Frédéric Liévy, nomade devenu agriculteur, menacé d'expulsion !

Publié le 12 Janvier 2011

 

C'est France 3 Midi Pyrénées qui nous informe sur ce fait scandaleux. Frédéric Liévy a acheté un terrain en 2007  à Frouzins dans la haute-Garonne et s'est installé avec sa famille. Il est aujourd'hui agriculteur. Mais la Mairie demande purement et simplement son expulsion et la destruction de TOUS ses biens !!! La Mairie demande qu'on marginalise cet homme et sa famille, qu'on détruise son logement et son instrument de travail et qu'on le fiche à la rue ! Et puis ensuite des gendarmes viendront les chercher pour les conduire à la frontière française. C'est là un exemple frappant des effets très pervers voire pétainiste de la politique Sarkozienne. Alors d'un côté, on s'offusque parce que Zemmour dit que la majorité des délinquants arrêtés sont noirs et arabes et de l'autre côté, on détruit la vie d'une famille, sans aucun scrupule.

 

EXPULSION D'UN NOMADE, VIDEO FRANCE 3

 

à difuser...

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article

Les RG 18/01/2011 06:55



Merci. On met le lien chez nous et si possible on publie ça sur C4N et d'autres forums, avec le mail de cette putain de mairie.


Ce mec va-t-il s'immoler ? c'est ce que fera, un de ces 4 matins, un citoyen français ...



naradamuni/Sans, ni+, ni- 14/01/2011 18:01






Il serait temps que l'homme s'aime
Depuis qu'il sème son malheur
Il serait temps que l'homme s'aime
Il serait temps, il serait l'heure
Il serait temps que l'homme meure
Avec un matin dans le coeur
Il serait temps que l'homme pleure
Le diamant des jours meilleurs



Assez! Assez!
Crient les gorilles, les cétacés
Arrêtez votre humanerie
Assez! Assez!
Crient le désert et les glaciers,
Crient les épines hérissées,
Déclouez votre Jésus-Christ
Assez!
Suffit.


Il serait temps que l'homme règne
Sur le grand vitrail de son front
Depuis les siècles noirs qu'il saigne
Dans les barbelés de ses fronts
Il serait temps que l'homme arrive
Sans l'ombre avec lui de la peur
Et dans sa bouche la salive
De son appétit de terreur


Assez! Assez!
Crie le ruisseau dans la prairie,
Crie le granit, crie le cabri
Assez! Assez!
Crie la petite fille en flamme
Dans son dimanche de napalm
Éteignez-moi je vous en prie
Assez!
Suffit.


Que l'homme s'aime c'est peu dire
Mais c'est là mon pauvre labeur
Je le dis à vos poêles à frire
Moi le petit soldat de beurre
Que l'homme s'aime c'est ne dire
Qu'une parole rebattue
Et sur ma dérisoire lyre
Voyez, déjà, elle s'est tue...


Mais voici que dans le silence
S'élève encore l'immense cri
Délivrez-vous de vos démences
Crie l'éléphant, crie le cricri,
Crient le sel, le cristal, le riz,
Crient les forêts, le colibri,
Les clématites et les pensées,
Le chien jeté dans le fossé,
La colombe cadenassée...
Entendez-le ce cri immense,
Ce cri, ce rejet, cette transe
Expatriez votre souffrance
Crient les sépulcres et les nids
Assez! Assez!
Fini.

ASSEZ!-Claude Nougaro