Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Des actes sur France 2, inégalité de traitement des candidats à donf !

Publié par plume de cib sur 12 Avril 2012, 09:14am

Catégories : #PRESIDENTIELLES 2012

 

 

Bonsoir,

Donc France 2 s'est sans doute vue contrainte d'organiser un simulacre d'émission pour présenter les différents courants politiques en lice. Tout au long de l'émission, Pujadas a affirmé que tout le monde était traité de la même manière, qu'il n'y avait pas de petits et de grands candidats et blablabla... Il s'inspire sans doute des politiques qui ont le talent de transformer un mensonge en vérité irréfutable.  Bref.

Donc, nous avons été servis en inégalités. C'est presque à pleurer. Pour chaque candidat, Pujadas lançait le débat en posant une question bien ciblée, bien pourrie, ce qui faisait perdre une bonne partie du temps imparti à chaque candidat, soit 15 minutes chrono, et leur faisait perdre le fil !

- Nicolas Dupont-Aignan a essuyé les plâtres. Direct, Pujadas lui demande s'il a réellement l'intention d'être président de la République ou bien s'il est là en représentation pour faire passer quelques idées. Comme ça, c'est fait. NDA a dû s'expliquer sur ses motivations, affirmer qu'il ne venait pas là pour faire le pitre etc...

- Ensuite, ce fut le tour d'Eva Joly que les journalistes ont regardé arriver avec autant de compassion que de suffisance. Pujadas l'a plombée avec la question des sondages qui ne lui sont pas favorables. Ensuite pendant quinze minutes, les journalistes se sont marrés en l'écoutant, ne la prenant jamais au sérieux, ne lui posant aucune question sur l'écologie d'ailleurs. Eva Joly s'est bien débrouillée. Elle a maintenu son cap, a affirmé sa personnalité, sa détermination à défendre ses idées, s'est plainte bien sûr qu'on ne parle pas d'écologie. Chapeau Madame Joly !

- Et puis ce fut le tour du gagnant de la soirée, François Hollande. Tout ragaillardi, bonne mine, la voix remise en place. Heureux d'être sur le plateau. La première question de Pujadas était si insignifiante que je ne m'en souviens plus. D'ailleurs personne ne lui a réellement posé de questions. Les journalistes étaient persuadés d'avoir devant eux le futur président de la République, celui avec qui il vaut mieux être bien d'ailleurs. Hollande était tellement à son aise qu'il s'est permis deux ou trois blagues. Il est reparti heureux, presque béat. Evidemment, il a fait du chemin le pépère. On le sent sûr de lui mais pas hautain. Il connaît ses sujets. Il parle bien mais simplement. Il est audible, pas maniéré et franchement, pour avoir vu un de ses meetings, je crois que ce type est sincère.

 

- Ensuite vint Marine Le Pen, la pièce à abattre. Pujadas a pris plaisir à s'en charger. Il lui a direct demandé si elle serait d'accord pour accueillir des centaines de milliers de Syriens sur le sol français s'ils demandaient l'asile politique. Bien sûr, elle a dit non. Comme tous les candidats l'auraient fait. Mais le Non de Marine Le Pen a plus d'importance. Pujadas a immédiatement enterré toutes velléités de Marine Le Pen venue défendre un programme économique du coup passé à la trappe. Elle a perdu huit minutes sur les seize qu'elle avait à disposition. Et c'est seulement cinq minutes avant la fin de son temps qu'on lui a posé les questions économiques.

 

- Philippe Poutou a clôturé la soirée. Et là, c'était franche rigolade sur le plateau. Lui est venu détendu sur le plateau. Tout le monde sait qu'il n'est pas là pour être président de la République. Donc, les journalistes hilares l'ont laissé dérouler son discours syndicaliste, plutôt intéressant d'ailleurs, mais enfin on voyait bien qu'il n'y avait aucun enjeu et aucune envie des journalistes à le contrer sur quoique ce soit.

 

Bref. Une belle soirée de merde. Ce soir, je ne regarderai pas la suite. Entre Bayrou qui va niaisement nous dire qu'il faut lutter contre l'endettement, donner du travail aux chômeurs et éduquer les enfants à l'école, Sarko qui va nous jouer la diva de la mauvaise foi, Cheminade qui va sans doute parler de manière intéressante des marchés économiques et financiers mais qui n'est pas pris au sérieux puisque taxé de conspirationniste je crois ou un truc comme ça, et qui de toute manière et inconnu du public, Mélenchon qui va nous promettre monts et merveilles sous son drapeau rouge, cracher sur les banques à qui il emprunte un million d'euros pour mieux enfumer le monde, et enfin Nathalie Arthaud, le Poutou de la soirée en moins drôle, c'est bon, j'ai donné. Je vais mater un film ou un épisode des Piliers de la Terre en VO !

Commenter cet article

dot 12/04/2012 10:26


Bonjour,


J'ai bien aimé moi. Les candidats ont presque tous parlé de l'UE, de la loi Pompidou de 1973  et des banques et les journalistes n'ont pas réussi à les museler (Pujadas) ni à faire
dévier la conversation avec leurs graphiques gouvernementaux. Je ne connaissais pas Poutou mais il est super droit dans ses bottes et meme Eva a mentionné l'arnaque Dexia et les
enveloppes de Sarko.  J'espère que Mélenchon faire un  hachis mémorable des journalistes ce soir, quels collabos manipulateurs mielleux, et se méfier de celui aux grands yeux
bleus, spécialiste des coups sous la ceinture.


Bisous

plume de cib 12/04/2012 10:34



tu as raison dot. Ils ont réussi à faire passer quelques idées quand même, en forçant la voix, et mis le doigt sur ce qui blesse, la fameuse loi de 1973. Mais toujours les mêmes journalistes pour
balayer tout ce qui pourrait apparaître comme politiquement incorrect. J'ai bien aimé la prestation d'Eva Joly je dois dire, elle n'y est pas allée par quatre chemins et ne s'est pas laissé
embarquer. Bon, en tant que juge d'instruction, elle ne doit guère être impressionnée par les trois lascars...



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents