L'état s'autorise la vente du fichier des cartes grises !!!

Publié le 14 Décembre 2010

 

 

Voici une loi passée en catimini il y a quelques mois, votée par nos chers députés que nous avons élus ! Bravo ! Ainsi donc l'Etat s'est autorisé à faire commerce des données personnelles des citoyens français. On nous a fait tout un bazar avec la protection des droits d'auteur, il n'en va pas de même avec la protection de la vie privée. La vie privée vendue aux plus offrants sans avoir besoin de notre accord et sans avoir même été informés ! Elle est pas belle la vie en Sarkoland ????

Aujourd'hui les chers députés vont voter un amendement permettant à l'Etat d'enquêter sur les acheteurs des fichers "dans l'objectif d'éviter que les données personnelles tombent entre des mains malveillantes"  !!!! Et bien sûr, nous n'avons aucune possibilité de nous opposer à la vente et donc à la divulgation de nos données personnelles. Quand vous lisez ça de bon matin, vous n'avez qu'une envie, tout faire sauter. Et ça se prépare à remettre le couvercle en 2012 ! Et en plus, y a des cons qui vont voter pour eux ! Té, je préfèrerai voter pour CANTONA ! Avec Guillon comme premier Ministre.

Plutôt que polémiquer sur les propos de Marine Le Pen, les médias et politicards de tous bords feraient bien d'user leur verve et leur énergie à défendre les droits des citoyens.

 

En attendant, nous sommes faits comme des rats ! L'Etat cherche à se faire du pognon, n'hésitant pas à nous vendre, tout ça pourquoi ? Pour ne pas toucher aux privilèges des nantis !

Rédigé par plume de cib

Publié dans #C'est ma tournée !

Repost 0
Commenter cet article

l'oeil qui court 19/12/2010 20:52



Les droits du citoyen, ça existe encore sous une forme quelconque en Sarkozyland ?



plume de cib 19/12/2010 23:29



bah....des citoyens mon dieu quelle horreur ! beau blog et bien bel oeil....



naradamuni/Sans, ni+, ni- 14/12/2010 19:48






Quand j'emprunte des paradoxes, je les rends avec intérêts.
J'enrichis mes prêteurs qui deviennent alors plus intelligents.
Le taux usuraire de l'astuce n'est jamais assez élevé.
Je ne sais pas d'où je viens mais je sais que je suis là, à reverdir, dans cette campagne toscane.
Les rossignols teints au Gargyl chantaient des aubades pharmaceutiques.
J'ai les cheveux trop longs... comme des voiles de thonier, mes beaux cheveux qu'on m'a toujours taillés, mes beaux cheveux longs dans ma tête.
Dans la rue, on se retourne...
Moi, je leur tire la langue!

O belles pattes des fourrures
Chapeau du vent de ces madames
Inquiétude de la parure
Toiles de soie vers vous je rame

Je sais des paradis tranquilles où les anges n'ont pas de vin à boire mais des orages de raison.
Des violettes de reverdie.
Je sais des paradis tragiques où les fauteuils d'orchestre n'ont pas de mémoire
Où les roses ne fleurissent que par osmose, et encore...
Où les passions sont d'un autre ordre et les mirages d'une autre qualité et de la nuit pourtant venus...
Je sais des paradis-bordels où l'on me fait signe
Où l'on se signe
Où l'on me désigne pour la bonté des mains tendues et des bouches capitales
Comme au petit matin... Tchac!
Je sais des paradis naturels où le mauve tient lieu de drogue
Où l'on peut passer du mauve à la frontière
Je sais des paradis câlins avec la barbe de deux jours et des saints
Sans foi ni loi
Sans feu ni eau
Avec simplement une ceinture d'émigrant

J'émigrerai quelque jour vers vos pays cachés
Et ne reviendrai plus


Regardez-moi
Passants de rien, poules de luxe, fleurs incroyables
Regardez-moi
Je suis un migratoire, un migratoire
Je suis un vieux corbeau qui court après une charogne comme un chien de course après le leurre
Je suis un vieux corbeau de la plaine où je vais m'englânant des trucs dégueulasses, de vieilles graines d'homme qu'on a trop employées
Je suis un vieux corbeau qui court après une corbeaute
Je croasse comme on peut croasser quand on est un vieil oiseau de cinquante-sept piges

Je tiens que le désespoir des ordures est une incompétence biologique à pouvoir en sortir un jour ou l'autre, coûte que coûte
Quand la merde déborde, c'est encore de la merde.


...


Et... basta ! - Léo Férré.


 



naradamuni/Sans, ni+, ni- 14/12/2010 18:32






Qui dit affect dit intime donc narada de rigueur puisque en vigueur dans la tribu ... pour le reste, principe, impression ...


La vérité universelle ? N'y baignons nous pas tous ? La détenir ? Savoir, avoir ? Sans ni= ni -. Merci.


Un bémol avec un prof il fut, ou de Bayrou décue elle fut ...?


Alors et de rigueur  !


 


Tout ceci n'est comme tout qu'interprétation... toute ressemblance avec ... ne serait que pure coincidence ...


Ni vu ni connu la cagoule s'en fut...


 


 



plume de cib 15/12/2010 08:05



bonne journée à toi



naradamuni/Sans, ni+, ni- 14/12/2010 12:27



Libertad aurait pu écrire, au sujet de cette "nouvelle" :


 "Le clan des cagoulards de l'isoloir se prend un gros pavé dans la gueule !" 


 De toute façon pas de quoi faire réellement de vagues ni de tsunamis car comme tu me le répondais présumant si
bien de tes impressions au sujet de cette loi Loppsi 2 (dont cette vente de fichier carte grise adopté en avril 2009  en est un article au même titre que l’article 32 ter A qui lui fera à
compter du 21 décembre 2010 que, vivre dans des camions, yourtes, tipis, roulottes, cabanes, et pas que... , deviendra illicite ):


"En ce qui concerne les lois, souvent votées mais jamais appliquées, j'ai l'impression qu'elles sont un peu comme les cadeaux dans les paquests de Bonux.  j'ai de plus en plus l'impression
que des lois sont votées uniquement dans un but électoral. Des centaines restent dans les tiroirs, impossibles à mettre en oeuvre. Le Nabot, c'est un peu Napoléon remarque, il aime faire du
papier dans le JO. Que dire de la loi Hadopi qui a fait couler beaucoup, beaucoup d'encre et qui au final accouche d'une souris ? On croyait que cette loi allait nous priver de notre liberté
d'expression, pas moins, et c'est sans doute le but. Seulement voilà, les politiques sont en général stupides, on leur accorde beaucoup trop d'intelligence, ils ne dirigent rien du tout, ils se
contentent de brasser de l'air pour faire croire qu'ils sont efficaces. Alors, ils pondent des lois de 700 pages totalement surréalistes. Aucun moyen de les appliquer. Je présume qu'il en va de
même pour la loi Lopsi."


Pas Nara, mais naradamuni/Sans, ni+, ni- ; merci



plume de cib 14/12/2010 14:47



vous reprenez let disséquez es textes comme un prof. de français, vous semblez si parfaitement sûr de vous, sûr de détenir toutes les vérités, ou même la Vérité universelle que je ne vois
vraiment pas que vous répondre. Quelque part, vous me faites penser à Bayrou qui se croit investi d'une mission divine et assène ses discours sans laisser aucune place à la discussion. Il avance
avec des oeillères, se croyant supérieur à tout le monde.


en principe j'apprécie vos textes fournis en documentations, mais cette raideur, cette rigidité me dérange. ce n'est peut être qu'une impression remarquez, ce n'est pas parce que je le ressens
que cela est une réalité.


 


Voilà. J'en reviens à écrire qu'il y a effectivement de nombreuses lois proposées et qui font le plus grand bruit tandis que d'autres sont votées en catimini. L'arbre qui cache la fotêt
dirons-nous pour faire simple. il n'y a pas de problème naradamuni/Sans, ni+, ni -, le nara n'étant qu'une formule affectueuse qui n'est effectivement pas vraiment de rigueur...



naradamuni/Sans, ni+, ni- 14/12/2010 11:51



"
...


C’est bien toi le Souverain, que l’on flagorne et que l’on dupe. Les discours t’encensent.
Les affiches te raccrochent ; tu aimes les âneries et les courtisaneries : sois satisfait, en attendant d’être fusillé aux colonies, d’être massacré aux frontières, à l’ombre de ton
drapeau.


 


Si des langues intéressées pourlèchent ta fiente royale, ô Souverain ! Si des candidats
affamés de commandements et bourrés de platitudes, brossent l’échine et la croupe de ton autocratie de papier ; Si tu te grises de l’encens et des promesses que te déversent ceux qui t’ont
toujours trahi, te trompent et te vendront demain : c’est que toi-même tu leur ressembles. C’est que tu ne vaux pas mieux que la horde de tes faméliques adulateurs. C’est que n’ayant pu
t’élever à la conscience de ton individualité et de ton indépendance, tu es incapable de t’affranchir par toi-même. Tu ne veux, donc tu ne peux être libre.


 


Allons, vote bien ! Aies confiance en tes mandataires, crois en tes élus.


 


Mais cesse de te plaindre. Les jougs que tu subis, c’est toi-même qui te les imposes. Les
crimes dont tu souffres, c’est toi qui les commets. C’est toi le maître, c’est toi le criminel, et, ironie, c’est toi l’esclave, c’est toi la victime.


 


Nous autres, las de l’oppression des maîtres que tu nous donnes, las de supporter leur
arrogance, las de supporter ta passivité, nous venons t’appeler à la réflexion, à l’action [sic].


 


Allons, un bon mouvement : quitte l’habit étroit de la législation, lave ton corps
rudement, afin que crèvent les parasites et la vermine qui te dévorent. Alors seulement du pourras vivre pleinement. "


Albert Libertad - le culte de la charogne.


« Ne pas attendre la révolution. Les prometteurs de révolution sont des farceurs comme les autres. Fais ta révolution
toi-même… » disait-il !