Comment on assassine les chevaux. et le livre noir de l'agriculture, à lire.

Publié le 7 Mars 2011

 

 

C'est peut être un lundi au soleil, mais il ne fait pas beau dans mon coeur. Hier, j'ai appris comment on conduit le cheval à l'abattoir. J'ai salé mon thé ce matin. Les larmes coulaient toutes seules, mon estomac s'est serré ne voulant plus laisser passer ma galette de riz. Et puis ensuite j'ai appris qu'un décret liberticide a été publié au JO sans qu'aucun média de droite, de gauche ou neutre s'indigne. Et puis samedi soir chez Ruquier, il y avait la journaliste  Isabelle Saporta qui venait courageusement faire la promo de son livre "le livre noir de l'agriculture.  je dis courageusement parce qu'elle doit subir un sacré paquet de pressions.

C'est trop, beaucoup trop.

 

LES PORCS

http://www.images.hachette-livre.fr/media/imgArticle/FAYARD/2011/9782213656038-V.jpgLes porcs sont élevés dans le noir, serrés les uns contre les autres dans des hangars puant l'amoniaque dégagé par l'urine, vivant (si on peut appeler ça vivre) sur des caillebotis,  on doit leur couper la queue à la naissance pour qu'ils ne se la bouffent pas parce qu'ils sont trop stressés. Ils sont nourris avec tous les déchets industriels, gavés de médicaments. Entre autres des antibiotiques. 50 % des antibiotiques en France sont ingurgités par les animaux et en particulier les porcs de nature très fragiles Ces apports massifs d'antibiotiques provoquent des résistances qui sont directement transmises à l'homme qui ne peut plus développer d'anticorps pour lutter contre les virus et maladies. Or, on est arrivé au bout de la découverte de molécules d'antibiotiques. C'est donc une catastrope démentielle qui se prépare, et là, je ne suis plus d'accord avec Zemmour, il faut arrêter de dire que l'espérance de vie continue d'augmenter. Les centenaires d'aujourd'hui sont des gens qui ont vécu à une époque où tout n'était pas pourri comme aujourd'hui. On n'a aucune possibilité de savoir si on vivra plus vieux ou pas. Les industriels qui nous nourrissent le savent peut être eux, mais ils s'en fichent car finalement nous ne sommes que des petits porcelets nous aussi.

Ces pauvres porcs ne voient personne, ni le jour, pendant tout le temps de leur pauvre existence. Leur groin est maintenu par des cordes, on les gave de nourriture. Les truies qui possèdent normalement une dizaine de pis, ont été modifiées pour en posséder 12 ou 14 et élever ainsi plus de porcelets. Les porcelets de trop ont le crâne fracassé sur des pierres.

 

LE CHEVAL

C'est beau un cheval, c'est magnifique, c'est majestueux, c'est le symbole de la liberté. Sans le cheval, l'homme ne serait rien . Le cheval l'aida à se déplacer, à développer la culture, et tout ce que cela a entraîné. Comme le porc, le cheval est un animal hyper sensible. Il sait très bien quand on le mène à l'abattoir. Alors que fait-on à votre avis ?

Le cheval est aussi conduit à la boucherie parce que des gens le mangent, oui oui. Savez-vous comment on emmène un cheval à l'abattoir ? je ne pense pas que cela soit mentionné dans le livre d'Isabelle Saporta. On lui crève les yeux et on lui casse les pattes. Je ne peux écrire ça sans me mettre à chialer à nouveau. Les humains sont des barbares, c'est une horreur, une honte. Il ne faut pas encourager ça en mangeant la viande de ces bêtes qui ont souffert toute leur vie et meurent dans des conditions atroces. Nous n'avons pas d'excuses pour ça.

La viande n'est déjà pas indispensable à l'homme, il n'est pas fait pour ça, il lui faut des jours et des jours pour digérer un morceau de viande. Mais si vraiment on veut en manger, alors il faut faire un gros effort sur le prix. Chaque fois que vous achetez un morceau de viande, cherchez à savoir d'où elle vient, comment la bête a été élevée, nourrie, tuée. On ne peut plus laisser faire ça, pas plus que laisser les corridas se dérouler.

Nous, consommateurs, nous pouvons prendre le pouvoir. Si nous ne le faisons pas, c'est que nous nous associons à ces méthodes barbares, nous les encourageons.

Rédigé par plume de cib

Publié dans #CHRONIQUES

Repost 0
Commenter cet article

sylvie 09/03/2011 08:27



Ma fille est en lycée agricole et veut devenir agricultice ; elle lira ce livre. Elle est folle de rage quand elle voit comment sont traités les bêtes en général. La viande de cheval, interdit de
séjour à la maison. Et on en manhe de moins en moins souvent de la viande ; par contre, on privilégie la qualité. Moins, mais mieux. C'est pas plus mal.


Dans notre coin, il y a quelques années, deux agriculteurs se sont fait choper : ils donnaient à leurs bovins en dose "légères" du roundup (je crois pour augmenter leur appêtit ?) et de la mort
au rat ou équivalent pour persiller la viande. Ils exercent toujours. Et pas un autre agriculteir n'a moufté. Je déteste le corporatisme quand il couvre des salopards.



plume de cib 09/03/2011 08:59



nous idem pour la viande. Elle n'est pas indispensable, donc quand on en achète, c'est de la qualité, produit bio certifié et pas dans un supermarché ! Mes grands-parents qui n'étaient pas des
pauvres ne mangeaient pas de la viande tous les jours. C'était le poulet le dimanche et une viande dans la semaine. On a poussé la consommation de viande comme le reste, il faudrait bien que les
gens s'en rendent compte un jour. On leur fait croire n'importe quoi, ils gobent.


Et ce que tu me dis sur les agriculteurs, c'est atroce. Là, tu es au courant, mais pense à tout ce qu'on ne sait pas !!! Immonde. Pourquoi l'homme est aussi perverti ? Mon fils m'a répondu :
parce que si notre espèce humaine est la seule à avoir survécu, c'est parce qu'elle a anéanti toutes les autres espèces humaines, dont Néanderthal qui était plus grand et plus intelligent que
nous mais n'avait pas le vice. Voilà ma biche. L'espèce humaine est corrompue mais ça ne date pas d'hier.