Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


L'UMP essaie de nous voler nos élections.

Publié par plume de cib sur 5 Janvier 2012, 08:54am

Catégories : #CHAMBRE DE REFLEXION

 

IMGP1203L'équipe de campagne du président sortant a trouvé le filon. Plutôt que développer un chapelet de mensonges au sujet d'un mandat aussi peu glorieux qu'une bouse sur le bitume d'une nationale et qui ne servira qu'à apporter de l'eau au moulin de l'opposition, le parti a décidé d'influencer l'opinion publique d'une manière un peu particulière mais très efficace. Tout commence par une rumeur. Grâce à Internet, les rumeurs sont très faciles à propager. Et comme les ministres UMP n'ont strictement rien à foutre, ils twittent ! Oui, et sans doute, ils jouent à la WI... La rumeur grossissant devient un beau costard pour l'adversaire visé. On peut compter sur des perruches comme Morano pour alimenter les fameuses rumeurs. Elle ne sert qu'à ça. Avec sa voix haut perchée, significative des gens qui mentent, elle débite les fameux éléments de langage à toute vitesse devant une forêt de micros, les médias n'ayant rien d'autres à se coller dans la carie en bouffent à longueur de journée.

Hier, les médias furent très très occupés ! En effet, le journal Le Parisien s'est illustré en colportant des propos qu'aurait prononcé François Hollande en off, "Sarko est un sale mec." On ne sait pas par qui est payé le journaliste qui a si bien déformé les propos de Hollande, mais toujours est-il qu'il a fait mouche. Tout à coup, la basse-cour UMP s'est réveillée, comme si le loup avait surgi dans le poulailler bien tranquillement assoupi. Et vas-y que je te joue les vierges effarouchées à tout berzingue, vas-y que je te fais voler des plumes partout. La pipistrelle s'en est donnée à coeur joie, pondant un corbeille d'oeufs à force de pousser, pousser, pousser mémé dans les orties ! A mourir de rire ! On aurai cru voir apparaître la mafia en soutane. Ah ça, il vaut mieux chercher la paille dans l'oeil du voisin qu'ôter la poutre qu'on a dans le sien. God ! Le plus marrant, c'est qu'ils se font du cinéma pour eux tout seuls. Projection privée à donf. Ils se remontent les nichons d'un mâle coup de bras, ou ce sont peut être leurs couilles, je ne sais, je ne sais. Y a vraiment pas de quoi fouetter un chat.

Depuis, la nuit est passée, le soufflet est tombé, Hollande a rectifié le tir. Mais il le sait, faire une campagne honnête avec des scélérats pour adversaires, ça va être dur, dur. Va falloir qu'il prenne des cours auprès de diabolo et Satanas ! Les médias aiment se frotter les mains avec de la merde depuis qu'on leur a dit que ça sentait la rose, et vu qu'ils ont de l'ail dans le nez et du persil dans les oreilles, la langue pendante, ils n'ont plus qu'à attendre qu'on les accommode à la sauce piquante.

Malgré tout, restons vigilants. Ce ne sont ni les guignols de l'info, ni l'UMP qui sont nos maîtres à penser. L'UMP ne cesse de propager les rumeurs sur la soi-disant mollesse de Hollande. Il y a un tel enfumage que tout le monde finit par le croire. On ne voit plus Hollande différemment. Or, Hollande n'est pas un imbécile. Pour le moment, il essaie de ne pas répondre à l'incitation de l'UMP qui l'attend derrière la cape rouge avec une épée bien aiguisée ! Mais si vous vous mettez tous à la sauce UMP, le chauffeur de salle, sûr qu'à un moment, il va craquer. S'il ne présente pas son programme, c'est sans aucun doute pour ne pas donner du grain à moudre à l'adversaire qui n'en a pas et qui n'attend qu'une chose, casser celui de Hollande. Sachons raison garder donc, et ne voyons que par nos yeux. Ce n'est pas facile de garder son libre-arbitre, mais rien n'est facile dans la vie, même si depuis des décennies on essaie de nous faire croire le contraire, ce qui nous a rendu mous comme des chiques. A bientôt les amis.....

Commenter cet article

roland 06/01/2012 18:36


et à l'invers Asselineau est un brave mec


Et peut-être même le seul qui soit moralement digne d'estime parmi les candidats à la présidence


http://www.dailymotion.com/video/xmstw6_presidentielle-2012-le-programme-de-francois-asselineau-president-de-l-upr-10-10_news

roland 06/01/2012 18:29


mais de toutes façons, c'est pas nouveau, tout le monde SAIT que c'est vrai : Sar**** est un sale mec.

naradamuni 05/01/2012 12:26


Compétition cum avec, qui participe de, pétition, la plainte, la râlerie sempiternelle, le bal des pleureuses, les gémissements théâtraux ou les doléances que vous
destinez à qui ? Ne serait-ce une transcendance, un arbitre extérieur (libre ?) qui ne participe pas à la mêlée : bref l'aveu d'un échec complet pour qui brame le tout immanence, la résolution
complète par l'horizontalité du tout le monde également informé et la magie régressive "de la main invisible" qui sait tout, qui ordonne tout. Bref le fiasco complet. Il n'y a nulle main
invisible ni libre arbitre que les mains sales de la malhonnêteté et ses arbitres manipulateurs de liberté.


Concurrence ! Compétition ! Se soulèvent alors des millions d’aliénés hurlant hourra : un gagnant, 9999 perdants !


 


La compétition se dresse très exactement comme l’exact opposé de la démocratie où il n’y a plus de perdants. La concurrence se profile, elle aussi, comme le ferment
venimeux de l’égoïsme monstre dans chaque individu séparé de tous les autres. Car «la guerre est fondée sur la compétition, sur la rivalité, sur la concurrence», trivialise Charles Péguy. Et, par
contre coup, la réalité se devant toujours d’être complète, la paix, la démocratie reste fondée sur l’association, sur la mutualité, sur la contribution individuelle, la complémentarité
solidaire.


Quant au si pernicieux Libre Arbitre qui nous fut instillé ?
Déjà une non sens : liberté et arbitrage ne sont-ils point antinomiques ? Oxymore ? Un arbitre qui libérerait ?
Un peu comme le libéral (sic!) du « à chacun sa vérité » qui implicite au « mensonge pour tous » ? Ou encore mieux de notre délirant mésusage linguistique :« votre liberté s’arrête là où commence
la mienne » ?
D’une perspective économique et politique, la « liberté » est un terme quantitatif se référençant simplement à la baisse des restrictions. Cette vision est résumée avec justesse dans cette
déclaration sus-citée: « votre liberté s’arrête là où commence la mienne ». Mais , cette « liberté » est celle des frontières et des limites, de la contraction et du soupçon - la « liberté »
sacrée de la propriété privée. Elle fait de chacun d’entre nous le maton de l’autre – une triste base pour la solidarité voire la Fraternité ornant nos frontons !
Or, « la conception » de la liberté est quelque chose de qualitativement différent de la restriction. C’est notre capacité, celle des individus, à créer nos vies en nos propres termes dans la
libre association avec d’autres de notre choix. Quand nous concevons la liberté de cette façon, il y a le potentiel de se rencontrer d’une telle façon que la liberté de chacun d’entre nous
s’étend quand elle rencontre la liberté de l’autre. C’est la base de la mutualité ; notre vivre ensemble améliore chacun de nous. Mais dans le monde tel qu’il existe actuellement, il y en a
beaucoup avec qui une relation de mutualité est difficile voir impossible. Ceux qui détiennent ou veulent accéder au pouvoir social et politique, ceux qui conservent et amasse la richesse comme
leur propriété sacrée ( comme si l'amas qui n'est qu'entassement donc statique, immobilité, pouvait libérer !), ceux dont la tâche sociale est de maintenir l’ordre de la domination oppressive et
tous ceux qui passivement supportent cet ordre limitent la liberté, sapent la capacité à créer sa propre vie en ses propres termes et de librement s’associer avec d’autres pour réaliser ce but.
Les maîtres de ce monde imposent leurs termes à ma vie, me forçant à des associations prédéterminées, contre nature. La seule relation possible avec eux et avec l’ordre social qu’ils soutiennent
est un ressenti d'inimitié et le joug d'une hostilité permanente. Je découvre la base pour la mutualité précisément dans ceux qui comme moi subissent cette hostilité et ses restrictions, ceux qui
s’efforcent de reprendre leurs vies et de les vivre selon leurs propres termes.
Ma liberté commence là ou commence la tienne ; non là où elle l'arrête, la stoppe, la réduit, la quantifie, disqualifie, l'arbitre ou encore la concurrence.



Nos « bévues linguistiques » si ouvrantes. Un seul exemple : oser le « meilleur » pour un premier sportif ou autre prétendant à la plus
haute marche devient trop explicité. Le meilleur n'est JAMAIS celui qui « gagne » en écrasant les autres. Mais bien celui qui REFUSE de gagner puisque c'est lui le plus empli de bonté.
Le comble de la bêtise se laisse entrevoir comme « d'user de grilles de sens inappropriées », vu qu'elles précipitent l'avalanche d'infos sur eux. Et vous venez à peine d'entrevoir les
prémisses : imaginez le filon. La récollection gigantesque ne peut être faite que par tous, vous, nous tous...Le futur SOCIAL tourne, déjà, à l'immense... Pour qui participe du respect aux
mots !


 








dotblau 05/01/2012 09:47


Bonjour! Hollande c'est l'éternel soupirant toujours évincé, gentil et bien propre sur lui mais pas assez crédible au point de vous faire fantasmer sur des lendemains qui chantent et du bonheur
partagé. Les scènes de ménage entre les requins cajoleurs/racoleurs des partis politiques sont aussi intéressantes que les querelles des blondasses de cités qui mouillent sec pour des petits
zonards en blouson doré de Neuilly.

plume de cib 05/01/2012 09:58






quand même, j'attends que l'UMP se vautre dans la merde qu'elle répand !


 



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents