Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La plume dans l'kawa

réflexions - réactions - humeurs -


Les humains devenus inutiles....

Publié par plume de cib sur 22 Juin 2009, 16:07pm

Catégories : #Sciences du quotidien


J'ai relevé ce paragraphe dans un des commentaires que Naradamuni laisse chez moi, précisément sous l'article : vide-greniers, marché aux puces, restrictions, gloire aux cocus !

"Les humains devenus inutiles ne sont pas éliminés dans des camps de concentration, mais en leur supprimant progressivement l'accès à l'espace vital, à la nourriture, à la santé, à l'éducation, à l'information, et à l'énergie. L'envolée des prix alimentaires, la suppression ou la réduction des allocations-chômage, la baisse des retraites, le démantèlement des systèmes d'éducation et de santé publique, et la privatisation du marché de l'électricité sont autant de mesures récentes qui vont dans ce sens."


Depuis que j'ai lu ce paragraphe, je n'arrête pas d'y penser. Un rapide tour d'horizon des mesures prises par le gouvernement ne font malheureusement que conforter l'idée que tout est fait pour éradiquer tout humain considéré comme inutile à la société de consommation.
Le SMIC, pour la troisième année consécutive, ne sera augmenté que de 1,3%, rapport à l'augmentation du coût de la vie nous dit-on. Mais chaque année, l'augmentation des loyers est deux ou trois fois plus importantes, les denrées alimentaires de première nécessité ne cessent d'augmenter jour après jour et ce sous différents prétextes dont aucun n'est avéré. Le prix de l'essence  qui s'était assagi un tout petit bout de temps parce que la très forte augmentation de l'été dernier avait non seulement touché les particuliers mais plus encore les entreprises, remonte jour après jour à l'approche des vacances d'été. Cela signifie que l'été sera cher !  Les tarifs de l'énergie augmentent régulièrement de 10 12 % et non pas de 1,3. Si bien que le SMIC est devenu un salaire de très pauvres. Les classes moyennes s'affaissent et virent à la pauvreté. Il y a de la précarité dans l'air à tous les étages dans cette destruction organisée.

Si d'ordinaire, je la ramène de manière un peu véhémente, voire si j'exagère comme le trouve Faucon, je crois qu'aujourd'hui, je suis abasourdie. Réduire la population sans arme de destruction massive, sans virus, mais avec juste de la misère.....

A méditer... Et si quelqu'un veut prendre le relais de cette réflexion... Moi, elle m'afflige....

Commenter cet article

Anne Wolff 22/06/2009 23:01

Un livre excellent écrit par Nancy Delanoë dont je ne me rappelle plus le titre retrace une situation similaire en reprenant l'histoire des traités successifs fait par le gouvernement des états-unis avec les habitants natifs réduisant petit à petit les territoires des réserves comme des peaux de chagrins. C'est édfiant. On y trouve aussi quelques "anectodes" intéressantes : Whashington qui promulgue une loi pour interdire la spéculation sur les terres volées, mais dans un courrier charge son homme de paille de lui en acheter un maximum. Ce genre de choses qui nous éclairent sur la nature fondamentale des USA.Aujourd'hui c'est notre territoire qui se voit ainsi insensiblement confisqué. La population se voit paupérisée tranche par tranche. Et reste insensible, jusqu'à se trouver dans la nouvelle tranche à basculer dans la misère.Je l'observe autour de moi, dans ma propre vie. La misère en épuise plus d'un, elle ronge l'énergie, la santé, la vitalité. Quand un nouveau groupe bascule, les précédents ne sont souvent plus en état de lutter. Mais combien de peuples qui se sont vu écraser un temps n'ont pas un jour relever la tête pour partir à la conquête de leur dignité perdue, cela aussi fait partie des leçons de l'histoire.Je dis cela, mais j'ai parfois bien du mal à accepter l'indifférence, voir le mépris, la déconsidération de ceux qui ne sont pas encore touchés vis-à-vis de ceux qui le sont déjà et qui creusent ainsi le lit de leur prochain malheur.Une autre étude intéressante serait de montrer comment peu à peu à été éradiqué l'esprit de solidarité.Anne

plume de cib 23/06/2009 08:23


J'ai également du mal à accepter cette indifférence mais je l'associe à de la stupidité, ce qui me met encore plus en colère. L'image du troupeau de moutons dont chacune des bêtes bascule
inexorablement dans le précipices, ayant vu pourtant son prédécesseur tomber. On peut pardonner aux moutons qui ne sont dotés que d'un cerveau de mouton. Mais à quoi sert l'évolution de l'espèce
humaine si c'est pour en arriver là ?
Le parrallèle que vous faites avec les indiens d'Amérique est troublant. J'ai l'impression que transparait la même envie derrière le discours de Sarkozy à Versailles. Une de ses phrases les plus
choquantes est " nous n'abandonnerons pas les plus faibles" ou quelque chose dans le genre. Affaiblir les gens pour les rendre dépendants puis qu'ils acceptent de s'éradiquer eux-mêmes pour
permettre à la société de respirer.... A méditer...


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents