La guerre des drogues ne fonctionnera pas plus que la prohibition aux USA

Publié le 16 Octobre 2012

 

 

On dirait que les gouvernements français essaient de s'acheter une morale en s'arc-boutant sur cette prohibition des dénommées "drogues" dites douces. Je veux dire que le cannabis est devenu illicite on ne sait trop comment, par principe sans doute, à moins que ce soit pour servir les intérêts de mafieux très hauts placés ! Personnellement, c'est la seule raison qui me vient à l'esprit. Quand on voit que la France est par ailleurs le troisième Pays le plus friand de pesticides et autres engrais chimiques qui ont définitivement pollué notre terre et nos sources, je me demande comment les gouvernements qui consentent à cet empoisonnement général peuvent aujourd'hui décider de proscrire le cannabis dont les effets néfastes restent encore à démontrer !

J'approuve Vincent Peillon. Sa réflexion est tout à fait pertinente. La France qui a tant besoin d'argent ne peut rechigner devant celui que lui rapporterait le commerce contrôlé du cannabis. Elle le fait bien pour le tabac ! Alors quelle est la différence ? Ah oui ! Peut-être attend-on des accords avec des multinationales, genre lobbies pharmaceutiques qui se chargeraient du négoce de la plante qui fait rire !

Donc la France joue les effarouchées quand on lui parle de dépénaliser la drogue. Et le public pitoyablement conditionné applaudit bien sûr ! Mais ce public a-t-il conscience des économies monstrueuses que générerait cet acte devenu d'intérêt public ? Le coût de la lutte contre la drogue, les commissariats, les tribunaux, les prisons surchargés ! La France est le pays où la répression est la plus forte et où il y a le plus grand nombre de fumeurs de cannabis ! Ca mérite réflexion, non ?  La pénalisation conduit à la sacralisation ! Après ça, on nous fait tout un cirque sur le mariage gay, sur les adoptions en PMA qui aujourd'hui sont si difficiles à obtenir pour des couples normaux, je dis bien normaux, mais stériles. Là, il n'est plus question d'éthique. La France ouvre la porte en grand sur le bidouillage génétique, sur la procréation au petit bonheur, sur la généralisation de la mère porteuse, sur le trafic d'ovules et de spermes. Elle ouvre grand la porte au trafic d'enfants. Bien sûr, on ne va pas parler de pédophilie, dans ce monde-là, ça ne se fait pas monsieur. Etre homo, c'est bien normal, n'est-ce pas, à force, vous avez fini par le croire. Mais là, on ne fait pas Oh ! On ne fait pas Ah !. On adopte le style bobo gaucho, cette tendance rive gauche parisienne née en vase clos où l'on ne perçoit les français hors du cercle que comme des beaufs primitifs et idiots ! Ah ça me fait marrer ! Les péquenots qui adoptent la pensée bobo gaucho ! Ils se font encore plus foutre de leur gueule !

Que chacun se lave les mains dans le bénitier saumâtre. Oui la fin du monde est amorcée, elle est même en phase terminale. On ne va pas s'en plaindre hein !

En attendant,

- les radars automatiques fleurissent et se multiplient plus vite que les microbes. Plus aucune signalisation, ils sont partout, ils vous guettent, ils vous traquent, à seule fin de vous soutirer du blé. Ne croyez pas que c'est pour votre bien. Ah ! vous les croyiez ? Priez, priez mon frère, priez pour être illuminé !

 

- La redevance audiovisuelle pour les résidences secondaires ! Ouaf ouaf ouaf ! Comme c'est idiot ! La redevance n'est donc plus sur le contenu mais sur le contenant ???? Parce qu'à mon avis, peu ont hérité du don d'ubiquité n'est-ce pas et donc, on ne peut regarder la télé à deux endroits à la fois ! Donc, c'est le poste qui est taxé ! En plus de la TVA bien sûr !

 

- La privatisation de la sécurité sociale ! Ah ! là, ils ont fait malin ! Vous n'y voyez rien du tout ! On vous aurait pris de front, vous auriez regimbé, mais là, dans le cul la balayette ! ça glisse tout en douceur. Actes médicaux, médicaments de moins en moins remboursés. On demande aux mutuelles de faire des efforts. Mais les mutuelles n'ont pas l'esprit philanthrope. Déjà, on vous en colle une d'office, interdit de refuser, mais en plus vous ne pouvez plus vous en passer. Les cotisations augmentent mais vous ne pouvez rien faire, rien dire, c'est du domaine du privé ! Ah Ah AH ! La famille Sarko bien implantée en la matière a de fidèles appuis parmi les socialistes. Ca se tape sur le gros bidon dans votre dos !

 

Mais la liste est longue et vous allez m'aider à la continuer ! Bonne journée !

 

Et tiens, les grands esprits se rencontrent ! Brad Pitt vient de délivrer un message dans le Huffington Post, à l'occasion du docu qu'il a produit et qui traite de drogue justement. En résumé, il pense que la guerre contre la drogue ne sert à rien et coûte un maximum de pognon. Que les toxicos doivent être considérés comme des malades et non comme des délinquants et qu'on tirerait un grand bénéfice autant pécuniaire qu'humain en la légalisant et en la contrôlant ! Voilà. C'est juste d'une logique simple et implaccable.Tout le reste n'est qu'hypocrisie et désinformation, aussi dangereuses l'une que l'autre.

 

Brad Pitt & 'The House I Live In' Director Eugene Jarecki Dissect America's Failed War On Drugs

Posted: 10/13/2012 8:53 am EDT Updated: 10/13/2012 1:52 pm EDT

Seated in a big leather armchair with popcorn and a Stella Artois beer on a Friday night in Los Angeles, Brad Pitt was ready to talk about drugs.

Minutes before, in a small theater downstairs, Pitt introduced director Eugene Jarecki's documentary "The House I Live In" about the war on drugs with this confession:

My drug days are long since passed but it's certainly true that I could probably land in any city in any state and get you whatever you wanted. I could find anything you were looking for. Give me 24 hours or so. And yet we still support this charade called the drug war. We have spent a trillion dollars. It's lasted for over 40 years. A lot of people have lost their lives for it. And yet we still talk about it like it's this success.

"The House I Live In" is a harrowing and comprehensive look at what President Richard Nixon coined "the war on drug abuse" in 1972. The film looks at how things have exploded since then, how we ever got there in the first place, and what the hell it all really means. Jarecki's personal ties to the subject matter make "The House I Live In" that much more salient.

Pitt, an executive producer on the film, is no stranger to speaking out for the legalization of drugs. When Jarecki introduced the project to him years before, he told Pitt that he felt the war on drugs "is possibly a barrier to keep the impoverished down. To keep them shackled," Pitt explains. "And I thought well that may be even too liberal for me [laughs], but we just came off of Hurricane Katrina. We had just witnessed that there was a particular portion of our society that was being ignored and that this could be the case."  SUITE ICI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article

Grofon 28/10/2012 16:06


magnifique de lucidité ce billet .


On peut aussi parler de la levée de bouclier contre les salles de conso alors que les bistrots ou les alcolos se bourrent la gueule ça ne choque personne

plume de cib 28/10/2012 16:20



Merci Grofon. Oui, j'ai fait un billet sur les salles de conso. Bien sûr , entièrement d'accord. Assez d'hypocrisie. Et je suis d'accord pour les bistrots ! Et je vais pondre un autre billet dans
ce sens d'ailleurs. Merci beaucoup.


 


voici mon billet sur les salles de shoot : http://o-pied-humide.over-blog.com/article-alors-ces-salles-de-shoot-c-est-pour-quand-109526143.html



Roland 16/10/2012 16:06


sur ce sujet des extraits interessants du livre classique deThomas Szasz :


http://www.noslibertes.org/dotclear/index.php?post/2011/02/20/566

dot 16/10/2012 10:27


Bonjour Plume !


Je suis d'accord avec tout ton billet, point par point et la seule drogue que l'on trouve dans le pétard c'est le tabac (à cause des adjuvant chimiques) en fait et je n'ai jamais rencontré de
camé au hashish ni de fumeur de marijuana qui ait viré à la drogue dure (et j'en connais des tonnes, forcément à Amsterdam, élèves inclues).  Mais je crois que ce débat n'est qu'une
manipulation médiatique pour faire passer l'essentiel derrière notre dos en douce, je veux parler de la ratification du MES par nos putes élues, privilégier le sociétal pour cacher la misère
sociale.


 


Bonne journée

plume de cib 16/10/2012 10:48



En fait, on fait croire au bon peuple que les gens qui fument le pétard sont des "cas sociaux", des inadaptés au système, des gens à problème car on fait l'amalgame avec les toxicos. mais alors,
les fumeurs de clope, les buveurs de café, les mangeurs de chocolat, le sont aussi. C'est l'ensemble de l'humanité qui devient un cas social. L'addiction aux médicaments est par contre avérée et
coûte la vie à des dizaines de milliers de gens, coûte la peau du cul à la sécu. Car la sécu devient là le grand dealer des drogués aux médocs. Mais tout le monde trouve ça normal et tout le
monde en redemande ! Et tout le monde paie chaque mois sa part de sécu pour pouvoir se droguer aux médocs !!!


Comme tu dis, ce n'est pas parce qu'on fume du hash qu'on devient addict aux drogues dures. C'est complètement con.  Héroïne, cocaïne et autres dérivés ne sont consommés que par des gens qui
ont des manques, des problèmes, souvent liés à l'enfance. Et ne deviennent accrocs qu'à cause de ces problèmes. c'est un moyen de les fuir !!! Ca me fait marrer que les gens croient que tu
deviens accroc à l'héro ou à la coke juste parce que t'en prends ! La preuve, le sevrage physique est assi facile. quelques jours de torture, une semaine, mais si le tox n'est pas tout seul, ça
se passe assez bien. par contre, le sevrage psychologique est d'une violence telle que beaucoup ne la supporte pas. Elle dure surtout très longtemps et peu d'ailleurs ne jamais être éradiquée.
Mais ce n'est pas la drogue qui est en cause, mais le problème psychologique de la personne qui lui est toujours là. 


Cela n'a rien à voir avec la fumette... Pfff... ça me dépasse. De voir que les gens sont si peu informés aussi et qu'on peut si facilement les manipuler... Et comme tu le fais remarquer, le MES
est autrement plus dangereux qu'un joint  pour notre pays !!!