Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Ces taxes qui nous assassinent

Publié par plume de cib sur 6 Septembre 2009, 10:55am

Catégories : #Sciences du quotidien



Je rappelle la définition du mot assassiner : tuer avec préméditation. C'est tout à fait la définition que j'attribue aux taxes. Nous en sommes grevés et ce sans distinction de classe sociale. Nous sommes tous égaux devant la taxe. La plus répandue est bien entendu la TVA qui est une taxe sur les taxes. Beaucoup de produits sont taxés par ailleurs, comme la taxe qui sévit sur les CD, DVD, disques durs (50 euros quand même) et même les clés USB. On l'oublie un peu celle-là, on voudrait nous faire croire que les droits des auteurs ne sont pas respectés quand on télécharge mais on a déjà depuis longtemps taxé tout ce qui sert au téléchargement. On va donc cette taxe ?
Et puis il y a maintenant l'éco taxe sur tous les produits électro ménager. N'oublions pas le paquet de taxes sur les carburants, la taxe sur l'audio visuel, taxe sur les véhicules polluants, taxe foncière, taxe d'apprentissage, taxes douanières, taxes sur les ordures ménagères, la liste n'étant pas exhaustive... On nous promet une nouvelle taxe, la taxe carbone dont j'avoue ne pas comprendre qui va payer. Nous certainement, à n'en pas douter. Déjà pas un rond dans le porte-monnaie, même pas de quoi faire le contrôle technique de ma voiture qui ne roule pratiquement jamais, mais faut s'attendre à payer de nouvelles taxes et donc rogner sur un nouveau poste de nécessité. Bientôt les femmes ne seront que des pondeuses qui mettront au monde des sujets destinés à payer des taxes. Ce système tourne à l'absurde. Et le pire est que si nous essayons de nous en extraire, nous sommes vite rattrapés ou marginalisés. Je cite pour exemple les gens qui vivent dans des yourtes.

Commenter cet article

Sylvie Boussand 14/09/2009 13:15

Je vais ajouter une taxe à ta liste : la TGAP (taxe générale sur les activités polluantes). Celle-là, mine de rien, on la paye avec notre redevance ou taxe d'enlèvement des ordures ménagères…32 euros HT la tonne prévus en 2015… contre 8 euros HT en 2008… 

naradamuni 06/09/2009 13:41

" Et le pire est que si nous essayons de nous en extraire, nous sommes vite rattrapés ou marginalisés.  "
De l'avantage d'être exclu
Un autre mot galvaudé par la propagande est le mot "exclusion". Les chômeurs seraient exclus de la société, et les bonnes âmes plaident pour leur réintégration. Exclus de quoi exacte-ment? Un humaniste de l'UNESCO en donna la réponse sans équivoque au "sommet social" de Copenhague: "Le premier pas de l'intégration sociale consiste à se faire exploiter".
 Merci pour l'invitation!
 
Il y a trois siècles, les croquants levaient les yeux avec envie vers le château du seigneur; c'est avec raison qu'ils se sentaient exclus de ses riches-ses, ses nobles loisirs, ses artistes de cour et courtisanes. Mais qui aujour-d'hui voudrait vivre comme un cadre sup stressé, qui aurait envie de se bourrer le crâne de ses rangées de chiffres sans esprit, de baiser ses secré-taires blondasses, de boire son bor-deaux falsifié, de crever de son infarc-tus? C'est de bon coeur que nous nous excluons de l'abstraction dominante ; c'est une autre sorte d'intégration que nous recherchons. Dans les pays pauvres, des millions de gens vivent en marge des circuits de l'économie de marché. Chaque jour, les journaux rapportent la misère du dit "tiers-monde", une série déprimante de guerres, famines, dicta-tures et épdémies. Il ne faut pas perdre de vue pour autant que, conjointement à cette misère (essentiellement impor-tée), existe une autre réalité: une vie sociale intense soutenue par des traditions et coutumes précapitalistes, en comparaison de laquelle les sociétés riches ont l'air moribondes. Dans ces pays, le travail de l'homme blanc est méprisé "parce qu'il ne finit jamais", à la différence, par exemple, de ces artisans somalis qui claquent les bénéfices de leur activité d'un coup, dans une grande fête annuelle. C'est une formule connue : L'aptitude des gens à la fête est inversement proportionnelle au Produit National Brut par tête. "L'informel fait déjà la preuve que la solidarité est une forme de la richesse authentique. Mettre sa pauvreté en commun dans l'espoir d'obtenir l'abondance n'est pas irréaliste (ni utopiste ...) Les pauvres sont beaucoup plus riches qu'on ne le dit, et qu'ils ne le croient eux-mêmes. L'incroyable joie de vivre qui frappe beaucoup d'observateurs des banlieues africaines trompe moins que les déprimantes évaluations objectives des appareils statistiques, qui ne cernent que la part occidentalisée de la richesse et de la pauvreté"

Le manifeste des chomeurs heureux

Quant aux yourtes il est vrai que nous rencontrons quelques maires qui se la jouent nazillons (promettant de "nettoyer les marginaux").
plus classe $tarAct-VIP...

Le millionnaire DUMENIL, 90e fortune de France, spéculateur financier et immobilier, spécialiste des rachat de marques et des licenciements massifs, au dessus des lois, dans son fief f hait mieux : retour à l'époque de la dime qui, soit-dit en passant, était sûrement moins saignante que l'accumulation TVA, RDS, CSG, ..., sans oublier la toute nouvelle dernière annoncée (sur la respiration et le pêt, s'il vous plaît!) au nom du nouvel Eugénisme écologiquement vert comme le dollar, ...
pour que tout soit nickel-chrome, sans bavure, au garde à vous, le doigt sur la couture!
" ...Ce qui vous déshonore
C'est la propreté administrative, écologique dont vous tirez orgueil Dans vos salles de bains climatisées Dans vos bidets déserts En vos miroirs menteurs... Vous faites mentir les miroirs Vous êtes puissants au point de vous refléter tels que vous êtes Cravatés Envisonnés Empapaoutés de morgue et d'ennui dans l'eau verte qui descend des montagnes et que vous vous êtes arrangés pour soumettre A un point donné A heure fixe Pour vos narcissiques partouzes. Vous vous regardez et vous ne pouvez même plus vous reconnaître Tellement vous êtes beaux Et vous comptez vos sous En long En large En marge De ces salaires que vous lâchez avec précision Avec parcimonie J'allais dire "en douce" comme ces aquilons avant-coureurs et qui racontent les exploits du bol alimentaire, avec cet apparat vengeur et nivellateur qui empêche toute identification... Je veux dire que pour exploiter votre prochain, vous êtes les champions de l'anonymat....Léo Férré



plume de cib 06/09/2009 18:03


excellent /


zodo 06/09/2009 13:14

Les taxes ou les impots directs étranglent l'individu phisique et moral. tout ce que nous consommons est taxable. ceux qui ne peuvent s'offrir, en meurent. ton billet met en exergue l'incompréhension de la fiscalité. bonne journée cib.

plume de cib 06/09/2009 18:02


Créer autant de taxes pour satisfaire au train de vie de certains privilégiés.... mon cher Denis... Bonne journée à toi


jahida.trifin 06/09/2009 12:07

Sujet Brûlant qu'il faut absolument mettre à côté d'un autre: celui du prix de la gratuité.En latin, gratia désigne le bienfait sans contrepartie, autant que le geste gracieux, l’adjectif gratus qualifie la reconnaissance de celui qui a reçu un bienfait.Liste ancienne et non exhaustiive touchant ce thème:
 Marcel Hénaff ; Le prix de la vérité, le don, l’argent, la philosophie ; SEUIL
Alain Caillé ; Don, intérêt et désintéressement ; Edition La Découverte
Marcel Mauss ; Essai sur le don, Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques ;
www.uqac.uquebec.ca
 
« Car cette gratuité là qui nous enchante ou nous arrange a un coût. Il est exorbitant, probablement terrifiant : Il concerne autant la destruction illimitée de la nature que le droit des gens à travailler dignement. » Daniel Conrod ; Télérama 2884, signes du temps : débat sur la gratuité.
 
 
 

plume de cib 06/09/2009 18:01


Le train de vie et les privilèges des élus est à compter dans la facture de la gratuité, à n'en point douter.


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents