Identité nationale, what is it ?

Publié le 2 Novembre 2009



J'ai foncièrement laissé passer les nouvelles ces derniers temps, histoire de les voir s'allonger puis se désintégrer comme des bandes de brumes séchées par le soleil. Je les ai vu d'en bas, d'en haut, et j'ai écouté leur bruit, senti leur odeur, attendu qu'elles disparaissent ou s'enracinent, qu'elles germent. Je n'ai rien gobé bien sûr, rien goûté.

J'ai entendu parler d'identité nationale. Cela a l'air de faire plaisir aux mirontons du gouvernement. Je ne sais pas ce que c'est que "l'identité nationale". Alors j'ai écouté pour voir si je pouvais puiser une idée à droite à gauche afin de me faire la mienne. Il paraît que l'identité nationale, c'est le drapeau, la langue, l'hymne national. Ah ? Là, je suis scotchée.
Je suis française et fière de l'être mais ce n'est ni pour le drapeau, ni pour l'hymne, peut être un peu pour la langue car j'aime bien la manier, la faire belle sous ma plume, la laisser galoper parfois jusqu'à ce qu'elle me perde et que je me raccroche à un point d'interrogation.
Je suis française parce que c'est en France que je suis née et que j'ai grandi, certes. Parce que j'y suis restée, me suis laissée séduire. Je n'ai donc pas choisi la France, c'est elle qui m'a choisie et il est vrai que j'en suis honorée.
La France est belle par sa diversité, belle par la richesse de ses régions, belle par son histoire, belle par ses coutumes, belle par son ouverture au Monde. Belle et bien trempée, carrefour des civilisations depuis la nuit des temps. Pèle-mêle de peuples passants au vif désir de se l'approprier ou de lui ajouter un peu de panache.
Oui, la France est belle parce qu'elle n'a jamais vécu repliée sur elle-même. Son peuple est issu de tous les peuples du Nord, du Sud et de l'Est. Population conquérante, curieuse, éveillée à la connaissance. Les français, ceux qui le sont devenus, sont venus avec cette soif de découverte, de donner et de se nourrir de l'histoire, de se l'accaparer et d'y apporter son ingrédient, épices multicolores, cuisine, tradition. La cuisine française est universelle et elle ne cesse d'aller s'enrichir ailleurs.

Aujourd'hui, ce qui me choque, c'est que le boss aux petites jambes montées sur talonnettes a créé un ministère de l'identité nationale et.... de l'immigration. Pour ce fils d'immigré,  l'identité nationale doit passer par le repli sur soi. Mais qu'est-ce que le peuple français ? Non, pas les francs qui nous ont donné le pays France, qui étaient germains en fait. Gaulois alors ? Boh, combien aujourd'hui descendent de nos hordes de valeureux gaulois ? Peu, évidemment ! Et s'il n'y avait pas eu tous ces mélanges au fil des temps, sûr que la France ne serait pas ce qu'elle est aujourd'hui. Et le France dépérira si elle est coupée de ce qui la nourrit depuis des siècles. Métisse, la France est, et c'est pour ça qu'elle est belle et que ses connaissances sont multiples. Ouverte sur le Monde, curieuse et insatiable, c'est ainsi qu'elle doit rester.
Carrefour des peuples, la France n'a jamais perdue son identité au fil des siècles, elle risque de la perdre en se repliant sur elle-même.

Alors pour moi, l'identité nationale, c'est tout simplement la FRANCE. La France telle que nous l'avons héritée de nos pères.

Alors attention, ne pas confondre identité nationale et immigration, cela n'a strictement rien à voir. Jusqu'aux régionales, le gouvernement va pourtant tout faire pour nous tricoter une similitude. Et comme les gens sont dans la merde, il faut bien qu'ils trouvent un responsable. L'Etat lui fait cadeau de.... l'immigré ! Et quand il parle d'immigré, il parle des habitants des banlieues qui sont français depuis trois générations, qui parlent couramment le français, qui vivent selon des coutumes françaises. Même s'ils n'ont pas tous une carte d'identité française, ils pensent français. Ce qui les différencie ? Le niveau de vie....
La définition du mot banlieue devrait être plutôt celle de ghetto, ainsi on éviterait de faire des amalgames.
La violence ne vient pas de l'immigré mais de la pauvreté, de l'inégalité, de l'injustice. Tout être humain rétrogradé, humilié, déshonoré devient violent, ou bien il s'écrase et il se perd.

La France n'est pas le Pays des nounours roses. Elle n'a pas vocation à aplanir les difficultés, à rendre les gens égaux socialement mais juste égaux en droits.
Le raccourci entre l'identité nationale et l'immigration est dangereux. Je suis fière d'être française mais je ne me vois pas idolâtrer la Nation. Bien évidemment, on est passé d'une culture de respect pour la patrie à une ignorance totale de ses valeurs. En supprimant le service militaire par exemple, en supprimant l'instruction civique.  Ce n'est donc pas à "ayant chacun un petit drapeau français" sous son toit ou en chantant la Marseillaise tous les matins qu'on ressentira au fond de l'âme de l'amour pour la France. Mais en apprenant à la respecter comme on doit se respecter, respecter les siens et chaque homme vivant sur terre dans la dignité.
L'identité nationale est finalement l'ouverture d'un débat étriqué. ouvrant sa fenêtre sur le racisme. Il serait plus pertinent de parler des valeurs humaines, des droits de l'Homme et du citoyen. Car c'est un débat universel qu'il est temps d'ouvrir si nous voulons sauver notre espèce humaine.

Rédigé par plume de cib

Publié dans #CHAMBRE DE REFLEXION

Repost 0
Commenter cet article

sixtine 03/11/2009 08:41


Magnifique article, Cib !
Drôle de question à laquelle je ne chercherai pas une réponse...
Il suffit de lire les trois mots glorieux gravés sur le fronton des mairies: Liberté- Egalité- Fraternité... c'est cela la France ! Ne l'oublions pas !
Amitiés.


plume de cib 03/11/2009 09:37


Tout est dit SIXTINE.
Qu'est-ce qui différencie la France des autres Pays ? C'est le Pays de la liberté, de l'égalité, de la fraternité... Je vais faire un ajout sur l'article... Ou peut être un nouvel article, tiens !


mycr 03/11/2009 03:24


Malgré son penchant vers la droite toute qui lui a permis d'être élu, enesse et son parti semble se faire déborder par la droite, extrême celle-là.  S'il y a renchérissement dans l'extrémisme,
nous avons de tristes jours devant nous.


plume de cib 03/11/2009 09:45


OUi, et si De Villiers s'est rallié au panache doré de Nenesse, c'est qu'il a dû avoir une petite contrepartie..... Attiser le racisme, c'est encore une fois essayer d'embobiner les gens simples,
leur faire peur, les maintenir en état de stress. Leur faire croire que la France est devenue un coupe-gorge.


Metextoff 02/11/2009 22:30


On voudrait booster l'extréme droite , et lui tailler une large avenue qu'on ne s'y prendrait pas autrement.... Voilà un concept complétement bidon ,repris en choeur par tous le monde
politico-médiatique . C'est la nostalgie de Vichy ! Encore un peu dans cette direction et Pétain finira par être réhabilité et tout ce qui va avec...


plume de cib 03/11/2009 09:43


Encore une fois, le gouvernement s'approprie de clichés pour en faire une généralité et s'appuie sur une partie de notre Histoire, Vichy. Ce gouvernement se roule tout seul dans la farine. La
France et les français, ce n'est pas Vichy. De même, ce n'est pas un peuple raciste puisque c'est un peuple de toutes les nationalités. C'est un peu comme dire qu'une majorité de français a voté
Sarkozy. Non !  c'est seulement




 


Voix


% Exprimés




  M.  Nicolas  SARKOZY


18 983 138


53,06




sur plus de 44 000 000 d'inscrits !!! soit en réalité, soit un peu plus de 42 %. C'est déjà pas mal mais ce n'est pas la majorité des français !



naradamuni 02/11/2009 20:58



A ce sujet, texte d'Artemisia reçu par mail...




De plaines en forêts de vallons en collines, du printemps qui va
naître à tes mortes saisons,
de ce que j'ai vécu à ce que j'imagine, je n'en finirai pas d'écrire ta chanson...
Ma France
Au grand soleil d'été qui courbe la Provence, des genêts de Bretagne aux bruyères d'Ardèche,


quelque chose dans l'air a cette transparence, et ce goût du
bonheur qui rend ma lèvre sèche...
Ma France


Cet air de liberté au-delà des frontières, aux peuples étrangers qui
donnait le vertige,


et dont vous usurpez aujourd'hui le prestige, elle répond toujours du nom
de Robespierre*


Ma France


Celle du vieil Hugo tonnant de son exil ; des enfants de cinq ans travaillant dans les mines
celle qui construisit de ses mains vos usines, celle dont monsieur Thiers a dit qu'on la fusille...
Ma France
Picasso tient le monde au bout de sa palette, des lèvres d'Éluard s'envolent des colombes,
ils n'en finissent pas tes artistes prophètes, de dire qu'il est temps que le malheur succombe...
Ma France


Leurs
voix se multiplient à n'en plus faire qu'une, celle qui paie toujours vos crimes vos erreurs,
en remplissant l'histoire et ses fosses communes, que je chante à jamais celle des travailleurs
Ma France



Qu'elle monte des mines descende
des collines, celle qui chante en moi la belle la rebelle,
elle tient l'avenir, serré dans ses mains fines, celle de trente-six à soixante-huit chandelles
Ma France


 



Ma France et son identité



La France a toujours eu une face d'ombre et une de lumière.


Actuellement, ceux qui on confisqué (maqué) la France, sont des corrompus et des décadents qui font l'éloge du viol** et de la
pédophilie, ceux-là la conduisent droit à la nuit et au brouillard !


Vous qui ne vous reconnaissez pas dans cette France, ne soyez pas troublés, désorientés, c'est normal, seuls les pervers et les voyous peuvent se
reconnaître en ce qu'ils en ont fait.


Une "France" qui fait fuir ses journalistes pour ne pas qu'ils soient assassinés***, qui traite de "groupuscules sectaires" ses lanceurs d'alertes, et qui
jette l'anathème sur eux.


Une "France" qui empoisonne ses enfants !


Une "France" du mensonge institutionnalisé, des journalistes asservis, de la justice confisquée et de la médecine instrumentalisée.


Une "France" des salopards, des magouilleurs, des coquins et des traîtres... ceux qui se la sont accaparée.


Ce n'est pas NOTRE France, ce n'est pas LA FRANCE, celle d'Hugo, de Voltaire, de Montesquieu, de Jaurès, et de tant d'autres...


La France dont les peuples étrangers attendent un signe fort, un élan, un message, une dignité...


Celle de l'indignation, de l'insurrection... La France qui est debout !


La France des droits de l'humain et du citoyen, des enfants et de l'environnement...


Bref, LA FRANCE !


Cette France que nous aimons et que nous retrouverons dès la chute des imposteurs.


Elle aura tout son rôle à jouer, et même, après l'anglais-roi du monde de l'économie, le français devrait être amené à être la langue de
référence de la nouvelle humanité...


Alors, "bichonnons" la flamme de cette France là, elle ne doit pas s'éteindre...



 



* http://fr.wikipedia.org/wiki/Robespierre


Robespierre est entré dans la légende noire car cette thèse commode et infondée historiquement, a trouvé une utilité auprès de quelques
grands dictateurs des temps modernes qui se sont réclamé, et de Robespierre et de la terreur comme une nécessité (les « sévérités nécessaires » pour assurer le « salut
public »).


En fait, Robespierre n'avait ni les moyens ni le tempérament d'un dictateur et, selon des témoignages rarement mis en avant, il s'est
opposé à un grand nombre de mesures de terreur - ou « terroristes » selon la terminologie du temps.


**Viol sexuel, mais aussi par la vaccination (qui est un véritable viol !).




jahida.trifin 02/11/2009 19:06


Je posais justement la question à mes enfants en écoutant les news "comment pourrais-je bien définir 'identité nationale, "moi-je"? 
Ils ont répondu que justement si la question se posait c'est que la réponse n'existe pas!

L'identité nationale serait ce qui nous réuni en France sous le nom de FRANCAIS! Je vois bien le foot mais seulement quand l'équipe de France est en finale... Je vois bien une éruption volcanique,
mais seulement si la moitié du territoire était concerné... je vois bien une révolution...mais pour ça, il faudrait s'unir et regarder plus loin que le bout de nos chaussettes trouées! Car il est
bien là le problème, à nous enrichir (en temps que société/pays occidental capitaliste) tant et bien, nous sommes toujours le pauvre de quelqu'un (en temps qu'individu), donc nous demandons
toujours plus pour vivre mieux (en tant qu'individu), et entre nous, la société/la France on s'en balance un peu beaucoup tant que le robinet est encore ouvert et tant qu'un filet coule même trop
faiblement au goût des plus démunis... 

Je n'ai aucune idée de l'idée qui pousse ceux-qui-jouent-au-pouvoir à chercher une définition de l'identité nationale... Mais je suis certaine qu'en poussant le bouchon juste un peu plus loin, ils
vont sentir passer le vent de l'identité révolutionnaire de ceux qui ont faim! 
La faim n'a pas de couleur, pas d'identité, pas de nationalité, elle prend les tripes! 


plume de cib 02/11/2009 19:16


Donc, je ne suis pas la seule à me trouver interloquée devant cette expression "identité nationale" ! La France est si diverse qu'elle ne peut pas se cacher derrière une expression, ni se résumer à
une identité. Et d'ailleurs c'est bien sa diversité qui constitue son identité... naaan, on n'en sort pas.

Par contre, oui, "La faim n'a pas de couleur, pas d'identité, pas de nationalité, elle prend les tripes! " Et les hommes s'identifient à leurs semblables pour faire cause commune, donc ????