Hervé Morin ne sera pas candidat.

Publié le 23 Janvier 2012

 

Morin, the poor lonesome cowboy. Quel vie de chien !

http://farm8.staticflickr.com/7159/6744299967_303e78afee_b.jpgCe n'est plus vraiment un secret. Hervé Morin a été "invité" à se rendre à l'Elysée vendredi matin. Il était accompagné d'Yvan Lachaud, nouveau président du groupe NC à l'assemblée nationale. Cette invitation n'avait rien de conviviale. Elle avait pour but de gentiment suggérer au  candidat de jeter l'éponge. Sans qu'il lui soit possible de décider le contraire. Contre quoi ? Ah ! cela, on ne le saura pas. C'est la surprise du Père Noël. Morin ne semblait pas avoir beaucoup d'importance. Les médias aux ordres du Président de l'UMP, Nicolas Sarkozy, n'ont pas cessé de se foutre de sa gueule, vous savez, un peu comme dans la cour d'école. Les cancres forment un bataillon de candidats au piquet et s'acharnent sur les premiers de la classe, sous le regard amusé des "sans étiquette". Donc, sous une dizaine de jours, Morin, the poor lone somme cowboy va officiellement lâcher l'affaire, en synchrone sans doute avec le discours de son chef.

Je ne suis pas un fan de Morin, loin de là. On pourrait même dire qu'il a ce qu'il mérite, vu la manière dont il a lâché Bayrou entre les deux tours de la présidentielle 2007. Mais enfin quoi, on n'est pas dans le principe oeil pour oeil, dent pour dent que je sache ! Le pire est que Morin a également été lâché par son propre groupe, le Nouveau Centre, dont on ne sait pas d'ailleurs ce qu'il a de nouveau. Les Santini et compagnie se sont rangés derrière Sarkozy. Bon, dire que le Nouveau centre n'existe pas n'est pas un scoop non plus. Ayant assisté à un discours de Lachaud, je peux vous dire qu'il affiche son appartenance à l'UMP haut et fort. Il a publiquement annoncé son soutien plein et entier à Nicolas Sarkozy. Son discours ne fut d'ailleurs que la lecture de la feuille de route reçue par tous les élus de l'UMP, qui consiste à tailler un costard à Hollande et à Marine Le Pen. Dire du mal des partis de l'opposition n'est pas un scoop non plus. Quand on n'a rien d'autre à dire, quand on ferme délibérément les yeux sur le bilan catastrophique de son leader, quand on a décidé de partir avec l'eau du bain en quelque sorte, on ne peut qu'aller fouiller l'oeil du voisin pour essayer d'y dégotter une raison d'exister. Ca les occupe ! Le problème, c'est qu'ils racontent des conneries. Et des gens les croient encore ! Un gros type est venu vers moi, la gueule toute illuminée comme s'il avait reçu le St Esprit, il m'a dit "alors, on vote Sarkozy, hein ! c'est dans la poche !". Je lui ai fait une petite moue. Il m'a dit "quoi ? Pas Hollande, non, Hollande vaut rien. Sarkozy, pas d'hésitation. Sarkozy !". Et oui, les amis. Heureusement, le kyr était très chargé en cassis, et donc, le cerveau vaporeux, j'ai souri au type qui est parti content.

Je crois qu'on a touché le fond. Pour en finir vraiment, il va falloir se coltiner une campagne présidentielle pourrie. Mais les têtes vont tomber... Enfin, pour le moment, si vous vous sentez en mal d'idéologie, n'allez pas traîner du côté des partis politiques. Ce ne sont que des sectes. Même fonctionnement, même but.

Rédigé par plume de cib

Publié dans #PRESIDENTIELLES 2012

Repost 0
Commenter cet article