Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Comment aider l'UPR à se développer ?

Publié par plume de cib sur 19 Octobre 2011, 09:41am

Catégories : #PRESIDENTIELLES 2012

12 idées d’actions concrètes

L’UPR NE PEUT RIEN SANS VOUS !

Vous venez tout juste de découvrir l’UPR et vous avez envie de nous aider à nous développer ?

Ou bien vous connaissez l’UPR depuis déjà plusieurs mois et, après hésitation et réflexion, vous avez désormais, vous aussi, envie de nous aider ?

Quel que soit votre parcours personnel, ce dossier est là pour vous proposer 12 idées d’action concrète à mener en faveur de notre jeune mouvement. Vous les retiendrez toutes, ou bien vous n’en choisirez que quelques-unes, en fonction du temps et de l’argent que vous pouvez consacrer à l’action politique, au gré de vos goûts ou de votre degré d’implication, et selon votre souhait de rester anonyme ou au contraire de prendre des responsabilités publiques. Pour vous faciliter la tâche, nous avons joint à chacune de ces 12 actions un petit tableau indicatif, qui vous permettra de faire votre choix en fonction de ces différents critères.

Boycottée par tous les médias de masse parce qu’elle est la seule à poser la vraie question et la seule à apporter la vraie solution, l’UPR ne se développe que par des réseaux entre citoyens qui ont compris que c’est l’essentiel qui désormais est en jeu : la survie de la France et de la République.

Si vous voulez que l’UPR se développe, c’est donc maintenant à vous de choisir et d’agir.

François ASSELINEAU
Président fondateur de l’UPR

Commenter cet article

Roland 05/12/2011 19:25


Environ 36% des Français souhaitent que, dans les années qui viennent, la France sorte de la zone euro et repasse au franc, mais 60% souhaitent que la France reste dans la zone euro, tandis que
4% ne se prononcent pas, précise l'enquête.
L'euro est "plutôt un handicap" pour l'économie française en général, estiment 45% des personnes interrogées, mais "plutôt un atout" pour 34% d'entre eux. Environ 16% pensent que l'euro est "ni
un atout ni un handicap", tandis que 5% ne se prononcent pas.

L'euro est "plutôt un handicap" pour faire face à la crise économique et financière actuelle des dettes publiques, estiment encore 44% des Français, mais elle est "plutôt un atout" pour 33%
d'entre eux, et "ni un atout ni un handicap" pour 18% de Français, tandis que 5% ne se prononcent pas.
La monnaie unique est encore "plutôt un handicap" pour le pouvoir d'achat, estime une large majorité de Français (62%). Elle est "ni un atout ni un handicap" pour 20% d'entre eux, et "plutôt un
atout" pour 17%, tandis que 1% ne se prononce pas.
En revanche l'euro est "plutôt un atout" pour l'économie des pays membres de la zone euro, estiment 42% des Français, mais "plutôt un handicap" selon 34% d'entre eux. La monnaie unique est "ni un
atout ni un handicap" pour 19% d'entre eux, tandis que 5% ne se prononcent pas.
Les Français sont autant à considérer que l'euro est plutôt un atout (38%) et plutôt un handicap (38%) pour le commerce extérieur de la France. La monnaie unique est "ni un atout ni un handicap"
pour 18% d'entre eux, tandis que 6% ne se prononcent pas.
A l'avenir, il faudrait "renforcer les pouvoirs de l'Union européenne en matière de politique budgétaire et fiscale", estiment 49% des Français, alors que 37% considèrent qu'il faudrait plutôt
"laisser plus de latitude aux Etats membres de l'Union européenne pour leur politique budgétaire".
Ce sondage Ipsos/Logica Business Consulting a été réalisé par téléphone du 18 au 19 novembre auprès de 941 personnes représentatives des Français de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

Roland 28/11/2011 18:30


Asselineau boycotté des médias et même de la wikipédia (hou ! hou !) fait un tabac sur le net :


http://www.agoravox.tv/spip.php?page=forum&id_article=32679&id_forum=12698448

plume de cib 28/11/2011 18:36



j'espère qu'il aura ses 500 signatures. Il ne pourra plus être ignoré. Il faudra alors faire le décompte des temps de parole. Il en a pas mal à rattraper. A moins que ce soit magouille et
compagnie de ce côté-là aussi...



Roland 19/10/2011 11:49



une preuve qu'on s'en sort mieux par la "restructuration " des dettes et par le protectionisme, le cas de l'argentine :


8.3% : c’est la croissance du PIB Argentin prévue en 2011, une performance à peine inférieure à celle de la Chine. Un pays très intéressant puisqu’outre le fait d’avoir cassé son
lien avec le dollar en 2002, il mène une politique ouvertement protectionniste, comme son voisin Brésilien.


L’Argentine renforce son arsenal protectionniste


C’est The Economist du 24 septembre qui revient sur les nouvelles mesures prises à Buenos Aires et Brasilia. L’hebdomadaire britannique détaille comment l’Argentine, qui en avait marre d’importer
96% de ses téléphones mobiles, a réussi à imposer à RiM d’assembler des Blackberry en Argentine, même si le coût du travail y est 15 fois supérieur à celui de l’Asie, par la mise en place de
quotas qui limitaient les importations. L’objectif est de réduire les importations à 20% du marché.


L’Argentine impose même aux entreprises qui importent des produits de développer des activités d’exportation, comme ce vendeur de Porsche, Nordenwagen, qui s’est trouvé contraint d’investir dans
le vin et les fruits et légumes ! Le gouvernement a également récemment introduit des limites aux rachats de terres par les étrangers (la Chine notamment). Enfin, une entreprise est
considérée comme étrangère à partir du moment où 25% de son capital est détenu à l’étranger.



plume de cib 19/10/2011 12:05



bien sur, c'est évident. On ne peut plus nous vendre l'ouverture des frontières à gogo. l'effet d'ouverture a été rapide, radical, on est dans les choux. Toute notre industrie est démolie,
l'artisanat souffre parce qu'il n'est pas suivi par les banques, les patrons se sont empressés d'aller à la pèche à la main d'oeuvre à pas chère, mais cela ne suffit pas. C'est un mauvais combat.
Cela ne sert à rien de vouloir faire des chaussettes à bas prix, les chinois ont déjà le monopole. Nous devons entrer dans la révolution. Révolution industrielle, agricole, énergétique. Cela ne
se fait pas avec des plans d'austérité, et des mesurettes à deux balles. On a du pain sur la planche, mais pour agir, il faut qu'on soit maitres de notre navire. Les gens ne demandent pas mieux
que créer, innover, ils sont fortement découragés par le système en place. On entraîne une partie de la population à gueuler sur les "pauvres". On doit retrousser nos manches, nettoyer la place,
restructurer notre économie. on n'est pas des Hercule.



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents