Etudiants poussés dans la précarité

Publié le 28 Juillet 2010

France, grande puissance mondiale, Pays des droits de l'homme, grand pays occidental avec tout le confort etc....

L'enseignement supérieur en lambeaux, des cités U apparentés à des squats qui, faute d'entretien déversent leurs saloperies chimiques dans les poumons de nos enfants.

Des étudiants qui vivent dans la précarité, ne mangent souvent qu'une fois par jour, et encore, un plat de pâtes.... Dans certains départements, ils sont 30 % de démunis qui poursuivent pourtant leurs études avec acharnement. Ils ont l'espoir vissés au corps. Ils espèrent bien s'en sortir, au nom des leurs qui n'ont pas réussi à nager au-dessus de la couche de vase. Ils espèrent bien voir le ciel bleu un jour. Ils acceptent de vivre dans la pauvreté, ils estiment que leur corps peut bien supporter quelques privations. Ils ont la jeunesse, l'envie, mais malheuresement pas le don de la révolte. Ils font l'impasse sur les dépenses de santé. Ils pensent qu'ils en ont à revendre. De toute manière, ils n'ont pas le choix. Bien entendu, la bourse ne suffit pas. Ceux qui pratiquent l'exercice difficile de suivre leurs études en même temps qu'ils exercent un job, constatent très vite que le fardeau est trop lourd. Alors beaucoup vont abandonner les études, abandonner leurs rêves, leurs espoirs, dans les pas pressés du garçon de café.... Il y a ceux qui ont la chance de décrocher un emploi durant les trois mois d'été et répartiront ce qu'ils ont gagné sur les neuf mois d'études. Un petit plus bien venu. Encore faut-il trouver du boulot. Car aujourd'hui, les jobs d'été sont pris d'assaut par toute une population de chômeurs, femmes avec enfants en particulier, seniors, etc... Du boulot, il n'y en a pas pour tout le monde.

 

Et puis, et puis, il y a là haut au gouvernement, le dénommé citoyen Sarkozy qui décide de faire des économies pour juguler la crise. Après avoir adoré l'argent publiquement lors de son entretien télévisé du 12 juillet, après avoir joué l'estomaqué quand on lui a suggéré de supprimer le bouclier fiscal, il a trouvé rien de moins à faire que supprimer la demi part fiscal aux jeunes boursiers. Voilà donc une mesure qui touche directement les plus pauvres. Sarkozy trouve normal que le fisc rende 30 millions d'euros à Madame Bettencourt qui ne sait plus quoi faire de son blé, et continue à ruiner la vie des pauvres gens.

Je vous jure bien qu'en 1789, on s'est révoltés pour moins que ça !

Rédigé par plume de cib

Publié dans #CHRONIQUES

Repost 0
Commenter cet article

plomploum 01/08/2010 02:09



cette sociéte émergente basée sur la précarité et la paupérisation n'est pas limité a notre seul pays,toute l'europe etant concernée se pose la question des motivations reelles des
gouvernements,veulent ils se préparer a la concurence face aux pays émergents en nivellant par le bas nous rapprochant du modèle chinois d'un point de vue  économique seulement ou social et
économique? veulent ils repliquer ce mode de gouvernance?il y a un visée idéologique non avoué et donc une remise en question des démocraties,ce que je crois, le libéralisme accouchant du
communisme dans l'absolu,bien sur il y a la crise,qui est un peu l'auberge espagnole et en tout cas leur leitmotiv pour annihler plus de 6 décénnies de progrès social alors que la spéculation par
ailleurs fabrique a la chaine de nouveaux riches,les masses accepteront elles leur plongeon?il y aura forcement un moment ou la révolte grondera,mais peut etre bien trop tard,juste un exemple
récent le president sarkosy propose d'instituer la perte de la nationalité française a toute personne d'origine étrangère portant atteinte a un représentant de l'autorité,en pratique et en
poussant le trait, notre pays etant largement métissé c'est par millions que la france creerait des apatrides voià un moyen de museler une large frange de la population en anticipant sur
d'eventuels troubles sociaux,cette mesure apparait comme anticonstitutionnelle a priorie mais...de grands bouleversements sont en cours,ils ne sont pas porteurs d'espoir,pourant tous ceux qui ont
des familles a nourrir et protéger feraient mieux de bouger leurs culs de feignasses,si ils ne veulent pas voir leurs enfants pleurer de faim!   



plume de cib 01/08/2010 10:45



le chantage à la nationalité française est en effet d'une connerie grasse ! Le dernier à l'avoir utilisé fut Pétain ! Et il serait bien qu'il se méfie un peu car français il l'est devenu il n'y a
pas si longtemps que ça. Enfin, quant il partira, je ne me fais pas de soucis pour lui. Il ne vivra pas en caravane. Sa famille  a de bons appuis et il y aura toujours un toit pour
l'accueillir. L'infâme n'est pas appelé à souffrir....


Malheureusement, l'humain ne bouge que lorsqu'il est au bord du gouffre. Et alors point de raison, mais la rage aveugle... Même cultivé, le peuple ne change pas...



plomploum 31/07/2010 09:25



la précarité des étudiants n'est qu'un moyen pour réinstituer la notion de "classes en mettant en place une sélection par l'argent,cette régression est un élément de plus au meme titre que le
lessivage des droits et acquis sociaux dans la mise en place du nouveau modèle de société pensé par nos dirigeants,retour aux conditions de vie de l'après guerre pour la masse a qui il sera
demandé de devenir très laborieuse en s'assurant de sa non réactivité par la genéralisation de la précarité de l'emploi.


 



plume de cib 31/07/2010 10:29



c'est terrifiant ce que vous écrivez et c'est en même temps une analyse d'une grande lucidité. Reste à savoir si nous allons accepter d'être contraints à l'exclavage pour le bien des grands
financiers et industriels....



Les RG 29/07/2010 04:45



Sarkoseille veut contraindre les étudiants à emprunter pour pouvoir financer leurs études. Et comme Bush, ce cancre hait la culture et les intellos.


Et puis, au risque de se répéter : il veut se venger de sa raclée aux dernières élections et s'y emploie avec acharnement , ça doit même être son idée fixe.


Quelle ordure ! quel fou !  espérons qu'il va finir de scier la branche sur laquelle il a posé son petit croupion. Mais ne comptons pas trop sur le peuple : trop lâche, trop con
pour réagir , il installera aussi sec un autre oiseau sur une autre branche.


En tout cas, ce seront plutôt les grosses brutes genre FNSEA qui le vireront, la gauche faut pas compter dessus.



plume de cib 29/07/2010 09:23



j'adore vos commentaires les RG. Quel talent ! je bois du petit lait.. Je suis d'accord, le peuple est trop con pour réagir. Avec internet, c'était facile de créer un mouvement alternatif.Mais
dès qu'un groupe se forme, tu as tous ceux qui veulent la gloriole, qui jouent les petits chefs. Ca se tire dans les pattes à tout va... Ca m'enlève l'envie d'écrire des articles....



sylvie 28/07/2010 13:08



Répartiion équitable de la paupérisation : après les salariés, les retraités, les étudiants.


On ne pourra pas dire que notre gouvernement ne répartit pas au mieux… la misère.



plume de cib 28/07/2010 13:24



crois-tu qu'on peut attendre 2012 avant d'agir ?


je viens d'apprendre le suicide d'un chef d'agence de SOfinco. Probablement, on n'en parlera pas aux infos... Les gens sont désespérés... Mourir ou réagir...