Le harcèlement des chômeurs est insoutenable !

Publié le 16 Décembre 2012

 

Une femme de cinquante-huit ans, ancienne cadre au chômage, s'est vue proposer par l'ANPE un emploi de..... "chargement et déchargement de camions" ! Non, vous ne le trouverez pas dans le journal. C'est dans mon entourage. Un type de cinquante ans, ancien chef de service, s'est vu proposer un emploi de distributeur de journaux entre trois et sept heures du matin. J'en passe, et des meilleurs. Le harcèlement est permanent, pratiqué par des employés qui eux-mêmes sont harcelés par leur hiérarchie et qui sont en train de péter les plombs. On n'en est pas encore à  bouffer de la chair humaine mais ça va venir. Tout ça pourquoi ? pour du fric ! Mais dites-moi, et si le fric n'existait plus ??? OUf !

Pour les gens au RSA, ce n'est pas mieux. Les organismes et associations leur sont tout le temps sur le dos, exigeant des résultats immédiats, leur demandant d'avoir des projets "rentables" illico, de trouver des emplois inexistants. La plupart se rend aux rendez-vous avec la boule au ventre. Les projets sont avortés parce que ficelés trop vite. On a peur de perdre les malheureux 400 euros du RSA qui aident à garder un semblant de dignité. Mais on le leur fait payer cher, très cher ! Très cher en humiliations journalières. Très cher en remarques, admonestations, menaces, chantages odieux.

 

Le harcèlement des gens aux chômage ou au RSA est totalement insoutenable, mais surtout, surtout, il est contre-productif. Ceux qui essaient de monter des projets sont vite rattrapés par la peur qui les scie à la base, rongés par le stress. Certains finissent en psychiatrie. D'autres se suicident, d'autres encore lâchent tout et préfèrent aller dans la rue. C'est un drame au quotidien, la peur, jour, nuit, les dates de rendez-vous qui arrivent et  mon dieu, que va-t-il se passer ? Des projets viables qui tombent à l'eau, des gens talentueux qui meurent dans le désespoir. Les conseils généraux qui sont pourtant pratiquement tous de gauche ont mis en place des politiques d'exclusion qui s'apparentent à la Terreur. Tout le monde doit obéir aux ordres, sous peine d'être jeté à la rue. Tout le monde se sent harcelé. Tout le monde se sent épié, soupçonné, accusé. 

Alors d'où viennent donc ces ordres ? Quelle est donc cette machine à abattre les gens ? Ne serait-on pas en train de réinventer les camps de concentration à grande échelle ? Je pèse mes mots !

Alors bien sûr, il y a des profiteurs. Profiteurs pour 400 euros !!! Vous voyez ce que c'est 400 euros ???? Quel profit ! Mais admettons ! Ne serait-il pas plus intelligent de les viser eux plutôt que traiter tout le monde comme des malfrats ? Car on les connait, bien sûr, on les connait ! Ils sont faciles à identifier.

Quand au quidam, mon dieu, ce pauvre con de quidam croit encore que des gens en France se la coulent douce en touchant les "allocs", et que c'est lui qui le paie directement. Ce pauvre con aigri qui se fait entuber au boulot, jette lui aussi sa hargne et sa morgue sur ceux qui n'ont plus de boulot parce que la mondialisation sévit à tous les étages et que bientôt la France ne sera plus qu'un pays de musées ! Ce pauvre con aigri ne critique pas cependant tous ceux qui perçoivent les allocations familiales alors qu'ils perçoivent de bons gros salaires, ceux-là même qui n'hésitent pas à tendre leur carte vitale pour se faire rembourser les vingt euros du médecin, juste parce qu'ils y ont droit ! Lamentable !

La vie est dure mais cela n'empêche pas les gens d'être cons !

Bon dimanche quand même.

 

Je reprends une phrase de Justine :
" Ceux qui n'arrêtent pas de critiquer les gens qui galèrent n'ont qu'à arrêter de travailler et de rester au rsa si c'est si enviable."

 

L'idée n'est-elle pas excellente ??? Allez, allez, tous les envieux, au RSA !

Rédigé par plume de cib

Publié dans #C'est ma tournée !

Repost 0
Commenter cet article

windows support tools 23/05/2014 12:42

This is ridiculous and an utter nonsense. Where did these offers/orders came from? And who did passed these? Are they just out of mind or fools? Anyway, thanks for the read. Had the chance to know that things like these happens around.

Le Mousquetaire des Mots 02/01/2013 11:31


Bonjour Plume,


Je reviens seulement pour te présenter mes voeux pour 2013. Je sais que c'est assez imbécile de se livrer à cette vieille tradtion, surtout en ce moment
où tout s'annonce difficile, voire invivable.


Bonne année et que ta plume trempe bien dans l'encrier afin que nous ayons le plaisir de lire et relire tes articles toujours bien
pensés.

lilou-52 31/12/2012 22:38


Bonsoir, je découvre ton blog et ce que je lis et découvre ne m'engage pas à être optismiste. Chômeuse (avec un faible chômage) depuis peu, à la retraite dans trois petites années, je ne vois pas
mon avenir de bonne augure et ce que je lis dans cette article me fait froid dans le dos. Que faire alors quand Pôle Emploi ne nous soutient pas et qu'il n'y a pas de travail. Bouh, je sens que
je vais finir par m'acheter les affaires nécessaires du parfait campeur.


Très bonne année 2013 tout de même !

plume de cib 02/01/2013 14:30



bonjour Lilou...


réponse avec un peu de retard...



Roland 28/12/2012 14:43


et ceux qui n'ont pas de parents derrière (ou leurs propres enfants quand ceux de cette géération seront parents, si rien  ne change ? là ça sera la plongeon pour tous tout de suite !) ils
n'nt plus qu'à devenir SDF, et à crever.

Le Mousquetaire des Mots 25/12/2012 09:27


Bonjour Plume,


Un article qui remet les pendules à l'heure pour ceux qui dégoisent sans rien savoir et tapent sur le dos de ces fainéants de chômeurs... Rien d'étonnant à
cela : les commentaires qu'on entend sont véhiculés pour que la sauce prenne, tous unis contre les chômeurs qui vivent grassement avec le RSA. Mais s'il n'y avait que cela... Pôle Emploi ? Une
usine à gaz qui tourne au ralenti :voici un cas exemplaire, un jeune de 24 ans s'inscrit par internet en mars dernier, il doit recevoir un dossier à son domicile. A ce jour, toujours rien.
Heureusement qu'il a des parents. Autre cas : un garçon (ou une fille) de moins de 25 ans ne peut percevoir le RSA. A charge pour les aprents de l'entretenir. Mais comme il (ou elle) a plus de 22
ans, pas de part fiscale à déduire (parce qu'il ou elle n'est pas étudiant(e)). Là encore, si les parents ne subvenaient pas à ses besoins, que deviendrait-il ou deviendrait-elle ? Vive le fisc
qui applique à la lettre les directives votées par les parlementaires...


Joyeux Noël à toi et les tiens.