Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Un président qui inaugure les chrysantèmes !

Publié par plume de cib sur 19 Septembre 2009, 17:07pm

Catégories : #C'est ma tournée !



Nouas avons eu cette semaine un déplacement fort onéreux du président de la république en terre médicale, à l'occasion de la 2500 ème greffe de foie. Ma foi ! L'hôpital de Villejuif fut dont pris d'assaut, une immense tente blanche déployée, un service d'ordre dépassant l'entendement, tout cela pour une note salée de 200 000 euros. Montant désormais courant puisque chacun des déplacements du Président coûte ce prix-là. Le personnel médical a donc manifesté pour dénoncer une dépense totalement inutile, alors que l'hôpital public en France est en train de crever, que la santé est devenu  un business (ça on le sait depuis un moment déjà, je ne comprends toujours pas pourquoi les gens continuent à acheter autant de médocs qui sont là uniquement pour leur provoquer d'autres maladies)

Le président, fort mécontent de la réception qui lui a été réservée, a dit qu'il était tout à fait normal qu'un président se déplace pour une telle occasion et que c'est le contraire qui n'aurait pas été normal.  Il oublie comme toujours qu'il a des ministres pour ce genre de travail. Mais bon.... Depuis deux ans, NS nous prouve qu'il est un bon président de la 4e république, il passe son temps à inaugurer les chrysantèmes ! De Gaulle avait osé donner une vraie fonction au chef de l'Etat, NS a pour le coup totalement ignoré ses enseignements et se contente de sillonner la France à grand renforts d'euros, pour "inaugurer les chrysantèmes". Comme tous les petits bonshommes un peu colériques, il exige cependant d'être bien reçu, et en principe, la foule est jouée par des figurants. A part ça ? Cette homme n'a aucune conviction politique, aucun projet politique à cours ou moyen terme, aucune ligne directrice. Il batifole, brasse de l'air, déclame des grands discours écrits par des publiscistes. Bref. C'est un président d'opérette... Tout comme les président de la 4e. Le faste, les breloques, l'opéra et même la danseuse, tout y est... Nous sommes la risée de l'Europe, mais tant pis. On en a encore pour trois ans et après, hop ! On souffle sur la bulle et elle éclate.... Enfin, j'espère.

Commenter cet article

Naradamuni 20/09/2009 21:16

L’ère sarkozienne s’est dotée d’un nouveau logiciel capitaliste, un magot qui se gave de la crise et pompe les finances. L’omniprésidence vit en effet sur un train royal avec un budget qui n’a pas d’équivalent dans l’histoire de la Ve. C’est ce qu’on en déduit du rapport du député Renée Dosière, publié avant la présentation à l’Assemblée de la loi de règlement du budget 2008. Budget de l’Elysée 2008Le citoyen Dosière a décelé 113,182 millions d’euros de dépenses Elyséennes, « soit un rythme 7 fois supérieur à l’évolution du budget de l’Etat ». C’est la curée au palais : « On ignore le détail des dépenses courantes de fonctionnement qui atteignent 26 millions (+ 51 %) et recouvrent des postes aussi variés que les réceptions, l’alimentation, le téléphone, le courrier, les carburants, l’électricité, les fournitures administratives et informatiques, etc. ». L’allocataire du RSA, sous le vigoureux contrôle de Pôle emploi, ne peut imaginer ce qu’on lui interdit.Le pointilleux député déplore le manque d’explications « précises et détaillées »... Que dit le rapport : « On ne cesse d’évoquer la maîtrise de l’évolution de la dépense, les efforts d’économie importants, les réductions drastiques, la régulation des coûts, les dépenses contenues, l’atténuation des hausses, les mise en concurrence qui permettent de réduire les prix. On appréciera la pertinence de ce florilège alors que la catégorie de dépenses ainsi commentées est passée de 17,2 millions (en 2007) à 26,0 millions (en 2008) soit + 51% et qu’elle était évaluée à 16,3 millions ! (soit un dépassement de 58,9 %). Qu’en serait-il si les coûts n’étaient pas maîtrisés ! On voit bien qu’il s’agit davantage de communication que d’analyse financière ».Le Sarkozy est de ceux qui se livre au culte de l’argent roi et écrase du pied leurs promesses. Certains engagements ne valent que pour ceux qui y croient, dit-on en Sarkozie. Voici une anecdote : « Cette absence de transparence résulte de la volonté clairement proclamée qui consiste à afficher les mesures d’économie prises depuis l’arrivée du nouveau président ». L’Elysée met par exemple en avant la baisse du coût par invité de la garden party du 14 juillet, sans préciser que le nombre d’invités est passé de 5 500 en 2007 à 7 050 en 2008. Résultat, la facture globale de la fête s’est élevée à 475.523 euros en 2008, soit 13,4 % d’augmentation par rapport à 2007!Dosière a osé employer ces mots : « Les restrictions budgétaires imposées aux administrations de l’Etat et que chaque fonctionnaire constate dans son travail quotidien, ne s’appliquent donc pas aux services de la présidence de la République. Une progression aussi forte mériterait quelques explications précises et détaillées. Tel n’est pas le cas. »par Thierry Brun

Fleche 19/09/2009 18:56

Le gros souci est que les autres non plus n'ont pas de projets de société.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents