16 Avril, l'attentat financier contre la France est lancé... mais les responsables se défilent.

Publié le 16 Avril 2012

 

 

Les premiers contrats à terme sur la dette française sont lancés

Le Monde.fr | 16.04.2012 à 11h15 • Mis à jour le 16.04.2012 à 11h15

Par Clément Lacombe

Abonnez-vous
15 € / mois
  Réagir   Classer   Imprimer   Envoyer

Partager google + linkedin

Ce contrat à terme a été introduit sur le marché allemand des dérivés.

Top départ : les premiers contrats "futures" sur la dette française, qui permettent de miser sur la hausse ou la baisse des emprunts d'Etat à l'avenir, ont été échangés lundi 16 avril sur le marché allemand des produits dérivés Eurex. Les volumes d'échange ont été très faibles à l'ouverture, comme l'attendaient les spécialistes du marché obligataire, et ce nouveau produit évoluait à des taux en légère baisse par rapport à son premier cours.

L'outil a toutefois suscité une vague de protestation dans les rangs de la gauche comme de l'extrême droite, où l'on juge qu'il favorisera la spéculation. François Hollande a déclaré, dans un entretien à Mediapart, qu'il allait demander à Berlin de l'interdire. Les autorités locales n'ont toutefois pas de tels pouvoirs, indique-t-on outre-Rhin. Pour leurs défenseurs, ces contrats sont des outils de couverture du risque, qui permettent de fixer aujourd'hui le prix d'un produit dont on ne prendra livraison qu'ultérieurement.

Face à la polémique, François Baroin, le ministre des finances, a expliqué, vendredi 13 avril, que Bercy "n'avait aucun pouvoir d'autorisation ou d'interdiction concernant l'initiative d'une plate-forme boursière privée". L'Autorité des marchés financiers (AMF) avait fait savoir, un peu plus tôt, qu'elle n'avait pas non plus ce pouvoir.

"Si j'avais pu interdire ce contrat, je l'aurais interdit, explique Jean-Pierre Jouyet, le président de l'AMF. Ce dossier révèle une faille politique, avec l'absence de pouvoir européen permettant d'interdire ou de suspendre ce genre de produits lors de périodes délicates. Mais ce dossier a aussi une dimension symbolique, il démontre l'insuffisante solidarité européenne en ces temps de crise."

"FORTE DEMANDE"

Pour justifier sa démarche, Eurex a fait savoir que ce lancement "répond[ait] à une forte demande des acteurs de marché français et autres acteurs européens, à la recherche d'un outil de protection adapté". Ces contrats sur la dette française existaient déjà dans les années 1990, avant d'être abandonnés lors de la création de l'euro, contrairement au même produit basé sur les titres allemands qui, lui, a été maintenu.

Comme tous les pays de la zone euro se finançaient alors à des taux quasi identiques, les investisseurs se couvraient en achetant des "futures" sur la dette allemande. Des contrats sur la dette italienne ont d'ailleurs été lancés, en 2009, quand les taux de Rome ont commencé à diverger. A Paris, avant l'explosion de la crise, on expliquait souvent le très léger écart entre les taux allemands et français par l'avantage lié à ce contrat...

 

SUITE ICI

Rédigé par plume de cib

Publié dans #SOCIETE

Repost 0
Commenter cet article

Roland 16/04/2012 15:05


au fait vous savez pas ce que je vient de  lire !


un ainternaute (sur jeux vidéos.com) a décidé, méfiant sans doute sur la fiabilité des instituts de sondages, de faire sont propre sondage "maison". Mais attention! pas un de ces sondages en
ligne qui peuvent donner n'importe quoi, un sondage sérieux ! et selon les règles scientifiques : "J'ai donc décidé de vérifier. J'ai pris cent personnes dans l'annuaire.
Mon échantillon étant calibré avec soin:
.50% d'hommes, 50% de femmes
.50% de ruraux, 50% d'urbains
Enormément de CSP représentées et j'ai eu autant de jeunes que d'anciens, notamment une mamie de 88 ans !
J'ai pris la matinée pour le faire sérieusement. Merci le téléphone illimité "


(Bon, je n'ai pas pris la peine de calculer l'intervalle de confiance pour un échantillon de 100 personnes (c'est possible : http://fr.wikipedia.org/wiki/Intervalle_de_confiance )


DONC, SON RESULTAT EST ....... (roulement de tambour, suspense

Résultats du premier tour à ma grande surprise:

1. Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) 23%
2. François Hollande (PS) 21%
3. Marine Le Pen (FN) 17%
4. Nicolas Sarkozy (UMP) 13%
5. François Bayrou (MoDem) 10%
6. Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) 4%
7. Eva Joly (EELV) 2%
7. Philippe Poutou (NPA) 2%
9. Nathalie Arthaud (LO) 1%
10. Jacques Cheminade (Solidarité et Progrès) 0%

Absentionnistes = 7%


ça donne du courage !