A propos de l'affaissement d'un toit à la centrale de Flamanville

Publié le 5 Décembre 2010

 

Cela semble un fait divers, noyé parmi des centaines de faits divers, un de plus dans la rubrique des chiens écrasés. En fait, les médias traite ainsi l'information et c'est ainsi que nous la gobons. Alors, EDF par l'intermédiaire de l'AFP nous rassure ! Oui, bien évidemment, il s'agit de déchets très peu toxiques et il n'y a rien à craindre. Classé niveau 1. Le contraire m'aurait étonné remarquer hein !

 

Et bien personne ne trouve étrange que la toiture d'un bâtiment contenant des fûts de déchets radioactifs s'affaisse ? Ce n'est pas la toiture d'une bergerie quand même ! Et d'ailleurs l'affaissement de la toiture de la bergerie a fait l'objet de plusieurs reportages. Un autre hangar a immédiatement été construit pour les biquettes grâce à la solidarité des gens du coin. Les biquettes sont donc en sécurité, tout le monde est content.

Cet incident montre la légèreté de groupes comme EDF, la vétusté peut être des installations, l'incompétence assurément qui a accompagné la construction de ces bombes nucléaires. On ne dira jamais en France qu'il y a des incidents à classer au dessus du niveau 1, c'est tabou. En France, le nucléaire n'est pas dangereux, mais quand il y a 10 cm de neige sur le toit d'un bâtiment, et ben il s'affaisse. Une centrale nucléaire ne devrait -elle pas être bâtie dans son ensemble en tenant compte de tous les facteurs environnementaux, météorologiques, même les plus improbables ? Enfin quand même, quelques centimètre de neige, c'est pas un événement stupéfiant !!!

Rédigé par plume de cib

Publié dans #Sciences du quotidien

Repost 0
Commenter cet article

naradamuni/Sans, ni+, ni- 12/12/2010 14:33



Jo des RG


« L'humanité n’est réellement menacée que par elle-même. Sa principale question est celle de sa barbarie intérieure » : Le panurgisme, cette facilité de l’être humain vivant en société, à se
soumettre au modèle de comportement qu’il observe autour de lui, sans que personne ne le lui demande ou sans qu’il ne risque sa vie à s’y soustraire, est une des plus importantes manifestations
de cette « barbarie intérieure ».


Où en sommes nous aujourd'hui  de cette barbarie intérieur ?
Après 60 années de lobotomisation culturelle via écrans-platitude et autres médiums manipulateurs :
« Si un homme du XIXème siècle pouvait débarquer dans notre actualité la première chose dont il s’étonnerait, serait l’épuisement complet, l’assèchement radical, le tarissement de toute
imagination politique ! Comment est-il possible qu’avec tant de possibilités technologiques, qu’avec autant des richesses matérielles et immatérielles accumulées, avec une telle diffusion de
savoir-faire, avec un tel développement de la science, les syndicats et les partis politiques accouchent d’un vide d’action et de proposition ? Un militant de gauche serait tout simplement effaré
par la proposition majoritaire de la gauche : ‘un emploi pour tous’. À ses oreilles éveillées par des débats autrement passionnés sur les mille manières d’abolir et de dépasser l’esclavage du
travail salarié, ce mot d’ordre sonnerait comme celui d’une nouvelle servitude : ‘nous voulons des patrons’».
Maurizio Lazzarato (sociologue et philosophe, cofondateur de la revue Multitudes), extrait de « Garantir le revenu : une politique pour les multitudes », in Multitudes 8, Mars-Avril 2002, &1.


La situation actuelle est empêtrée dans une approche « du provisoire pérenne » au point que son horizon se limite à deux opposés qui se renvoient incessamment la balle : soit la stigmatisation
par le ciblage des mesures, soit son envers i.e. l’indifférence et le retour de la banalisation de la misère et de la peur d’y tomber. Cela semble témoigner d’une certaine et totale immaturité
politique.


Mais il est vrai que l'éducation populaire ils n'en ont pas voulu : Souvenons nous de Malraux qui, en 1961, disait en inaugurant la première Maison de la Culture à Bourges : « Nous allons enfin
savoir ce qui peut être autre que le politique dans l’ordre de l’esprit humain »….
Eh bien voilà qui est fait ! La mise en place de cela se concrétiseras avec Emile jean Biasini que l'on retrouveras dans l'ombre de jack Lang, l'homme des phrases historiques : « La fête de la
musique ne sera pas une fête de la merguez ! », « L'économie et la culture, c'est la même chose… » !
En 1968, Francis Janson, quant à lui, proposait d’appeler Culture ce qui permet de se choisir politiquement…mais il est vrai que c’était en 1968 !"


http://www.youtube.com/watch?v=HAjhvcoJonw&feature=related



Jo des RG 11/12/2010 22:39



C'est pas un certain sinistre Marko, pardon ministre Sarko,  qui gérait à l'époque, en France,  le nuage de Tchernobyl ? me semble que oui.


Nos manifs anti-nucléaires, devant les centrales ... comme  toutes nos  autres  actions (anti-incinérateurs, sur-emballages etc ) n'intéressaient  pas  grand'monde, chez
les citoyens, et nous rencontrions aussi l'hostilité arrogante  des  syndicalistes  CGT. Enfoirés qui ne se battent dans leurs boites que pour la sécurité de l'emploi, et s'en
tamponnent, de la sécurité générale des français comme de la condition ouvrière ! dans le nucléaire, eux-mêmes trichent en laissant leurs compteurs à l'entrée afin de ne pas être
estimés trop radioactifs et licenciés : ils préfèrent prendre le risque de crever jeunes.


L'emploi à n'importe quel prix, quelle putasserie ...



sylvie 09/12/2010 08:44



Ils viennent de "découvrir" que l'alumimium, et bien, c'était pas bon pour la santé, mais dans les vaccins, la haute autorité de sécurité estime que c'est pas gênant…



plume de cib 09/12/2010 08:51



oui, c'est comme l'amiante. Interdite dès les années 30 en Angleterre, la preuve de sa haute toxicité ayant été faite, la  France "n'a" mis que 70 ans pour l'admettre ! c'est Chirac qui s'y
est finalement collé, mais je pense qu'il avait le feu vert des industriels, enfin prêts à s'en débarrasser...



sylvie 09/12/2010 00:20



Et quand il y a un gros nuage radioactif, il s'arrête à la frontière…


elle est pas belle la vie ?


Re-bises.



plume de cib 09/12/2010 08:13



oui, la France est la patrie de l'eugénisme. Enfin, on ne s'est quand même pas fait avoir par la Bachelotte et son vaccin. Par contre, on parle peu des effets secondaires du vaccin machin mais
régulièrement on peut lire un article à ce sujet.



Fleche 06/12/2010 18:50



Il en va des centrales nucléaires comme des raffineries. On est assis sur des bombes à retardement. Mais elles sauteront un jour ou l'autre.


A force de rogner sur les dépenses de fonctionnement donc de personnel, à force d'ouvrir grand la porte de sortie pour les personnes âgées de plus de 50 ans appelées de façon très euphémique
"seniors", les entreprises ont perdu la mémoire du travail dans les unités d'exploitation et les personnels chargés de la sécurité proviennent maintenant d'entreprises de sous-traitement.


On court droit aux catastrophes, reste à savoir quand elles arriveront.


 



plume de cib 06/12/2010 19:34



bien d'accord avec toi Flèche. La privatisation devait être un formidable moyen de garder les structures quelqu'elles soient en bon état. Or, nous voyons les résultats , délabrement total,
rentabilité, salaires de misère.. Et dire que le gouvernement socialiste espagnol préconise de nouvelles privatisations. On croit rêver. M'enfin, il croît peut être tomber sur des privés
philantropes... C'est la fin d'un monde et oui....