Affaire Merah, l'affaire de trop pour le président ?

Publié le 27 Mars 2012

 

Une fois la stupeur passée, les interrogations fusent, nombreuses. Bien évidemment, les langues se délient. Un mot de trop, un mot qui perce le secret imposé, et hop, la presse, Internet s'en emparent et démarre l'investigation. Cette affaire est en fait une accumulation de faits étranges et bizarres. Comme si elle avait été mal ficelée, décidée à la hâte. On ne sait plus très bien qui est vraiment Mohamed Merah, tué de 20 balles dans le corps, tirées de dos, alors qu'il tentait de s'enfuir d'un appartement de 30 M2 investi par une bonne vingtaine de types du RAID, après 32 heures de négociations demeurées secrètes. Humm... ALors qu'il était si facile de planquer au bas de son immeuble et de le cueillir quand il sortait, sans un seul coup de feu. Qu'est-ce qui a pris au gouvernement d'organiser une telle mise en scène ? Car cela ne fait plus aucun doute, il s'agit bien d'une mise en scène. Une mise en scène indigne du RAID qui appartient à la police Nationale.

Mais déjà en avant, je pose encore la question : comment Merah a-t-il su que le mec qui mettait sa moto en vente sur le bon coin était un militaire ? Pourquoi lui ? Pourquoi Merah a-t-il cherché autant de complications, et puis laissé sa trace grâce à son IP qui n'a alors pas été relevé, alors que quatre jours plus tard, il arrosait trois militaires dans la rue ? Ce n'est pas cohérent. Quand à la tuerie de Toulouse, elle n'est à priori que l'effet du hasard. Mais comment se fait-il que Merah soit venu arroser une école juive ? Ce mec si froid, si calculateur, si appliqué, fait n'importe quoi finalement, un peu comme s'il était téléguidé, peut-être pas tout à fait lui-même ce jour-là. Bref. Finalement, à force de vouloir faire du sensationnel, le président semble bien s'être pris les pieds dans le tapis.

Alors maintenant, c'est l'heure des questions. Et cette affaire pourrait bien être celle qui vient à bout de celui qui a cru au contraire s'en servir pour se glorifier.

Yves Bonnet lance les hostilités.  Une interview très intéressante, je n'en reproduis qu'une partie et vous invite à vous rendre sur le site de la dépêche pour la suite...

 

Mardi 27 Mar - 10:09 - Saint Habib

Publié le 27/03/2012 08:32 - Modifié le 27/03/2012 à 09:44 | Propos recueillis par Pierre Challier

"Vigipirate ne sert à rien" : les 4 vérités de l'ex-patron de la DST

Yves Bonnet, ex-patron de la Direction de la Surveillance du Territoire (DST)

Yves Bonnet/Photo DDM P.C.
Yves Bonnet/Photo DDM P.C.
Yves Bonnet/Photo DDM P.C.

Pour reprendre le mot d'Alain Juppé, y a-t-il eu des « failles » dans l'affaire Mohamed Merah ?

La Direction Centrale du Renseignement Intérieur (DCRI), c'est vrai, connaissait Mohamed Merah. Est-ce pour autant que la DCRI a failli en ne le mettant pas sous surveillance plus importante, plus serrée ? Je ne pense pas qu'il faille aller jusque-là parce que c'est toujours difficile de savoir ce que quelqu'un a l'intention de faire. Je le sais par expérience. De plus, il ne faut jamais oublier que la surveillance d'une personne nécessite des moyens considérables et qu'aujourd'hui, s'il y a une faille, c'est dans la modicité des moyens de nos services de sécurité. Indiscutablement, les moyens qui sont mis à la disposition de la DCRI ne sont pas suffisants pour couvrir la totalité des besoins. Je parle des moyens matériels, mais surtout, humains.

Pourtant, des éléments interpellent. Le 10 septembre 2010, le patron de la DCRI, Bernard Squarcini, expliquait au Journal du Dimanche qu'il plaçait en tête des menaces du terrorisme islamiste « le Français converti qui se radicalise et monte son opération seul » et les djihadiste français « qui partent en Afghanistan ». Comment expliquer que Merah repéré, la DCRI n'ait pas vu de risque après avoir eu un entretien avec lui, le 14 novembre 2011 ?

 

Ce qui, personnellement, me paraît poser question, c'est que le garçon avait manifestement des relations avec la DCRI comme on l'a appris à travers les déclarations de Bernard Squarcini lui-même. C'est-à-dire qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Alors appelez ça « correspondant », appelez ça « officier traitant »… je ne sais pas jusqu'où allaient ces relations, voire cette « collaboration » avec le service, mais on peut effectivement s'interroger sur ce point.

Pour mettre un mot sur les choses, était-il un indicateur de la DCRI ?

Eh bien voilà… c'est exactement ça le problème. Car ce qui interpelle, quand même, c'est qu'il était connu de la DCRI non pas spécialement parce qu'il était islamiste, mais parce qu'il avait un correspondant au Renseignement intérieur. Or avoir un correspondant ce n'est pas tout à fait innocent. Ce n'est pas anodin.

On a évoqué aussi un retard au début de l'enquête. Qu'en pensez-vous ?

Oui, il y a eu du temps perdu par les juges. On aurait dû dès le départ considérer que c'était un acte terroriste. Tuer des militaires gratuitement est un acte terroriste. Mais il faut reconnaître, et c'est malheureux, qu'on s'est moins intéressé aux assassinats de militaires qu'aux assassinats d'enfants. Ce qui est un autre débat. Mais oui, dès le départ, un juge antiterroriste aurait dû être saisi et c'est bien un problème judiciaire, car dès qu'il y a un crime commis, c'est la justice qui intervient.

A ce propos, c'est pourtant Claude Guéant qui a monopolisé les écrans. était-ce le rôle du ministre de l'Intérieur de commenter en direct l'action du Raid ?

Claude Guéant n'avait absolument pas à communiquer. C'est tout à fait clair. Le ministre de l'Intérieur n'a pas à intervenir dans une affaire qui est entre les mains des juges. Non seulement l'autorité administrative n'a pas à interférer sur l'enquête -je rappelle que M. Guéant, tout ministre qu'il soit, n'est pas officier de police judiciaire- mais il a encore moins à commenter le déroulement de l'enquête.

Que pensez-vous de la façon dont a été conduite l'intervention pour interpeller Mohamed Mehra ? Ce choix du siège et de l'assaut plutôt que celui, qui prime habituellement lors des interpellations d'etarras, par exemple : une arrestation discrète, dès que le suspect sort de chez lui ?

A priori, il y a eu un grand temps de latence. Le temps de latence devrait profiter aux professionnels, les plus nombreux, les mieux équipés, les mieux entraînés… Après, sur les données de l'intervention, je m'en remettrai à l'avis de Christian Prouteau, s'il y a un expert en France, c'est bien lui : il est étonné qu'on n'ait pas réussi à le prendre vivant. Il pense qu'on n'a pas utilisé les bons moyens, et qu'on s'est bêtement privé de l'expertise du GIGN, et il faut reconnaître que dans ce genre d'affaire, les plus professionnels, les plus qualifiés et les meilleurs, ce sont les gendarmes du GIGN. Après, pourquoi a-t-on voulu prendre le Raid..? SUITE ICI

Il veut porter plainte contre la France

Le père de Mohamed Merah veut enterrer son fils en Algérie



Le père de Mohamed Merah, le tueur au scooter abattu jeudi en France, a décidé de faire inhumer son fils en Algérie, a affirmé lundi à l'AFP Mohamed Benalel Merah. « J'ai décidé d'enterrer, Inchallah, mon fils en Algérie », a déclaré M. Merah à l'AFP. « Son frère Abdelghani m'a appelé pour m'assurer qu'ils font le nécessaire pour le ramener en Algérie.

Mohamed (Merah) a un passeport algérien et est inscrit au consulat de Toulouse depuis sa naissance », a‑t‑il ajouté. Les autorités algériennes ne s’y opposeront pas, « à partir du moment où il est Algérien et qu’il possède le passeport algérien, il a le droit comme tous les Algériens d’être enterré en Algérie », a indiqué à TSA une source autorisée au ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. 

Selon l’AFP, le père de Merah veut également porter plainte contre la France pour « avoir tué » son fils.  « Je vais engager les plus grands avocats et travailler le reste de ma vie pour payer les frais. Je vais porter plainte contre la France pour avoir tué mon fils », a‑t‑il déclaré. « La France est un grand pays qui avait les moyens d'arrêter mon fils vivant. Ils auraient pu l'assommer avec du gaz et l'arrêter, ils ont préféré le tuer », a‑t‑il affirmé.

 

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article

Roland 28/05/2012 17:59


Asselineau, le seul d'ailleurs à demander l'arrêt des plans vigipirates qui ne servent à rien si ce n'est habituer nos pauvres français à vivre comme dans un camp stalinien, tout modéré qu'il
soit glisse incidemment que dans l'affaire Merah "il y a beaucoup de zones d'ombre" (ça c'est sûr ! l'art de la litote). il n'est pas dupe !


http://www.youtube.com/watch?v=BvS9a6I33yg

NONAME 28/03/2012 02:06


Le  premier parachutiste tué à Toulouse avait indiqué, sur l'annonce du Bon coin, qu'il était militaire...
Le nom de Mérah est bien apparu (adresse IP) avec 500 autres noms...
Le tueur avait prévu de s'attaquer à un autre militaire, mais ce dernier n'est pas sorti de chez lui, c'est pourquoi il a choisi l'école...
" Les clichés et les tabous mis en place par la gauche..." vous semblez souffrir d'une certaine déformation de la réalité... MLP au deuxième tour (dans vos rêves!!!) elle peut bien affronter qui vous voulez: elle n'aura jamais le pouvoir... Par
contre beaucoup de ses électeurs voteront pour Sarkosy lors du 2nd tour!

plume de cib 28/03/2012 09:25



ah oui d'accord. Merci pour tous ces renseignements.  Je n'ai pas de rêve moi vous savez, je ne fais que des suppositions, en marge de la Pensée Unique. DOnc, à cet endroit-là, on peut
supposer beaucoup de choses. Il n'y a rien d'improbable, surtout pas de supposer que MLP peut être au seconde tour. On peut supposer aussi que ses électeurs voteront pour Sarkozy, mais rien n'est
moins sûr. MLP comme Mélenchon draînent une population fatiguée d'entendre toujours les mêmes balivernes venant de droite comme de gauche.


Pour ce qui est de l'affaire Merah, donc les policiers ont épluché plus de 500 IP suite aux réponses à l'annonce. Le gars avait annoncé qu'il était militaire pour appuyer le fait qu'il ne se
servait pas souvent de sa moto. Comment les policiers ont-ils pu apprendre que Merah cherchait des pièces de 2 roues sur Internet ?  Et vous pensez que l'idée de tuer un militaire lui est
venue comme ça, en consultant une annonce sur le Net ? Enfin, moi, ça me paraît bien bizarre. D'un côté, on dit que le mec était un tueur organisé, froid et déterminé et de l'autre, on nous les
présente comme un écervelé qui agit sur coups de tête. Par ailleurs, on parle beaucoup de terorisme parce que c'est vendeur, mais apparemment, il s'agit d'un délinquant.... merci de votre
contribution en tous cas, et de vos suppositions. Bonne journée.



Roland 27/03/2012 16:08


il paraîtait si linux veut bien une fois être autre chose que de lam merde que le dernier sondage en date de cette semaine (mardi 27/03) fait par la DCRI (anciennement les RG) aurait donné :

Hollande 28.5% (légère baisse par rapport a la semaine dernière 1pt)
Sarko 18% (en légère hausse 1 pt)
Mélenchon 18%(En hausse 2 pt)
MLP 16% (en baisse 2 pt)
Bayrou 11 (en baisse)
Joly 3% (en légère hausse 1 pt)


ce qui voudrait dire que même les sondages "commerciaux" précédent seraient faux.


Mais est-ce vrai ? les rumeurs on peut leur faire dire ce qu'on veut; avez-vous des échos dans  le même sens ?


Si on avait une finale Mélenchon-Hollande ce serait beau ! trop beau ?


(mais j'aurais quand-même préféré Asselineau-MLP, et Asselineau gagnant !)

plume de cib 27/03/2012 16:13



ah ah ! une finale Mélenchon Hollande, oui, mortelle ! Mais cela voudrait dire que la France serait couverte de gauche. Humm... J'attends Hollande contre MLP. Cela ne sera pas triste non plus. La
droite ne pourra plus se cacher derrière les clichés et les tabous mis en place par la gauche. Ce serait marrant...


On va essayer de fouiner un peu alors... merci Roland.