Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


La cuisine popote de N.S.

Publié par plume de cib sur 7 Avril 2010, 13:46pm

Catégories : #POLITIQUE INTERIEURE



Le président de la république française est contraint de faire de la politique popote. Mais c'est comme tous les présidents de la Ve république. Il n'a aucun pouvoir, pas plus que ses ministres. Le pouvoir est à la finance. Bref.  Les élus politiques ne sont que des acteurs. Leur rôle est de mentir, de bien mentir, de faire croire qu'ils ont un pouvoir. Le président de la république doit montrer qu'il a un certain pouvoir, même s'il n'en a aucun. Et Sarkozy plus qu'un autre s'emploie à faire le mec sévère. Il réprimande ses ministres à tour de bras ! Il enlève les privilèges d'une ex ministre pour une histoire à dormir debout ! Il fait plancher le parlement du le port de la Burqa ! Ou su la publicité sur les chaînes de télé publiques ! Il fait changer les plaques d'immatriculation, réfléchit sur une taxe qui ne sera jamais appliquée. Au passage, il sert quelques 16 000 nantis en baissant leur impôt.

Le président de la république française est choisi longtemps à l'avance parmi le cheptel des élus adoubés. Il est formé, formaté. Quand il arrive au poste surprême, il est fin prêt !  Il sait que pendant cinq ans, il va se faire dorloter par la république. Il n'aura aucun frais. "On s'empressera de lui faire des cadeaux ocultes, histoire d'obtenir quelques faveurs de rang, des privilèges.  Le président de la république comme ses ministres apprennent à parler de "croissance économique" "pouvoir d'achat" . Ils apprennent à parler sans rien dire. La plupart du temps, ils ne comprennent rien au discours qu'ils servent au peuple. Ils l'ont appris durant le trajet. Ils apprennent aussi à écouter, à être compassés. Bref. Mieux qu'aucun comédien, ils sont des as de la manoeuvre.

 

Si l'ont veut vraiment que quelque chose change en France, on doit se prendre en main ! On doit former masse, on doit effectivement s'en prendre, non pas aux élus, mais aux financiers ! Victor Hugo disait déjà en son temps :'Le parlement ? parlez-m'en !" C'est donc encore plus loin qu'il faut chercher pour trouver la source de cette politique popote. Je sais, je ne vous apprends rien. Alors cessez de croire qu'un politique va nous sortir du guépier. Enlevez leur leurs privilèges et vous les verrez tels qu'ils sont, cupides, avides.

Bref. Très dur d'écrire un billet aujourd'hui.  On dirait qu'OB pète les plomns. La page saute sans arrêt.

Commenter cet article

Sylvie 10/04/2010 16:07



Les politiques font les lois ; c'est pourquoi la finance a "ses poulains" qu'ils soient estampillés droite ou gauche afin de propulser qui elle l'a décidé au bon moment pour mener la politique
choisie et décidée en dehors de tout cadre démocratique.


Prochaine réunion du groupe Bilderberg bientôt… à voir ici pour une première approche, et ici
pour voir les noms des Français qui étaient invités ces
dernières années…



plume de cib 10/04/2010 16:15



A Rotterdam, il y a un grand hôtel qui s'appelle Bilderberg hihihi... Et pas loin, la poudre ! bon, je vais voir les liens...



Sylvie 10/04/2010 15:10



Pouvoir financier et pouvoir politique sont intimement mélé. Le second, instrumentalisé par le premier ; le premier, utilisé par le second… l'un ne peut vivre sans l'autre. Ils se renforcent et
s'enrichissent mutuellement.


Casser ce cercle infernal est un préalable à tout changement politique et social digne de ce nom. Qui en aura le courage ? Pas ceux qui sont en place aujourd'hui, c'est bien la seule certitude.



plume de cib 10/04/2010 15:39



je crois bien que le pouvoir financier peut vivre sans les politiques. De toute manière, c'est lui qui nous fournit des politiques façonnés pour répondre exactement à ses exigences. C'est
aujourd'hui ce qu'il faut savoir. Arrêter de mettre de l'affect dans la politique. Ne pas s'imaginer que les politiques se sentent concernés par les citoyens... Ils apprennent des discours qu'ils
ne comprennent même pas toujours.... C'est assez. Je crois qu'ils sont eux aussi devenus tellement crétins qu'ils ne s'apercoivent même plus que leurs boniments éculés ne nous intéressent plus.


On doit plus que jamais soutenir et encourager les francs tireurs qui se font massacrer si on ne s'impose pas....



xavaix 10/04/2010 12:41



"8.Posté par Pilou 83 le 10/04/2010 09:34


La Gauche est empêtrée dans un dilemme, le rôle régulateur et financier de l'Etat toujours été au centre de ses propositions, mais la dette est telle que les marges de manœuvre sont minimes. Si
nous échappons à la situation grecque, ce sera déjà pas mal. Qui a vraiment la volonté et le pouvoir d'augmenter la masse salariale en chute libre?
et comment faire? Le PS a des idées sur ces questions?
Pour beaucoup de Français, la "décroissance" a commencé depuis longtemps, la désespérance aussi. Créer un contre pouvoir aux banques, aux paradis fiscaux, à la délocalisation etc , paraît
hors de portée des citoyens, avec ou sans les partis politiques. Ya ka, il faut..., oui, mais comment? Des politiques qui diraient la vérité sur la situation économique dans laquelle
le libéralisme nous a mis, se tireraient une balle dans le pied:
"L'état n'est plus en état , débrouillez vous donc avec vos propres forces, localement, et sans rêver que çà va s'arranger par en haut; en attendant, il faudra rembourser la dette et se
serrer la ceinture, et on ne sait pas pendant combien de temps. Votez quand même pour moi, je pense bien fort à vous tous les matins, et le soir aussi ..." Merci à Monsieur Kahn et
Cohen. Les idées, il va falloir les trouver nous mêmes, comme dans les pays dits "en voie de développement": entraide, recyclage, partage etc, sans attendre d'en haut. Dans un pays où les
citoyens attendant tant des politiques et de la solidarité nationale, le plus dur est sans doute devant nous. "


Ci dessus donc  un commentaire tiré d'un article de Marianne2 de ce jour , au sujet d'un livre-projet de deux socialistes, semble t-il, Fabiusiens . Un commentaire qui reflète ma
pensée sur l'insaisissabilité  du Mal et  la réelle impossibilité actuelle  à agir collectivement par une remise en cause totale du système l .La France est impuissante et
 L'Europe d'aujourd'hui est un véritable piège , trop d'intérêts contradictoires sont en jeu ...Le " tous pour un et un pour tous" n'est plus de mise , parce que les citoyens ne sont pas
réactifs aux véritables enjeux et qu'ils ne font pas pression à juste titre sur les hommes politiques . L'individualisme forcené est dans l'instant dominant et je pense  pour une assez
longue période , à moins que la misère ne s'accroisse plus vite que prévu . De toute façon les néo capitalistes tireront au maximum sur la corde , il y va de leur intérêt
.Mais  ils lacheront de temps en temps un peu de lest , comme une soupape de sureté , afin que le système perdure le plus longtemps possible . De temps en temps un neo pauvre accèdera à
la richesse , il sera un modèle, les autres s'accrocheront à cet espoir , toujours cet individualisme primaire .


Un ami m'a dit recemment qu'en prenant l'argent aux riches il n'y en aurait pas assez pour rétablir l' équilibre .Il a raison mais il se trompe , ce qu'il faut abattre c 'est le système qui
rend ces gens richissimes. C'est drôle plus je vieillis plus je deviensun sorte de révolté ,de révolutionnaire . peut être aussi parce que j'identifie de mieux en mieux le Mal et que l'
ignorance ( pour rester poli) de mes concitoyens me desespère...


 


 


 



plume de cib 10/04/2010 15:37



Her soir dans Cactus, une députée UMP, pour une fois compétente, non connue et qui ne vient pas en représentation, a expliqué en termes techniques mais très clairs que l'état vit au jour le jour
et que nous ne pourrons encore tenir longtemps comme ça. Longtemps ne doit pas se penser en termes d'années, mais de petits mois, voire de jours. J'aimerais que des politiques compétents viennent
parfois nous parer comme elle l'a fait. Qu'on arrête de nous prendre pour des cons qui ne comprennent que des histoires de cul....



xavaix 08/04/2010 12:30



Salut cib , tu as raison les comportements individuels et la finance sont en train de détruire notre monde . Ce qui est vicieux c'est que si le mal est identifié il est malheureusement
insaisissable . Qui est "la finance" ? Elle est présente partout  et en même temps cachée , et au mieux si elle est, par hasard, repérée, suite à quelques maladresses, les
politiques viennent à son secours parce qu'ils ont peur . En fait ce qui pourrait peut être arriver de mieux c'est une chute entière du système ainsi les cartes seront rebattues . Deux
exemples de la perversion du système actuel : 1/ le directeur de la Coface ( assurance des encourts internationaux et par le fait spécialiste des risques entreprises ) confirmait hier que le
reprise mondiale est en cours - prévision 2010, 4% de croissance mondiale - Pas en Europe , un peu aux USA et le reste en Asie et dans quelques pays . Que font les capitaux ? Ils circulent
là où à lieu cette reprise et ils fructifient . 2/ Interroge ceux qui ont de l'argent placé aujourd'hui sur ces marchés et tu constateras la valorisation assez impressionnante de leurs actifs (
j'ai fait personnellement  le constat avec des chiffres concrets )


En attendant l'histoire des reformes à la sarko c'est du grand pipo et s'il a pu leurrer son monde pendant un certain temps aujourd'hui il va devoir changer maintenant de registre ( La
voiture France n'avance plus et il propose de changer les bougies au lieu de chercher du carburant ) . Le problème c'est que les politiques sont pris dans le piège du consensus actuel
sur le libre échangisme et son néo libéralisme . Ce n'est pas non plus les solialistes trop timorés qui vont changer les choses  et les politiques trop dirigistes ( genre communisme ) ont
montré aussi leur limites . L'Europe doit aujourd 'hui apprendre à se protéger ( la France n'étant plus maitre de son jeu ).Se protéger intelligemment , avec peut être diplomatie , mais fermement


Se proteger des financiers US et des importations de produits à coût de main d'oeuvre faible . Se prendre en main politiquement  en étant une véritable entité politique fondée sur de
vraies valeurs démocratiques ( et non un simulacre de démocratie) exemple : des votes par referendum européen , des listes européennes ... c'est seulement par ce biais que les citoyens européens
se sentiront concernés et que l'action européenne aura un sens .


En conclusion ou se prendre en main sérieusement et montrer les dents - même si cela peut faire mal dans un premier temps ou attendre le chaos régénérateur comme dans  la
mythologie indienne ( Shiva  sous son aspect de Rudra ) . Finalement au peuple de décider , mais aussi à lui de chercher !


 



plume de cib 08/04/2010 12:49



très brillante analyse à mon avis xavaix...Effectivement, le grand problème, c'est que la Finance est un objet non identifié et insaisissable. C'est l'intelligence virtuelle. Les actifs circulent
de manière totalement virtuelle. Phénomène de vases communicants. Les actifs circulent et ont une intelligence !


Il ne reste pas trente six solutions, se prendre en main et cesser de réfléchir en indivualiste, ou de toutes manières, on perdra tout. La Finance n'a pas d'état d'âme et nous ne faisons qu'agir
et réagir suivant l'affect.... Merci à toi


 



Metextoff 08/04/2010 00:50



C'est la froide réalité que tu décrit là . De quoi alimenter la masse grandissante des abstentionnistes . En attendant au rythme ou tout est violé par la grâce de la décomplexions , cela risque
de passer de popote à Pol Pot ...


                                                                                 
Salut !



plume de cib 08/04/2010 07:54



oui, malheureusement... Et je suis toujours partagée pour ce qui concerne l'abstentionnisme... En fait, les politiques s'en sont servis bien sûr pour rebondir. Ils ont dit ce que les gens
voulaient entendre. Ils se sont même flagellés un tantinet ! Mais ce n'est que du cinéma. Ils nous lisent chaque jour leur lettre de motivation pour qu'on continue à voter pour eux et qu'ils
continuent à bénéficier de leurs privilèges.... Je connais bien un certain député qui ne pouvait qu'être réélu sinon, il perdait sa grosse maison payée grâce à un crédit avantageux bien sûr, mais
aussi avec..... bien des billets qui passent par là, on ne sait comment !



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents