > Les magistrats seront élu et devront pratiquer la justice équitable pour tous, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui.

    > Chaque département présente son bilan de l’année précédente, de l’année en cours et les besoins prévisionnels pour l’année à venir, y compris le montant des salaires de fonctionnaires. La population valide ou corrige la demande. Le vote, la discussion, l’information peuvent s’étaler sur un ou deux mois.

    Les dépenses doivent correspondre aux recettes. En cas de déséquilibre, il faudra voter une répartition différente. Donner la priorité à l’humain et pas à l’humain bestial.

    > La participation des forces françaises doit être soumise au vote après la réflexion collective sur sa nécessité, sur les dommages à la population à attaquer, sur son objectif, sur les conséquences pour le pays, sur le coût et sur les gains à obtenir pour les citoyens.

    Les citoyens doivent savoir de quels moyens de défense viables dispose la collectivité.

    > Le vote majoritaire doit atteindre au moins le 3/5 des votants. Il faut aller vers une société où chacun s’y retrouvera et pas où les uns vivent bien en écrasant les autres. Chacun s’exprime pour soi.

    > La manipulation médiatique : « les français pensent… » ne doit pas être prononcée.

     Ce qui fait cinq propositions… à modifier, à ajouter.

    Ceux qui diront qu’on ne doit pas consulter les français pour tout ne s’expriment que pour eux. Personne ne les oblige à voter. S’ils ne votent pas, ils se taisent. Chacun s’exprime pour soi.

Rédigé par plume de cib

Publié dans #PRESIDENTIELLES 2012

Repost 0
Commenter cet article

naradamuni 10/12/2011 23:11


...  /


De l’avis « général » des e$pagnols, « elle, la monarchie!) » a rempli un rôle dans
« le retour à un fonctionnement démocratique normal après la
dictature ». Cela vaut la popularité du roi actuel. Cela donne aussi, me semble-t-il, à
réfléchir.


Il y a autre chose que la démocratie dans ces démocraties.


Qui gouverne, le Politique ou la politique ; la Publique-cité ou le
public-Privé?


La gouvernance masquées au service des privilégiés, le privatif du privé qui privatise le publique et s'en
nourrit. Or seul le Public-cité peut faire société - Non « le public-privé de la
cité » masquée des faveurs de « la publicité » "Pub" faussaires rolexmens
contemporains.


La stupidité du Privé tient à l'étroitesse absolue de son angle d'attention. Jamais 180 ° Bien rarement 90 ° Peu souvent 45 ° . Mais plutôt 30 ° ou 10 °? - privé des 360° ! - Le privé évite
la plus grande part du réel, il ne peut fonctionner qu'en se détournant du collectif. Incapable de la moindre vision d'ensemble le Privé entièrement inapte à la "globalisation" ( ne pas entendre
globalisme),– Dans une ère dite de globalisation, avec le Privé comme fer de lance des progrès, il peut sembler paradoxal d'oser le privé radicalement incompétent à globaliser. Évidement, tout ce
qui vient du privé ne correspond pas à ces estimations, il existe aussi la possibilité d'y rencontrer des êtres très sérieux. Ce qui est décrit c'est la tendance structurelle du privé à
l'incapacité à "globaliser", à traverser les vraies synthèses.


Or face à l'ampleur des défis, que voyons-nous ? Des élites autoproclamées qui
n'affrontent jamais aucuns débats de fond mais usent de monologues déguisés en compassés dialogues. En dehors de cette scandaleuse propagande, nous les
apercevons dans leur danse animiste autour des totems –privatisations, profits, tout pour moi et rien pour les autres – dans une perte de toute faculté de raisonnement. Nous les
frôlons toujours plus légers et superficiels, dérisoirement non fiables. Chaque jour, ils sont un peu moins sérieux, ne connaissant plus rien du réel,
complètement séparés de la connaissance intime de l'impact des décisions sur toute la Société – et donc devenus inaptes aux décisions! Tout ce qu'ils font est devenu,
potentiellement, dangereux, menaçant. Faute de travail sérieux, peu de médias se sont aperçus que les rênes du pouvoir leur avaient échappé.


Si vous ne protégez pas la réflexion de tout intérêt parcellaire, si vous ne préservez pas des "espaces de liberté" dédiés à l'honnêteté intellectuelle – vous parvenez à ce que
l'intelligence fonctionne sans vous, complètement à l'extérieur de vous.


Le retour du sérieux c'est d'admettre que les activités humaines peuvent détruire la vie et la
Nature, Nous. Les solutions les plus sérieuses sont celles qui LIMITENT ces destructions déjà au plus raisonnable : d'où cascade de conséquences, ramener le privé à sa juste place, réduire,
restreindre les activités humaines, parvenir politiquement aux décentralisations fédérées, apprendre collectivement à protéger la nature, introduire le revenu d'existence, bannir la richesse
exagérée régulée par un "salaire maxima garanti – égal à (et pour) tous -", ouvrir au maximum d'emplois le Collectif actuellement sans emploi etc.


Inversons l'iNver$ion !


 


 





plume de cib 10/12/2011 23:51



oh yes. Merci pour la lecture ! Je le lis ce WE



naradamuni 10/12/2011 23:10


Pour 2012, ôte ta
cagoule ! 


Hypocrisie de l’État,
lâcheté de ses sujets...


LE Politique, c'est l’un de ces sens très curieux que tout le monde sent très bien intuitivement et qu’il est en même temps très
difficile d’expliciter.


 


 


Pouvons-Nous en borner le domaine d'intervention de la population ou d'une part de
celle-ci ?


- Démocratiquement - rien ne justifie une réponse positive si ce n'est un doute de
mauvais aloi, sur la capacité de celui-ci. Michèle Guillaume-Hofnung, professeur de Droit, dans "le référendum" chez Que sais-je ? Page 31.


- Il n'est pas démocratique de dire qu'une population n'est pas "assez éduqué"
pour prendre des décisions politiques. Gil Delannoi . Directeur de recherche FNSD


 


Honni ; peuple et  royaume, empire qui empire et possession possessive ! La population citoyenne, la publique citée est multi-indiviudalité, l'amateur en cela est pro en ceci ! Nul est nul ! Aucun.


Sa Puissance est la Richesse de sa Biodiversité ; la division, communautarisme, corporatisme, etc... la déficience.


Le plus sournois et dangereux de tous ces ismes, le conformisme qui conforme au paradigme du
ON crapuleux, élitiste lecteur électeur qui délègue, cagoulé –hourdissant secrètement, à l’abri d’un isoloir, usant de bulletins vierges de toute caractéristique personnelle -
entretient cette nébuleuse
entité parasite : LA
politique,sesParti$'âneries cagoulardes illustréeset sespoliticiens
assistésde leurs experts chroniqueurs, lutrin bonimenteur.


 


Deux visages complètement différents : une autorité qui se forme à partir des discussions de la citoyenne population qui fait société Le Politique et, au
contraire une autorité impérative, « summum » à laquelle « le peuplé »a qu’à obéir et qu'à, ne surtout pas
discuter.


Or, il est un fait, que le plus grand nombre des dé$mocraties £européennes – « gouvernement représentatif » de et pour qui ? -
, qui n’ont rien à nous envier sur le terrain des di$fonctions de la Démocratie, sont en même temps des Monarchies a£ignées à la £ignée et autres
e$compteur et raconteurs.


 


De l’avis « général » des e$pagnols, « elle, la monarchie!) » a rempli un rôle dans
« le retour à un fonctionnement démocratique normal après la
dictature