D'une arrogance absolue, le gouvernment gifle le Sénat !

Publié le 31 Mars 2012

 

On se croirait dans les années 60, et plus précisément en 1963. Mort de Kennedy quelques mois après un discours hostile au nouvel ordre mondial, hostile à certaines guerres. Tête de turc : Lee Harvey Oswald.

Mort de Kennedy, mort d'un emmerdeur, de son assassin, etc.... Le Monde peut continuer de tourner et de se tendre vers ce nouvel Ordre à fin de modelage fin, délicat, mortelle pour les civilisations. Fin du souverainisme des états, fin des traditions, fin de l'identité. Désormais tu n'es plus qu'un matricule, tu dois avoir ton utilité sinon tu es éliminé. La Matrice est en pleine gestation. Que choisis-tu la pillule bleue ou la pillule rouge ?

France Mars 2012. Les portes sont bien verrouillées, la propagande roule sur la France comme un rouleau compresseur. Les têtes qui dépassent sont écrasées. Le gouvernement est le seul à décider de ce qu'il faut dire et ne pas dire, de ce qui est bien et de ce qui est mal. Ce même gouvernement qui ne bougea pas le petit doigt alors que ses soldats se faisaient descendre en pleine rue, sur le sol de France, mais qui se coiffa de la kippa, demanda une minute de silence dans les écoles, déclencha un plan vigipirate totalement inutile d'ailleurs, proclama son indignation sur toutes les antennes, allant même jusqu'à se déplacer à Jérusalem, lorsque tout à coup éclata la nouvelle de la mort de trois enfants franco-israéliens de confession juive à Toulouse. Le mot était lancé. Une semaine avant mourraient trois jeunes filles sur l'autoroute A7, rendues méconnaissables après avoir été écrasées par plusieurs véhicules, mais on ne demanda pas une minute de silence. Et puis il y a eu Marion 14 ans, morte à Nantes, lardées de coups de couteaux, la tête explosée contre la cuvette de toilettes. Mais on en entendit à peine parler. Mais l'enfant juif vaut plus que tous les autres. La France ne compte déjà plus. C'est Israël qu'on met en avant. Israël, peuple du Monde, peuple de lumière, celui qui ouvre la voie !

Depuis, on stigmatise la population, on musèle les journaux. Il faut absolument que les gens croient que la menace terroriste d'Al Qaïda est imminente. C'est la France qui leur file des armes, mais c'est pas grave. Il faut absolument plonger les gens dans la terreur pour qu'ils soient incapables de choisir un candidat en leur âme et conscience mais plutôt sous le coup de cette terreur, plus redoutable qu'une kalachnikov sur les cotes. Sarko pousse le culot à organiser un "coup de filet" médiatique de forces obscures islamistes en France, où elles pullulent n'est-ce pas ? Mais comment cela se peut-il ? Une amie écolo me disait qu'elle et les sympathisants écolos ne peuvent pas faire un pet sans voir débarquer la maréchaussée. Ils sont infiltrés, menacés en permanence ! Woui ! les écolos ! Mais alors les méchants islamistes peuvent eux s'organiser comme bon leur semble au nez et à la barbe de notre "intelligence service" ? Mais le jour venu, à l'heure où il faut, pile poil, on sort quelques barbus d'une cave obscure et quelques paquets d'armes ! Bravo Sarko ! Vive la France ! Vive Potemkine !

Nous vivons les derniers instants du Monde. Cette fin du Monde annoncée en 2012 depuis des siècles, elle est là. Ces élections devaient être notre petite chance de sauver notre Monde tel que nous l'aimons, mais regardez un peu comment elle se déroule : Regardez un peu le nombre ridicule de candidats ayant pu accéder à la candidature ? On n'a même plus un Schivardi ! Même plus un Nihous ! Ils ont tous rejoints l'état major du chef suprême, ou bien se sont fait prier de la fermer. Tous balayés ! il faut de l'élection utile, une élection qui ne vienne pas mettre des bâtons dans les roues du Nouvel Ordre Mondial. Sarko en parle aujourd'hui ouvertement. "Rien ne nous empêchera d'accéder au Nouvel Ordre Mondial." Mais comme avant, on avait bien préparé le terrain en faisant passer les gens qui dénonçaient le N.O.M. pour des "conspirationnistes", et ben, les gens sont immunisés, ils n'entendent plus, on leur a rayé le mot du cerveau. C'est fou comme les gens n'entendent plus ce qu'on leur dit, ne lisent plus ce qui est écrit. Ils sont tellement conditionnés qu'ils vont réagir à un mot, une phrase et ensuite déroule de discours pour lequel ils sont conditionnés. C'est comme ça.

Alors c'est quoi ces élections ? Le président-candidat c'est-à-dire le scotch doubleface qui change quand ça l'arrange, et qui comme en 2007 nous abreuve de formules, de promesses de lois déjà existantes, sans jamais nous montrer l'ombre d'un programme pour la France, François HOllande, l'homme parachuté après le désistement de DSK, l'élu évincé par sale affaire interposée, Marine Le Pen qui traîne le boulet de trente ans de diabolisation et qui a sans doute besoin d'un interprète parce que les journaux s'évertuent à dire ce qu'elle n'a pas dit, et puis Mélenchon, le rouge, qui tire en premier sur ses potes tout comme en 2002, qui veut revenir aux fondamentaux des Lumières et de ses amis maçons, et ensuite Bayrou, déjà cuit, KO debout, on ne sait trop pourquoi. Bayrou, il a perdu le nord on dirait, il navigue à vue, et bientôt il va s'échouer sur une île déserte. Et puis derrière encore tous ceux que les médias ont parqué dans la cour des "petits" candidats. ALors ceux-là n'ont pas le droit de franchir les limites du coral. Les médias exécutent strictement les ordres. Donc chaque fois que les petits ouvrent la bouche, on les renvoie à leur "petitude" ! A leur insignifiance. C'est tout juste si les journalistes ne se tapent pas sur les cuisses quand, par hasard, l'un d'eux échoue sur un plateau. Et puis enfin, Cheminade. Alors là, celui-là, on ne sait pas trop comment il a pu arriver dans le peloton final, vu les difficultés qu'ont eu une Corinne Lepage, un Villepin par exemple. A mon avis, il est juste là pour servir de faire valoir. Comme ça, les organisateurs de l'élection peuvent affirmer que "tout le monde" peut devenir candidat n'est-ce pas ! Suffit de vouloir, ben oui !

Bref. Je ne veux pas trop vous saouler en ce samedi matin. Je vais donc terminer là. Ce billet fait suite à la lecture de l'information qui suit "

Affaire Merah : le gouvernement bloque une commission parlementaire"

Et oui ! Le gouvernement a décidé : "Circulez, y a rien à voir !". Perdez pas votre temps à poser des questions ! L'affaire est mal ficelée mais on n'a pas eu assez de temps ! Vous n'aviez qu'à mettre Sarko plus haut dans les sondages dès le début, on n'aurait pas eu besoin de ressortir le scénario de "la maternelle de Neuilly"! Merdeuuh ! Bon, on ne s'est pas fait trop prier non plus hein ! Nos amis du RAID avaient quelques munitions à gaspiller. Pendant quelques minutes, ils ont défouraillé comme des malades dans un 30 M2. Quinze bonshommes dans la pièce, et pas un n'est mort, sauf l'autre, le jiadhiste ! C'est une belle victoire, non ?

L'Affaire Merah, c'est une affaire d'Etat, sans aucun doute. Que cache-t-elle ? La propagande nous affirme qu'on ne le saura jamais. Et oui, c'est ça aussi la propagande. Elle est aussi en train de mettre dans la tête des gens que seul Sarko peut gagner l'élection. ALors quoi les amis, si on les faisait mentir pour une fois ? Si nous cessions de nous comporter comme des moutons ? Oh ! il y a beaucoup de résistance quand même, on s'en rend compte sur le Net. En particulier ou en groupe, on s'insurge, mais on est encore trop isolés, et donc fragiles. C'est là-dessus qu'ils comptent. Et puis on n'a pas beaucoup de temps. On va bien trouver une solution, non ? Laissez-moi rêver encore.... et la la la...

 

 

Affaire Merah : le gouvernement bloque une commission parlementaire

le Samedi 31 Mars 2012 à 07:45
  • (3 votes)

La commission sénatoriale pour le contrôle de l'application des lois ne pourra pas entendre les dirigeants des services de renseignements français. Le gouvernement a refusé leur audition au motif du devoir de réserve des fonctionnaires en période électorale. Le PS, majoritaire au Sénat, s’indigne de cette décision.

"Vérifier que nous ne soyons pas dans la boulimie législative"  
Jean-Pierre Bel, président du Sénat

Lecture
Partager

Contactés, ils s’étaient dits tout à fait disposés à venir s’expliquer devant les parlementaires. Erard Corbin de Mangoux, directeur général de la sécurité extérieure (DGSE), et Bernard Squarcini, directeur central du renseignement intérieur (DCRI) ont reçu l’interdiction de se rendre à l’invitation de la commission des lois du Sénat. Leur audition était prévue respectivement mardi et mercredi prochains.

Un "devoir de réserve"

Les ministres de la Défense, Gérard Longuet, et de l'Intérieur, Claude Guéant, justifient leur décision par l’absence "de responsabilité en matière d'évaluation des lois" des haut fonctionnaires concernés. Selon le gouvernement ils sont de toute manière, "en cette période pré-électorale, tenus à un strict devoir de réserve".

Un projet de loi en Conseil des ministres, mais pas d'évaluation ?

Période électorale ou non, Jean-Pierre Bel, président du Sénat, trouverait ces auditions parfaitement justifiées "compte tenu des annonces du président-candidat sur des projets de réformes législatives en matière de lutte contre le terrorisme qui seraient soumis à un prochain Conseil des ministres". Le troisième personnage de l’Etat juge donc qu’il "appartient à cette commission d'examiner l'état de la législation et les conditions de sa mise en œuvre".

Rédigé par plume de cib

Publié dans #CHRONIQUES

Repost 0
Commenter cet article

Les RG 01/04/2012 07:26


Cheminade est là pour ridiculiser Hollande, en déclarant haut et fort qu'il invite à voter pour lui. Un pion de Sarko qui utilise tous les procédés, même les plus minus comme ce Cheminade
poussière de candidat.

plume de cib 01/04/2012 09:11



C'est à se demander pourquoi il tient autant à faire un deuxième mandat ! enfin, ces élections devraient s'appeler "Star AC' de l'Elysée 2012. Bon dimanche à toi, JO. Ah oui, les tomates
commencent à pointer leur nez dans le marc de café....