CRISE, du grec KRISIS.....

Publié le 3 Novembre 2011

  • Posté par Naradamuni....
  • Puisque nous voici dans le berceau de la démocratie et de bien d'autres fondamentaux tel l'éthymologie. CRISE ; du grec krisis, "choix" de l'indo-européen krei, "cribler", "action de séparer". N'est-ce pas la définition même d'un choix délibéré et non d'une fatalité catastrophique ?

    Crise par-ci... crise pa-là qui ont permis, sans aucun débat démocratique, de légitimer (entre autres institutions non démocratique) le Fonds européen de stabilité financière (FESF), le Mécanisme européen de stabilité financière (MESF) et... ratification à venir du petit dernier encore plus vorace : le Mécanisme européen de stabilité (MES) qui doit remplacer les deux sus-cités.

    Or, alors que l'on nous continu la comédie d'un référendum ( succédané démocratique sur lequel on se plait à s'assoir lorsque le résultat va à l'encontre de la volonté des barons de la mafia financière mondialiste) ces verrous en silence "s'installent" dans le médiatique brouhaha cahotique, écran platitudes et autres "figues à rôts". 

    http://www.mondialisation.ca/index.php?context=va&aid=27073

     

    Lien vers YouTube: http://www.youtube.com/watch?v=rFTbIGahzhU

     

    "Il a été signé le 11 juillet 2011. Curieusement, aucun journal français ou international n'y a consacré un titre. Le traité deviendra définitif après ratification par les parlements nationaux. Habituellement de telles ratifications sont une simple formalité. Il est peu probable que les parlementaires aient déjà compris que le texte signifie la fin du pouvoir suprême du parlement, celui de décider du budget. Et lorsque les Caisses seront vides, nous aussi on devra se serrer la ceinture de plus en plus pour sauver l'euro et les banques.

     

    Bruxelles veut que les Parlements de la zone euro donnent leur accord avant le 31 décembre 2011

     


    "Représentant" de la région européenne des "hommes" prétendus libres, affranchis : les Francs !

     

    Le comble du Franc actuel , la Franchise : depuis 1976 Mc Donald a augmenté sa présence sur le sol français de 113 000 %, passant d’un établissement à 1 135 vendeurs de « malbouffe» en 2009. Le premier Mc Donald dans le monde, en terme de chiffre d’affaires, est celui des Champs-Élysées. Le marché français est le deuxième plus rentable, juste derrière les États-Unis. Quelle fierté, pour le pays de la gastronomie, d’être dans les premiers, pour ce qui est de la soumission à l’empire et le reniement de sa propre culture… Officiellement, le réactionnaire est un con, qui ne s’adapte pas bien à la destruction de son pays, de sa culture. Alors, pour que le « business » de la destruction puisse continuer tranquillement, on trouvera au réactionnaire un bouc émissaire : le fumeur, le musulman, le catholique, le juif, le noir, Nicolas Sarkozy, etc.

    Par exemple, on interdira le tabac dans les bistrots, avec des études financées par Pfizer et GlaxoSmithKline et on s’étonnera de la disparition des zincs à la française, qui sont passés de 200 000 à moins de 40 000 en l’espace de 40 ans. On donnera une TVA à 5,5 % pour les « mange-rapide » et on laissera les bistrots se débrouiller avec une TVA à 19,6 %. Si nécessaire, on achètera le syndicat des bistrotiers, pour qu’il ne fasse pas trop de bruit, lorsque les lois nouvelles permettront le nouveau « business », comprendre la nouvelle destruction. On appellera cela la modernité. Une modernité qui tombe du ciel ? Mais d’où vient cette modernité que l’on nous impose ? De Neptune, de Mars, des envahisseurs, des Anglais, des colons États-Uniens, des francs-maçons ? La modernité porte un nom bien réel : multinationale, empire, trust, cartel, toujours plus gros. Ces multinationales qui ont fabriqué une Europe sur mesure, où les politiques gesticulent pour la galerie, tout en exécutant les décrets, les traités décidés par d’autres. Et on fera croire au peuple que l’État, devenu mondial, est encore français, même si on parle en anglais au ministère des Finances. On fera croire au peuple que de passer de 200 000 bistrots à 40 000 n’a aucune incidence sur la vie en société. Bien plus simple : on n’abordera pas ce sujet, bien trop réactionnaire pour un moderne bon teint, autorisé à parler aux masses. On fera croire au peuple français que le zinc est ringard et doit être vite jeter aux oubliettes, au profit du « mange-rapide ». On fera croire au peuple français que les scientifiques ont découvert que l’explosion des cancers des poumons, due principalement au nucléaire, est due à une plante que l’on fume depuis quatre siècles en Europe. Les scientifiques le disent, alors c’est la preuve ! On fera croire au peuple français que l’interdiction de l’alcool est une décision d’un État qui s’occupe du bien commun, sans aucun rapport avec la prohibition états-unienne des années 1920, ou l’hygiénisme du XIXe siècle. On fera croire au peuple français que la destruction des liens sociaux par la modernité est une avancée sociale, au nom de l’efficacité, de la rentabilité, du progrès. On fera croire au peuple français que des individus sans aucuns liens avec les autres et croyants être entourés de terroristes est une société tout à fait normale, qu’on ne peut rien rêver de mieux comme projet de société. On appellera ce projet de société, ce « progrès », cette modernité : évolution naturelle de la société.

    On fera croire au peuple français qu’une société sécuritaire est un progrès pour leur bien. On détruira toutes les libertés, au nom du bien du peuple. Alors que la liberté est le bien le plus important d’un non-esclave, d’un franc. Sa liberté est le garant d’une vie d’homme libre, sans l’autorité d’un despote, qu’il s’appelle multinationale, seigneur, patron, sécurité routière, État ou OMS. Mais, les bien-pensants seront contents de ne plus avoir à penser et d'avoir remplacé l'Église par l'État comme rampe d'escalier, comme guide. Les bien-pensants seront contents de ne plus avoir de choix à faire, de ne plus avoir de liberté et d'être réduit à l'état de robot humain. Les bien-pensants s’autopersuaderont que leur culture c’est le sushi, le « lounge bar », l’iPhone

Rédigé par plume de cib

Publié dans #Droits fondamentaux

Repost 0
Commenter cet article

Charlotte 03/11/2011 20:39



Quelques liens : [video] ACTA: s'informer et agir !


L’agenda de l’Intérieur : des
milices entr' autres. ("1984" ? On y est presque...)


MILIPOL, "le salon de la sécurité intérieure des
Etats"


Alex Türk : Sommes nous prêts à renoncer à nos
libertés ?


Alex Turk démissionne de
la CNIL et met en garde contre une société Big Brother


Attendons nous aussi à abandonner notre souveraineté et pour commencer je parie que d'ici la fin du G20, nous aurons droit à une gouvernance économique européenne 1er pas vers une gouvernance
mondiale. Parano ? théorie du complot ? J'en sais rien, mais l'agenda des zélites apparaît de + en + commme un plan bien élaboré et non comme le fruit du hasard.


Gros bisous bichette et merci Naradamuni



plume de cib 04/11/2011 10:55



contente de ta visite et ton commentaire bichette...


Non pas parano, réaliste je pense. Mais faut pas être fataliste. Si les choses se passent ainsi, c'est que nous le voulons bien. Ceux qui se révoltent sont ceux qui n'ont plus rien, les autres
s'accrochent à leur maigre filet à provisions tant qu'il y a de la croûte à râcler.... C'est ça le problème. tout soulèvement ne sera pas idéologique mais parfaitement égoïste.



Roland 03/11/2011 13:24



très important ce texte, qui fait le lien avec des aspects de ce qui se passe actuellement auxquels on ne prête pas assez d'attention.