Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


L'homme qui tua Marie-Christine Hodeau

Publié par plume de cib sur 1 Octobre 2009, 15:56pm

Catégories : #Sciences du quotidien



On a finalement retrouvé le corps de la femme qui avait été enlevée par un détraqué sexuel déjà condamné pour viol sur mineure avec séquestration et qui a bénéficié d'une mise en liberté conditionnelle.

Les magistrats ont expliqué qu'ils avaient pris la décision de libérer le violeur, "après un long processus de réflexions". Preuve que le processus n'était pas le bon et le temps mis à tourner en rond et à couper les cheveux en 4 parce que notre Justice est désarmée face à la délinquance sexuelle ne suffit pas à palier son incompétence.  On pourrait lui donner comme circonstance atténuante la jeunesse de la loi contre le crime sexuel. Oui, Messieurs les Magistrats, le viol est bien un crime qui détruit des vies. Il y a lieu de punir les délinquants et de ne pas les renvoyer dans la nature après avoir qu'ils aient purgé une partie de leur peine, bien souvent assez peu importante.  La prison ne soigne pas plus les détraqués sexuels que les serial killer ! Il y a un vide abyssale dans notre système, il est temps de le combler. Mais on semble plus se préoccuper du coupable que de la victime. En effet, la grande question est :

Faut-il considérer un violeur comme un malade ou comme un délinquant ?
Pour moi, ce devrait être : Est-il un danger pour notre société ?  Dans les deux cas, il est un danger pour la société. Alors cessez de les remettre en liberté. Y en a marre que des enfants, des femmes paient de leur vie une lacune judiciaire. Ce n'est certes pas un dossier facile, et le gouvernement ne s'attelle qu'aux dossiers faciles, alors ? Une femme est morte parce que les magistrats n'ont pas été à la hauteur de la fonction qui leur avait été confiée. Point barre.

Commenter cet article

zodo 03/10/2009 15:03


On l'a libéré et voilà qu'il commet un meurtre. A qui donc la faute, même si les uns et les autres tentent de donner des explications peu convaincantes. La pauvre, et dire qu'elle joggait sans
crainte. C'est malheureux! La justice doit faire attention quand elle statue sur des cas de libération. Merci


Fleche 02/10/2009 13:07


Moi aussi et il a fallu que le président s'en mêle, alors là !


Fleche 02/10/2009 10:56


Le gros souci aussi est que lorsque les gens sont relâchés, il n'y pas de réel suivi après leur sortie de prison.

Ces personnes sont des délinquants récidivistes pour la plupart. La prison ne soignera jamais ces gens là, ni les juges. C'est la médecine qui peut à la rigueur les soigner, alors les relâcher sans
suivi, c'est de l'inconscience.

J'ai fait un billet sur le même sujet, bizarrre hein !


plume de cib 02/10/2009 13:00


Ah oui ? Bon, ben je vais le lire.... Ce sujet me tourmentait  depuis quelques jours et pof...


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents